Les patineurs canadiens ont brisé la glace aux Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste de Dordrecht, vendredi, à l’occasion de leur première compétition en plus d’un an.

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

Menés par le vétéran Charles Hamelin, la plupart des patineurs du pays se sont qualifiés pour les tours éliminatoires qui seront présentés samedi.

Évidemment, ces Mondiaux n’ont pas la même saveur qu’à l’habitude pour les représentants de l’unifolié. D’abord, parce qu’il s’agit de la première compétition d’envergure depuis belle lurette, puis à cause du contexte dans lequel ils sont présentés.

« Il y avait un peu plus de fébrilité qu’à l’habitude, tout le monde avait le shake avant d’arriver à l’aréna. J’étais personnellement juste excité de pouvoir marcher vers la patinoire, pour affronter d’autres pays et montrer à quel point nous avons travaillé fort cette année malgré la situation sanitaire », a convenu Hamelin en visioconférence

Le triple médaillé d’or olympique, qui est âgé de 36 ans, a d’ailleurs expliqué un peu la réalité à laquelle sont confrontés les patineurs sur place.

« C’est différent (par rapport à mes 16 premiers Mondiaux) ; c’est un peu plus contraignant. Nous ne pouvons faire d’activités ensemble puisque nous sommes confinés seuls dans nos chambres, et nous ne pouvons pas encourager nos coéquipiers en bordure de la patinoire. Ceci étant dit, je pense que ça fait assez longtemps qu’on vit dans ce principe de bulle-là pour savoir à quoi s’attendre. Nous sommes conscients qu’on doit simplement respecter les règles en place », a-t-il dit.

Ainsi, Hamelin, Steven Dubois et Maxime Laoun ont tous franchi la première étape sur 500, 1000 et 1500 m.

« Je voulais juste être en contrôle de ce que je voulais faire, en évitant d’en faire trop, et être confortable dans les courses, a résumé Hamelin. Je ne voulais pas me mettre dans le pétrin pour rien. Le 500 et le 1500 m ont super bien été. Ç’a été un peu plus difficile sur 1000 m, surtout pour défendre mon côté gauche, mais j’ai réussi à faire mon chemin jusqu’à la première place, encore une fois. »

Dubois, de Lachenaie, a cependant obtenu son laissez-passer sur 1000 m après une pénalité imposée à l’Ukrainien Oleh Handei pour un accrochage qui a provoqué sa chute.

Hamelin tentera ce week-end d’ajouter à sa collection de 36 médailles en carrière aux Mondiaux, dont 12 d’or.

« J’ai de très hautes attentes pour samedi et dimanche. Je ferai tout en mon pouvoir pour que tout soit en place demain, et ensuite ce sera à moi de faire le boulot sur la patinoire », a-t-il conclu.

Les Mondiaux, un jeu pour Brunelle

Chez les dames, l’étoile montante de l’équipe canadienne, Florence Brunelle, a connu une première journée de compétitions satisfaisante.

« C’est une belle expérience ; je suis contente de vivre ça. J’apprends, j’apprends sans arrêt. Je profite du moment présent et j’essaie de tirer le plus de leçons des choses qui se déroulent en ce moment », a confié la patineuse âgée de 17 ans seulement, qui en est à ses premiers Mondiaux en carrière chez les seniors.

Brunelle, de Trois-Rivières, a franchi sans difficulté le premier tour sur 500 et 1500 m. Elle a cependant vu son parcours sur 1000 m s’arrêter dès la phase préliminaire.

« Ça faisait longtemps que je n’avais pas pris part à une compétition, donc j’avais un peu oublié ce que c’était, a reconnu la Québécoise. En fin de compte, c’est un jeu, et l’objectif c’est de finir devant les autres. Tu peux donc jouer avec les autres (patineuses), ce que j’ai réalisé après ma première course. Ça n’a pas nécessairement diminué mon stress, mais ça m’a rendue plus calme.

« Je suis juste contente des résultats jusqu’ici », a-t-elle ajouté.

Courtney Sarault, de Moncton, au Nouveau-Brunswick, s’est quant à elle qualifiée pour les tours suivants sur 500, 1000 et 1500 m.

De son côté, la triple médaillée olympique Kim Boutin, de Sherbrooke, a choisi de ne pas participer aux Mondiaux afin de se concentrer sur les Jeux olympiques de Pékin l’hiver prochain.

De plus, des puissances telles que la Corée du Sud et le Japon ont choisi de s’absenter de cette compétition, notamment à cause des craintes associées aux voyages en pleine pandémie de coronavirus.

Aucune médaille n’était octroyée vendredi.

Les médailles seront remises samedi pour les épreuves masculines et féminines sur 500 et 1500 m. Les Mondiaux de Dordrecht se poursuivent jusqu’à dimanche.