Vendanges françaises: suspense météo jusqu'à la récolte

« La vigne aime le soleil », contrairement aux autres... (PHOTO ROMAIN LAFABREGUE, AFP)

Agrandir

« La vigne aime le soleil », contrairement aux autres productions agricoles qui souffrent actuellement de la sécheresse et de la canicule.

PHOTO ROMAIN LAFABREGUE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Avec la chaleur, le cru 2018 de la vendange française s'annonce en augmentation par rapport à 2017, et de qualité, même si certains terroirs ont beaucoup souffert du gel, de la grêle au printemps, et des moisissures de mildiou.

« La vigne aime le soleil », contrairement aux autres productions agricoles qui souffrent actuellement de la sécheresse et de la canicule, souligne Bernard Farges, viticulteur et président d'un syndicat viticole de la région de Bordeaux, dans le sud-ouest, réputée mondialement pour ses vins, rouges à 80 %.

Le ministre français de l'Agriculture, Stephane Travert, a indiqué lundi à l'AFP que la production viticole attendue était « en augmentation par rapport à la moyenne » et que « la qualité devrait être au rendez-vous ». À condition que la sécheresse ne dure pas jusqu'aux vendanges, sinon, cela pourrait faire baisser les volumes, a-t-il précisé.

Il a plu au printemps, permettant à la vigne de ne pas souffrir aujourd'hui, mais si la canicule durait encore « trois semaines, là oui, on aurait des difficultés avec des concentrations fortes, des accélérations dans la maturité, des déséquilibres qui pourraient naître dans la constitution du raisin », confirme M. Farges.

À Bordeaux, deux problèmes se posent cette année : 10 000 hectares de vigne ont été endommagés par la grêle depuis la fin mai, et des moisissures de mildiou se sont développées, après les pluies de mai et juin.

Le mildiou a touché d'autres régions. Les plus exposés sont les viticulteurs bio. Impossible pour eux de recourir aux fongicides chimiques pour se débarrasser du champignon qui pourrit feuilles et rameaux.

La chaleur est une alliée pour sécher les moisissures. Mais, pour Laurent Herlin, viticulteur installé en bio en 2009 dans le Bourgueuil, même la sécheresse « n'a pas permis d'arriver à bout du mildiou ».

Mis à part dans l'est, en Champagne et en Alsace, où les vendanges s'annoncent « précoces », la chaleur ne semble pas avoir trop avancé la date du début des opérations, soit entre mi-août et début septembre, selon les régions et les couleurs.

À Fitou, dans le sud-ouest, l'un des premiers vignobles à ouvrir le bal ce mardi, elles démarrent même deux semaines plus tard que la saison précédente.

En Alsace, le Crémant commencera sa récolte aux alentours du 20 août.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer