Source ID:0f36b96535f2390cb627a4bf61bf96c7; App Source:StoryBuilder

Georges St-Pierre: «C'est une heureuse journée»

Il n'y avait pas le début d'une larme, mais de larges sourires dans ce qu'il considérait comme une « heureuse journée ». Il n'avait pas amené de déclaration écrite, choisissant plutôt de parler « avec son coeur » et « d'improviser » afin de « ne pas faire comme les autres ». Honnête, spontané et généreux, Georges St-Pierre a été fidèle à lui-même au moment de confirmer sa retraite des arts martiaux mixtes, jeudi matin, au Centre Bell.

Ses réponses ont été une succession de zigzags entre ses souvenirs d'enfance dans la campagne montérégienne, ses débuts plus modestes - lorsqu'il hurlait « C'est la guerre » en courant dans la neige - et ses projets de retraite après 16 années professionnelles.

Âgé de 37 ans, « GSP » tourne la page avec une fiche de 26-2-0 et des ceintures dans des deux catégories de l'UFC [mi-moyens et moyens]. L'histoire retiendra qu'il a remporté ses 13 derniers combats depuis août 2007 avec, au passage neuf défenses chez les mi-moyens. Lui a choisi d'extraire sa résilience face à Carlos Condit, après un troisième round très difficile, et sa réaction après l'humiliation subie contre Matt Serra lors d'un combat de Championnat du monde.

Depuis, jeudi, « GSP » peut ajouter une autre victoire officieuse à sa fiche, celle de ne pas avoir fait le ou les combats de trop.

« Je me suis toujours dit que j'allais prendre ma retraite au top, et je suis content d'avoir eu la discipline de le faire. Je pense que c'est la bonne décision. [...] J'ai appelé Dana White [mercredi]. Il m'a dit : "Félicitations, personne ne prend sa retraite au bon moment dans ce sport. " »

St-Pierre n'avait que de bons mots pour le président de l'UFC, jeudi. Parce que le Québécois a toujours affiché une liberté de ton, notamment dans la lutte contre le dopage, leur relation a parfois été tendue. Il n'a laissé paraître aucune amertume, jeudi, même si les bonzes de l'UFC se sont opposés à un dernier gros défi contre le champion des poids légers, Khabib Nurmagomedov. Manquant « d'appétit » pour un autre combat de moindre envergure, il a préféré prendre sa retraite.

« L'UFC était catégorique. Ils ne voulaient pas que j'affronte Khabib, car ils avaient d'autres plans pour lui. Mes agents ont tout essayé. Je respecte ça, c'est une business. " [...] Au point où j'en suis, la chose la plus excitante est de se battre contre un adversaire qui paraît invincible aux yeux du monde. Khabib, c'est le meilleur combattant livre pour livre en ce moment. Peut-être que je me serais fait détruire, mais dans ma tête, j'aurais gagné. »

« Je déteste me battre »

« GSP » s'est toujours démarqué favorablement dans un milieu où les provocations et les insultes publiques peuvent fuser. Face à des adversaires à la grande gueule comme Nick Diaz ou Michael Bisping, il a su conserver son sang-froid et répondre à l'intérieur de l'octogone. Mais St-Pierre l'a encore répété, jeudi, il n'a jamais aimé se battre. Les journées de combat ? Il les détestait « à mort » et n'y a jamais connu « un moment de plaisir ». Il poursuit : « Le combat, ce n'est pas ma vie et ce n'est pas qui je suis. Par contre, j'aime la liberté que cela me donne, que ce soit la camaraderie avec mes collègues ou le sentiment de victoire. »

Les arts martiaux lui ont surtout permis de trouver un exutoire lors de moments plus difficiles vécus durant son enfance. « J'ai surmonté l'intimidation en apprenant les arts martiaux mixtes. Cela m'a donné de la confiance. Certains lient les arts martiaux à de la violence, mais, moi, ça m'a sauvé la vie et ça m'a permis de canaliser mon énergie. »

Ce n'est d'ailleurs pas l'annonce de sa retraite qui va changer ses habitudes. Il ne sera plus dans un octogone, mais il continuera d'écumer les salles de sport et de perfectionner certaines techniques.

« Certains athlètes deviennent gras et perdent la forme à leur retraite. Ça n'arrivera pas avec moi. Je vais toujours continuer à m'entraîner et à être là pour aider les jeunes. Des fois, je vais les voir et je leur dis comment faire une technique. De voir leur réaction me motive à faire encore mieux dans la vie. »

« GSP » s'octroiera maintenant quelques semaines de vacances ensoleillées où il a promis de « relaxer pour la première fois de [sa] vie ». Il continuera aussi à se plonger dans la paléontologie, sa grande passion. Il fallait le voir s'enthousiasmer, jeudi, à propos d'un petit tyrannosaure, le Moros intrepidus, dont les os ont été découverts dans l'Utah.

Il assistera bien entendu à des galas d'arts martiaux mixtes ici et là. Et si Dana White le rappelait avec une proposition excitante ? « On verra, mais je ne pense pas à ça. Je suis à la retraite maintenant. Je suis out. »




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer