(Rome) Le paquet que la skieuse italienne Federica Brignone attendait impatiemment pendant son confinement ne provenait pas d’Amazon ou du supermarché local.

Andrew Dampf
Associated Press

En plein cœur de la suspension mondiale des événements sportifs en raison de la pandémie de coronavirus, la lourde valise contenait quelque chose de très précieux : les trophées couronnant une saison bien remplie de compétitions et d’émotions.

La livraison expresse à la fin du mois dernier comprenait trois globes de cristal : le plus gros de neuf kilos pour son premier titre général de la Coupe du monde – elle est la première italienne à remporter cet honneur tant convoité en 53 ans d’histoire de la compétition – ainsi que deux plus petits globes pour ses titres en slalom géant et au combiné alpin.

PHOTO ALESSANDRO TROVATI, AP

Federica Brignone le 23 février 2020 à la Coupe du monde de ski de Crans Montana, en Suisse.

Les trophées ont été livrés à la maison des parents de Brignone parce que la sienne se trouve plus haut sur la route montagneuse de la Vallée d’Aoste où les coursiers ne vont généralement pas.

« Alors mon frère m’a envoyé une photo avec les trophées et m’a dit : ’Oh, sont-ils à toi ? Les as-tu commandés ?’Ensuite, je les ai amenés chez moi », a déclaré Brignone lors d’une entrevue vidéo avec l’Associated Press depuis son salon.

Brignone n’a pas ressenti le besoin de désinfecter les trophées.

« Ils étaient dans une boîte, je ne sais pas depuis combien de jours. Ce n’est donc pas un problème », a-t-elle précisé après avoir sorti le grand globe pour le montrer pendant l’entrevue.

Succès bien mérités

Brignone a décroché le titre général de la Coupe du monde lorsque la saison a été écourtée à cause du virus — ce qui a empêché sa rivale américaine Mikaela Shiffrin de la rattraper.

Shiffrin s’apprêtait à revenir à la compétition après une pause de six semaines après la mort de son père lorsque les dernières courses encore au programme à Are, en Suède, ont été annulées.

« Ce n’était pas une bonne chose pour elle. Mais nous avons aussi disputé 30 courses. Ils ont annulé neuf épreuves pour tous mes concurrents, mais aussi pour moi, a noté Brignone. Je skiais très bien à la fin de la saison. Je m’entraînais très fort à Are. Je skiais vite. Je voulais vraiment terminer cette saison de belle façon. »

Après l’annulation d’Are, la Fédération internationale de ski a annoncé qu’elle organiserait « la distribution des globes et leur remise officielle pour reconnaître la réussite des athlètes, une fois la crise des coronavirus passée. »

Brignone attend avec impatience le jour où elle pourra célébrer officiellement avec ses coéquipières, entraîneurs et amateurs — et entendre l’hymne italien joué en son honneur.

Cela pourrait prendre la forme d’une cérémonie cet été aux bureaux de la Fédération italienne des sports d’hiver à Milan, ou quelque chose de similaire aux bureaux de la FIS en Suisse, ou elle pourrait devoir attendre jusqu’à la course d’ouverture de la saison prochaine à Sölden, en Autriche.

« Le plus tôt possible. Si c’est l’année prochaine, vous vous concentrez déjà sur la prochaine saison, donc je pense qu’il sera trop tard, a-t-elle avoué en buvant son expresso après le déjeuner. Mais c’est mieux que rien. »

Sobriété

Quoi qu’il en soit, Brignone envisage une grande fête dans son village natal de La Salle.

« Nous avons maintenant le temps de l’organiser, a-t-elle reconnu. Ça va être pour tout le monde. »

Mais la fête ne sera pas trop arrosée, car Brignone est issue d’une famille d’athlètes et ses parents ne boivent pas d’alcool.

La nuit où Brignone est arrivée à la maison en provenance d’Are, elle a célébré simplement avec un repas en famille. Son frère cadet, Davide, est également son entraîneur, et sa mère, Maria « Ninna » Rosa Quario, était une skieuse de la Coupe du monde qui a remporté quatre courses sur le circuit de 1979 à 1983.

« Moi et ma famille, nous sommes passionnés par le ski et les sports. Juste de voir ce trophée et de le voir (dans) mes mains et leurs mains, c’est comme une fête pour nous. »

Formidable saison

La saison de Brignone a vraiment été extraordinaire. Elle a remporté cinq courses dans trois disciplines différentes et totalisé 11 podiums dans quatre épreuves différentes : slalom géant, super-G, descente et combiné.

C’est le genre de réussite globale qui a permis à Shiffrin et Lindsey Vonn de s’assurer le titre général ces dernières années.

Comme ses célèbres consœurs américaines, Brignone est une personnalité commercialisable. Outre l’italien, elle parle également couramment le français et l’anglais, ainsi qu’un peu d’allemand.

Le titre général de Brignone a servi de source d’inspiration en Italie à une époque où la propagation du coronavirus était proche de son apogée dans le pays. Les travailleurs médicaux d’un hôpital de Plaisance étaient tellement émus qu’ils ont pris le temps d’écrire à Brignone une lettre de remerciement.

« C’était la seule chose positive pour eux, a dit Brignone, dont la réponse écrite aux travailleurs médicaux a été affichée à l’intérieur de l’hôpital. Ils travaillent vraiment fort. Nous devons leur dire ’merci’. Tous les Italiens doivent dire ’merci’ à tous les médecins et infirmières. »

Le prochain défi pour Brignone, âgée de 29 ans, sera de poursuivre ses succès au circuit de la Coupe du monde et tenter de décrocher une médaille d’or aux championnats du monde à domicile l’an prochain à Cortina d’Ampezzo et aux Jeux olympiques de Pékin de 2022.

Si Brignone a remporté l’argent en slalom géant aux championnats du monde en 2011 et le bronze en slalom géant aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018, elle n’est jamais montée sur la première marche du podium à un championnat majeur.

Néanmoins, Brignone jure qu’elle a déjà réalisé tous ses rêves d’enfance en remportant le titre général et des médailles aux championnats du monde et aux Jeux olympiques.

« Je suis toujours très motivée et j’en veux plus. Mais d’une certaine façon, je vois aussi les choses comme tout ce qui va m’arriver est un plus et je peux simplement en profiter et être déjà contente de ma carrière. »