(Lac-Beauport) Marion Thénault a décroché la médaille d’argent à la Coupe du monde de sauts en ski acrobatique, à Lac-Beauport mercredi, après avoir entretenu le suspense toute la journée.

Mis à jour le 5 janvier
Émilie Bilodeau
Émilie Bilodeau La Presse

L’athlète de Sherbrooke est passée à un cheveu de n’accéder ni à la finale ni à la super-finale de la Coupe du monde qui se déroulait au centre de ski Le Relais. Elle est arrivée en 12e position en qualifications, soit le dernier rang donnant accès aux finales. Elle a également été la dernière à se qualifier pour la super-finale avec sa sixième place.

« Ç’a été une journée forte en émotions, a déclaré l’athlète, rayonnante. J’ai eu des problèmes en qualifications et j’ai été chanceuse de pouvoir faire la finale. À ce moment, je me suis dit : “J’ai une chance et je vais tout donner pour me rendre jusqu’à la fin.” Je voulais tellement un podium. Je suis tellement contente », a ajouté celle qui sautait pour la première fois devant ses parents, présents comme bénévoles. L’évènement se tenait sans public à cause de la COVID-19.

La jeune femme de 21 ans a admis que compétitionner à la maison lui avait ajouté une pression. Elle a effectué un double périlleux arrière lors de ses deux premiers sauts, puis elle a réussi un double périlleux avec trois vrilles en super-finale.

« C’est un stress auquel je ne suis pas habituée. Je voulais un podium, j’avais beaucoup d’encouragements, beaucoup de monde voulait que je gagne. D’avoir ça proche de moi, c’était inhabituel. Je n’ai pas été capable de bien gérer la pression. Mon saut était correct, mais j’ai eu une petite hésitation. Je n’ai pas été assez agressive, assez confiante. Il faut que je m’habitue. Il faut que j’apprenne. » Elle a d’ailleurs atterri sur les fesses à son premier saut.

Sans surprise, la Chinoise Xu Mengtao a décroché l’or après une journée parfaite. La première au classement mondial a terminé première aux qualifications, à la finale et à la super-finale. La Chinoise Kong Fanyu a pris le troisième rang.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Xu Mengtao

Reste que Marion Thénault décroche sa troisième médaille (une d’or, une d’argent et une de bronze) en Coupe du monde en moins de deux ans. Celle qui était gymnaste jusqu’en 2017 admet que ce nouveau podium lui donne encore plus de confiance en vue des Jeux olympiques de Pékin, dans quatre semaines.

« Ce n’est vraiment pas facile tous les jours, ce sport-là, a-t-elle dit. Quand tu tombes, ça fait mal. Et tu tombes souvent et tu crains les blessures. C’est intense. Mais de savoir que je suis capable de bien sauter, ça me donne beaucoup de confiance avant d’aller aux Jeux », a indiqué celle qui occupe désormais le 6e rang du classement mondial. Elle songe d’ailleurs à ne pas participer à la prochaine Coupe du monde à Deer Valley, en Utah, pour éviter de contracter la COVID-19.

Flavie Aumond, de Lac-Beauport, a également obtenu son meilleur résultat en carrière avec une 6e position. L’athlète de 19 ans a réalisé un double périlleux arrière lors de ses deux premiers sauts, puis un double périlleux arrière avec position tendue en super-finale.

« Je suis vraiment contente. J’ai fait mon meilleur résultat et mon meilleur pointage. […] Pas mal tout a fonctionné aujourd’hui, mes départs, dans les airs et j’ai bien atterri. »

Naomy Boudreau-Guertin, de Boischatel, et Justine Ally, de Lac-Supérieur, ont pris respectivement les 11e et 12e rangs de la Coupe du monde. Vingt-deux athlètes féminines de huit pays participaient à la compétition.

Un peu de déception chez les hommes

Chez les hommes, Victor Primeau a offert la meilleure performance chez les Canadiens avec sa 11e position. L’athlète de 18 ans était ravi de sa journée, surtout qu’il atterrissait son double périlleux quatre vrilles pour la cinquième fois seulement sur la neige.

« C’est ma première finale à vie et en plus, c’était à la maison. Je ne pouvais pas demander mieux », a dit le sauteur de Lac-Beauport. Son compatriote Alexandre Duchaine est arrivé 12e.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Victor Primeau

Les Chinois Jiaxu Sun et Longxiao Yang ont décroché l’or et l’argent, le Suisse Nicolas Gygax s’est contenté du bronze. Les Russes et les Biélorusses n’ont pas voyagé pour la Coupe du monde au Relais.

Miha Fontaine et Émile Nadeau, deux athlètes québécois qui espéraient obtenir leur laissez-passer pour les Jeux olympiques de Pékin, sont arrivés respectivement 17e et 30e. Ils n’ont pas atteint les finales, tout comme les Québécois Pierre-Olivier Côté (13e), Nicolas Martineau (14e) et Anthony Noël (20e).

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Miha Fontaine

Miha Fontaine, fils de l’ex-champion du monde Nicolas Fontaine, se sentait pourtant en pleine confiance avant de réaliser son triple périlleux arrière pour la première fois en compétition.

« En entraînement, j’avais fait mon meilleur triple avec trois vrilles. J’étais vraiment confiant pour la compétition. Mais j’ai fait une petite erreur technique, j’étais plus haut que ce que je pensais et mon dos a touché à l’atterrissage », a-t-il dit, visiblement déçu.

Émile Nadeau visait pour sa part un top 8 avec un triple périlleux arrière. « J’ai manqué le départ de mon saut et après, ç’a été plus dur de m’ajuster dans les airs », a expliqué celui qui a raté son atterrissage. L’athlète de 17 ans a dit avoir tout de même savouré sa Coupe du monde à la maison.

« C’était le fun d’entendre l’annonceur dire mon nom et d’entendre des encouragements plus forts. »

Les sauteurs acrobatiques auront une dernière chance de se qualifier pour les Jeux olympiques de Pékin lors de la Coupe du monde de Deer Valley, en Utah, du 12 au 14 janvier.