Jules Burnotte a connu des ennuis derrière sa carabine et s’est classé 57e de la poursuite 12,5 kilomètres disputée dimanche, à la Coupe du monde de Ruhpolding, en Allemagne. La bonne humeur était tout de même au rendez-vous pour le Québécois, en bonne posture pour représenter le Canada aux Jeux olympiques de Pékin.

Publié le 16 janvier
mathieu fontaine Sportcom

Le Sherbrookois s’est d’abord montré critique lorsqu’est venu le temps de commenter sa performance du jour en entrevue avec Sportcom.

« Ç’a été désastreux ! Il y avait un bon vent de droite à gauche au premier tir couché et je n’ai pas fait les bons ajustements. Ensuite, j’ai été incapable de corriger la situation et c’est ce que ça donne. C’est dommage, parce que c’est vraiment en deçà de mes capacités. Il n’y a pas de raison que ça varie autant », a-t-il mentionné.

Les difficultés de Burnotte l’ont finalement relégué en fond de classement. Il a franchi la ligne d’arrivée avec un peu plus de 6 minutes de retard sur le Français Quentin Fillon (31 min 30,6 s), grand vainqueur de cette poursuite.

Le Russe Alexandr Loginov (+8,8 secondes) et le Biélorusse Anton Smolski (+13,1 secondes) ont complété le podium. Également en action, les frères Scott et Christian Gow pointent aux 33e et 39e rangs de cette épreuve qui réunissait les 60 meilleurs athlètes du sprint 10 kilomètres de jeudi.

« Au moins, je n’ai pas fini dernier ! » a poursuivi Burnotte, qui prend le tout avec un grain de sel.

« C’est une petite victoire ! J’ai bataillé fort dans le dernier tour pour ne pas être le dernier à compléter la course et j’y suis arrivé. J’aurais aimé avoir un meilleur tir et je voulais me donner une chance de travailler là-dessus aujourd’hui [dimanche], mais je ne m’étais pas mis de pression pour autant. »

Il faut dire qu’une partie de la pression était déjà retombée pour le biathlète de 25 ans qui s’attend à pouvoir annoncer de bonnes nouvelles au cours de la prochaine semaine.

« Le processus de qualification [olympique] se terminait officiellement aujourd’hui [dimanche] et je savais d’avance que j’étais bien placé. Il y aura quatre gars dans l’équipe pour Pékin et on est quatre à avoir atteint les critères pour se qualifier. Rien n’est officiel pour le moment, mais ça sent les Jeux ! » a-t-il lancé en guise de conclusion.

Une dernière Coupe du monde est prévue avant le début des Jeux olympiques de Pékin. Elle aura lieu la semaine prochaine à Antholz-Anterselva, en Italie.