Mikaël Kingsbury a balayé la saison de la Coupe du monde en bosses, mettant un point d’exclamation à sa saison en parallèle aux Finales de la Coupe du monde de Megève, dans les Alpes françaises, en signant une quatrième victoire en autant de courses cette saison.

Mis à jour le 19 mars
Frédéric Daigle La Presse Canadienne

Cette victoire, la 74e de sa carrière, lui a permis de remporter un troisième globe de cristal en deux jours après avoir mis la main sur ceux en simple et du classement général la veille.

Afin de conclure cette saison sur un tour du chapeau, il a dû battre en finale son grand rival, le Japonais Ikuma Horishima.

« Ça a été une des bonnes finales que j’ai faites : je ne pense pas avoir touché à une bosse de cette descente, a expliqué Kingsbury en visioconférence samedi. J’ai touché à la première en haut, peut-être la deuxième ou troisième en bas. C’est certainement une des plus grandes finales que j’ai skiées de ma vie. »

Pourtant, le skieur de 29 ans n’était pas au sommet de sa forme pour cette dernière journée de compétition de la saison.

« Hier, à l’entraînement, je me suis fait mal à la hanche avant la finale, a-t-il dit. J’ai été capable de bien skier avec l’adrénaline, mais j’ai dû recevoir plusieurs traitements en soirée. Ce matin, je me suis levé et pour être honnête, je pensais juste faire ma première ronde et tirer la plogue car j’avais mal. Mais avec l’adrénaline, c’est spécial ce que le corps humain peut faire. Au début, je voulais protéger mon avance (au classement en duel), mais après la première course, je savais que je pouvais aller jusqu’au bout.

« Pour être honnête, ce matin pour m’échauffer, j’ai pris une marche d’un kilomètre. Ça a été ça mon entraînement : je me suis levé et je boitais. »

Une fois les huitièmes passés, son globe était acquis et il s’est dit que peu importe ce qui adviendrait pour le reste de la journée, son objectif était atteint. Il a finalement remporté tous ses duels.

« Quand tu n’as aucune pression et que tu sais que tu vas gagner le globe, c’est plus facile de sortir le meilleur de soi et d’avoir du plaisir en skiant », a noté Kingsbury.

Le Suédois Ludvig Fjällström a remporté la petite finale devant son compatriote Walter Wallberg. Les quatre bosseurs ont conclu la saison dans le top-4 au classement des bosses en parallèle, Wallberg devant Fjällström..

Le Québécois Gabriel Dufresne a terminé sixième après avoir été éliminé en quarts de finale par Wallberg et a terminé au 15e rang du classement général. Elliott Vaillancourt a de son côté pris le 16e rang, pour la 38e place au total.

Devant Vonn

Kingsbury conclut la saison avec 1072 points au classement général, 132 de mieux qu’Horishima. Wallberg (613) et Fjällström (461) suivent.

Le « King des bosses » a maintenant 21 globes en carrière, un de plus que la skieuse alpine Lindsey Vonn.

« Je ne fais pas ça pour pour battre Lindsey Vonn ou whatever. […] Mais je sais que si je continue à faire mon job, ce ne sera pas le dernier. »

Ces 21 globes sont d’ailleurs bien en vue au domicile de ses parents. Mais Kingsbury compte bien se construire une salle des trophées à la maison. Un projet pour sa retraite, qui n’est pas pour bientôt, même s’il compte décanter cette dernière saison éprouvante.

« Je suis tellement satisfait : ça a été les globes les plus difficiles à gagner. C’est la première année qu’ils en donnent trois dans notre discipline, c’est incroyable. Je veux prendre le temps de regarder tout ce que j’ai accompli et de célébrer ces globes. Je veux prendre quelques semaines pour me remettre. Ça va faire du bien de séparer les quatre ans (NDLR : la prochaine olympiade), mais je sais déjà l’objectif pour l’an prochain : gagner la première Coupe du monde de Ruka, en décembre.

« Je veux d’abord en profiter, cette année ça n’a pas été facile. Le focus que ça prend quand tu as un adversaire qui ne rate jamais un podium, c’est difficile. Avec Ikuma et Walter, on a poussé le sport à un autre niveau. J’en parlais avec Walter en bas de la piste : les gens qui regardent la F1 sont habitués aux duels comme Hamilton contre Bottas. On l’a fait avec Ikuma et Walter cette saison : presque tous les podiums, ça a été nous trois. On a fait faire un bon devant au ski de bosses. »

Laffont victorieuse, mais Anthony la devance

Chez les dames, Perrine Laffont a remporté cette dernière course de la saison, devant l’Australienne Jakara Anthony, ce qui lui a permis de conserver son avance sur la Française pour mettre la main sur le petit globe.

Cette deuxième place a également permis à l’Australienne de conserver son avance au sommet du classement général devant Perrin, 925 contre 906 points.

Anthony remporte ainsi un premier globe classement général. Perrin est la championne des bosses en simple.

Samedi, l’Américaine Jaelin Kauf a devancé sa compatriote Kai Owens dans la petite finale pour grimper sur la troisième place du podium.

Les Canadiennes ont toutes été éliminées en huitièmes de finale. Justine Dufour-Lapointe a obtenu le meilleur résultat, une neuvième place, suivie de Valérie Gilbert (11e), Maia Schwinghammer (12e), Berkley Brown (13e), Chloé Justine Dufour-Lapointe (15e) et Sofiane Gagnon (16e).

Justine Dufour-Lapointe termine la saison avec le meilleur classement canadien au général avec une 11e place. Schwinghammer a terminé 15e, devant Chloé. Gagnon suit en 18e place ; Brown est 22e et Gilbert, 28e.