Les biathlètes canadiens ont pris un superbe élan vers les Jeux olympiques de Pékin alors qu’ils ont fini en cinquième place du relais masculin 4 x 7,5 kilomètres de la Coupe du monde d’Antholz-Anterselva, dimanche, en Italie.

Publié le 23 janvier
Sportcom

Le Canada était provisoirement neuvième après le premier relais d’Adam Runnalls. Christian Gow a ensuite replacé son équipe en sixième place en étant parfait au tir, sans avoir besoin de balles supplémentaires. L’Albertain a alors passé le relais à Jules Burnotte qui a fait tomber ses dix cibles avec une balle supplémentaire en position debout. C’est en cinquième place que le Sherbrookois a donné la touche à Scott Gow qui a pu conserver ce rang malgré une cible ratée.

« On est vraiment contents et c’est une très belle dernière course avant les Jeux ! […] Nous sommes à 25 secondes du podium et c’est à peu près le temps que ça prend pour faire une boucle de pénalité, alors c’est super encourageant. C’est notre meilleur résultat depuis un méchant bout ! », a commenté le Québécois, visiblement ravi, en entrevue à Sportcom.

En décembre 2019, Burnotte, Aidan Millar et les frères Gow avaient décroché une quatrième place à la Coupe du monde d’Hochfilzen (Autriche).

Dans le passé, Burnotte a souvent été le premier relayeur, ce qui n’est plus vraiment le cas cette saison. Il avoue que son nouvel ordre de départ amène une dynamique différente.

« Je voyais ça aller et j’étais stressé. […] À l’échauffement, je me suis dit qu’il ne fallait pas que ce soit moi qui laisse tomber l’équipe aujourd’hui (dimanche) », a-t-il poursuivi, en ajoutant avoir pu mettre cette pression de côté.

« Je suis vraiment content de mon tir, même si c’était un peu lent. Mon dernier tour a été vraiment difficile et le Russe (Alexandr) Loginov m’a bouffé sur le dernier tour. J’ai fait ce que je pouvais pour rester avec lui et j’ai réussi à donner le relais à Scott en cinquième position. […] Malgré sa boucle de pénalité au tir couché, ça ne nous a pas sortis du top-6. »

Les Norvégiens se sont imposés devant les formations de la Russie (+1 minute 57,2 secondes) et de l’Allemagne (+2 minutes 4,4 secondes). Quant aux Canadiens, leur retard a été de 2 minutes 31,5 secondes.

Burnotte et ses coéquipiers demeureront encore une semaine en Italie avant de partir pour Pékin. Un peu comme un enfant qui ouvre son calendrier de l’avent en décembre, le biathlète voit qu’il s’approche un peu plus du début des Jeux tous les jours.

« On a reçu un t-shirt (du Comité olympique canadien) que nous devrons porter pour notre voyage vers la Chine. Ce sont plein de petites choses comme ça qui font en sorte que ça commence à être un peu plus vrai. Quand j’ai commencé le sport, je n’ai jamais pensé aux Jeux et là, on se rapproche de cet évènement. La dernière course est faite et maintenant, tout ce que nous avons à penser, ce sont les Jeux ! »