Cendrine Browne voulait profiter du 10 kilomètres style libre disputé dimanche à la Coupe du monde de ski de fond de Davos, en Suisse, pour obtenir un top 20 et atteindre le standard de qualification olympique de Nordiq Canada. Les choses ne se sont toutefois pas passées comme prévu pour la fondeuse qui demeure tout de même optimiste malgré sa 36e place.

Publié le 12 déc. 2021
mathieu fontaine Sportcom

Reconnu pour ses portions techniques et son degré de difficulté élevé notamment en raison de l’altitude, le réputé parcours de Davos a donné du fil à retordre aux participantes, y compris Browne.

Après avoir connu un bon départ, la Québécoise a vu son objectif de classement lui filer entre les doigts lors du second tour de l’épreuve. Elle a finalement complété sa course en 25 min 24,4 s, à un peu plus de 45 secondes du 20e rang.

« C’est toujours difficile à Davos ! » a laissé tomber Browne en entrevue avec Sportcom.

« J’ai fait un tour complet avec [la Norvégienne] Heidi Weng pour commencer et j’étais en très bonne posture. Par contre, ç’a été plus difficile ensuite en raison de l’altitude et j’ai perdu du terrain. C’est un parcours exigeant avec une montée de plusieurs minutes suivie d’une descente très technique. »

Fidèle à ses habitudes, la Norvégienne Therese Johaug ne s’est pas laissé intimider et son temps de 23 min 40,1 s lui a permis de remporter la médaille d’or. L’Américaine Jessie Diggins (+14,5 secondes) et la Suédoise Frida Karlsson (+17,1 secondes) l’ont accompagnée sur le podium.

De son côté, Katherine Stewart-Jones, de Chelsea, a pris le 48e échelon, concluant à près de deux minutes de la gagnante.

Chez les hommes, Antoine Cyr n’a pu prendre le départ du 15 kilomètres style libre. Incommodé par les symptômes d’un rhume, le Gatinois a été dans l’obligation de se retirer de l’épreuve, non pas à contrecœur.

« C’est dommage, car ç’aurait été une super belle occasion pour moi sur un parcours qui me convient. Mais bon, c’est la vie », a-t-il commenté.

Place aux sélections olympiques canadiennes

L’arrêt à Davos était le dernier avant les Fêtes pour les athlètes de la Belle Province qui feront l’impasse sur la Coupe du monde de Dresde prévue la semaine prochaine, en Allemagne. Ils rentreront plutôt au pays pour y peaufiner leur préparation en vue de la suite de la campagne.

Il s’agissait ainsi de leur dernière occasion d’atteindre les critères de qualification olympique établis par Nordiq Canada via une Coupe du monde, chose qu’Antoine Cyr et Olivier Léveillé ont réalisée plus tôt cette saison.

Plusieurs autres membres de la formation nationale, dont Cendrine Browne et Katherine Stewart-Jones, se tourneront vers les sélections canadiennes qui se dérouleront au début janvier, à Canmore, afin de décrocher leur billet pour le rendez-vous tant attendu.

Chose certaine, Browne assure qu’elle sera prête pour l’occasion et c’est avec confiance qu’elle poursuit sa route vers une deuxième participation olympique.

« C’est sûr que ça aurait été plus facile avec un top 20, mais je suis quand même contente de ma course d’aujourd’hui [dimanche] et je reste positive. C’est dur d’être parmi les 20 meilleures avant les Fêtes, surtout dans une année olympique, et je sais qu’il me manque un petit quelque chose. Par contre, je continue de progresser et je sens que je suis sur la bonne voie », a-t-elle conclu.