Bien malin celui qui aurait pu prédire l’issue de l’épreuve de slalom à la Coupe de monde de Zagreb, en Croatie, mardi matin.

Mis à jour le 4 janvier
Nicholas Richard La Presse

Les conditions de piste étaient extrêmement difficiles, parmi les plus ardues auxquelles les skieuses auront à faire face cette saison. La Canadienne Ali Nullmeyer en a profité pour terminer au cinquième rang, son meilleur résultat en carrière.

À 23 ans, Nullmeyer n’avait réussi que deux fois à intégrer le top 15. La Torontoise est l’une des athlètes les plus prometteuses de l’équipe nationale, mais elle n’était pas encore parvenue à obtenir un résultat significatif.

Voilà qu’à Zagreb, elle a réussi le 17e temps lors de la première manche, mais elle a surtout été intraitable lors de la deuxième manche, où elle a réalisé le meilleur chrono de la séance (1 min 0,68 s). Elle s’est assise dans la grosse chaise de meneuse jusqu’à ce que Katharina Liensberger vienne lui soutirer la position de tête.

Une fin de course spectaculaire qui comble de bonheur la principale intéressée : « Je suis vraiment contente. Je skiais bien dernièrement, donc c’est rassurant de pouvoir mettre ça en application lorsque ça compte et de pouvoir obtenir un bon résultat comme celui-là. J’ai eu une très bonne deuxième manche, ç’a vraiment bien été et j’en suis vraiment heureuse. »

La semaine dernière à Lienz, en Autriche, elle avait pris le 19e rang. Précédemment, elle ne s’était pas qualifiée pour Killington et était tombée dans la deuxième course présentée à Levi. Il était donc difficile de prévoir un tel résultat. Toutefois, Nullmeyer avait de bonnes attentes au sommet de la montagne avant de prendre le départ.

« Je savais que ça avait le potentiel d’être une bonne journée. Au départ de la course, je me sentais bien, en forme, calme et confiante. J’étais vraiment excitée de faire la course et de donner le meilleur de moi-même. »

D’autant plus que la piste de Zagreb n’était pas facile à négocier. Il faisait chaud, autour de 10 degrés, il y avait peu de neige, beaucoup de sel et de nombreuses branches et de feuilles éparpillées sur la piste. Bref, des conditions loin d’être optimales. C’est pourquoi la Canadienne était d’autant plus fière d’avoir pu réagir ainsi.

« Ça veut dire beaucoup pour moi et ça m’aide à augmenter ma confiance en prévision des prochaines courses qui arrivent à grands pas. »

Une journée à oublier pour Laurence St-Germain

Au contraire de sa coéquipière, Laurence St-Germain a été déçue par sa performance du jour. Elle a chuté et n’a pas été en mesure de compléter la première manche.

« C’est évident que c’est vraiment décevant de sortir comme ça, surtout en début de parcours. À mon premier intervalle, je n’étais pas super rapide. J’aurais aimé poursuivre sur ma lancée après ma belle performance à Lienz. »

PHOTO SÉBASTIEN SALOM-GOMIS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Laurence St-Germain a chuté et n’a pas été en mesure de terminer la première manche.

L’athlète de 27 ans n’est pas du genre à se trouver des excuses, mais il est certain que les conditions lui ont nui quelque peu. « Ça m’a quand même affectée mentalement en descendant. Ça m’a dérangée. Je pensais que ça allait être plus ferme que ça. Je sentais un peu mes skis glisser sous mes pieds, plus que j’aurais pensé, et c’est probablement ce qui explique pourquoi je suis sortie de piste », a-t-elle expliqué.

Les skieuses en slalom vivent présentement un bloc intense de compétitions et c’est probablement ce qui aidera le plus St-Germain à oublier cette contre-performance. De son propre aveu, retourner à la compétition dans quatre jours en Slovénie l’aidera à ne pas trop penser à la course d’aujourd’hui, car elle a deux autres courses à préparer.

La skieuse de Saint-Ferréol-les-Neiges était quand même extrêmement fière pour Nullmeyer, une coéquipière qu’elle a en très haute estime et qui reviendra dans le top 10 avant longtemps : « Je ne suis pas vraiment surprise de sa performance aujourd’hui ! En entraînement, elle est super rapide et elle a vraiment une belle progression, en plus d’être une super bonne coéquipière. Plus elle va faire de bonnes performances comme ça, plus elle va améliorer sa position de départ. Ce ne sera pas long avant qu’elle soit constante dans le top 10. J’ai vraiment confiance en elle. »

Vlhová et Shiffrin, encore !

C’est Petra Vlhová qui a finalement enlevé les grands honneurs, notamment grâce à une première manche sans faille. Il s’agit d’une quatrième victoire en cinq slaloms pour la Slovaque, qui creuse un peu plus son avance sur Mikaela Shiffrin au classement de la discipline. L’Américaine a terminé deuxième pour une troisième fois cette saison. Elle mène cependant toujours le classement général de la saison.

La championne du globe en slalom la saison dernière, l’Autrichienne Katharina Liensberger, a complété le podium.