La récolte 2011 de vins devrait atteindre les 50 millions d'hectolitres, dépassant ainsi la moyenne de ces cinq dernières années, alors que les vendanges étaient presque achevées fin septembre en avance sur une saison normale, selon les estimations officielles.

Publié le 21 oct. 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Avec une prévision de 50,2 millions d'hectolitres, la récolte devrait être supérieure à celle, faible, de 2010 (+11%) et à la moyenne des cinq dernières années (+7%), mais en dessous des niveaux des années 2005 et 2006, a indiqué Agreste, le service statistique du ministère de l'Agriculture.

Ces prévisions ont été établies au 1er octobre.

Grâce à un printemps particulièrement chaud, certains vignobles avaient un mois d'avance, mais cette précocité s'est ensuite réduite en raison des mois de juillet et août frais et pluvieux dans de nombreuses régions.

Le potentiel a été revu à la hausse fin août, notamment dans les Charentes, en Champagne, ou en Languedoc-Roussillon.

Les rendements semblent très hétérogènes dans les régions de l'Ouest, même à une échelle locale, conséquence de la sécheresse printanière puis de la répartition inégale des précipitations estivales.

La plupart des vendanges ont débuté en avance fin août, voire avant dans certains vignobles méditerranéens. Grâce à une météorologie sèche en septembre, le niveau des attaques de botrytis (pourriture grise) a été contenu dans la plupart des régions, hormis dans les départements de la façade atlantique.

En Champagne, où les vendanges ont commencé le 19 août, la récolte est estimée à près de 3 millions d'hl (+21% sur un an).

Le rendement en appellation a été fixé à 10 500 kg/ha.

En Bourgogne, le botrytis a touché certaines parcelles précoces. Dans le Beaujolais, le millésime semble prometteur. Dans ces deux régions, la production est prévue en hausse de 10% à 2,5 millions d'hl.

En Alsace, le botrytis, qui a touché surtout les Pinots gris et noirs et le Riesling, conduit à une légère baisse des prévisions. La récolte sera cependant bien plus importante que celle de 2010, à 1,2 million d'hl (+35%).

En Savoie et dans le Jura, les récoltes sont estimées respectivement à 127 000 hl (+7%) et 118 000 hl (+32%).

Dans le Val de Loire, certaines parcelles ont dû être vendangées précocement en raison d'attaques de botrytis. La production devrait diminuer de 4% à 3 millions d'hl.

Dans les Charentes, les rendements seront très inégaux au gré de la répartition des pluies estivales, des dégâts de grêle ou de maladies, rendant difficile l'estimation des volumes destinés au Cognac. La production est estimée à près de 9 millions d'hl (+2%).

Dans le Bordelais et dans le Sud Ouest, les vendanges ont commencé fin août, en avance d'un peu plus de dix jours. Dans ces deux régions, la production est estimée respectivement à 6,1 millions d'hl (+2%) et près de 4 millions d'hl (+14%).

En Languedoc-Roussillon, malgré une diminution des surfaces en production estimée à 3% sur un an, la récolte devrait être bien supérieure à celle de 2010 et atteindre 14,5 millions d'hl (+21%).

Dans le Sud-Est, la zone Côtes du Rhône du Vaucluse a été touchée par le botrytis. L'oïdium a également été assez présent. La production est attendue à 5,4 millions d'hl (+8%).

En Corse, l'état sanitaire a été préservé, mais la canicule estivale a porté préjudice au volume de récolte attendue en baisse de 9% à 312 000 hl.