Mikaël Kingsbury se pointera à Pékin dans un rôle bien différent que lors de ses deux participations précédentes aux Jeux olympiques. Le skieur acrobatique détient le titre de champion de l’épreuve des bosses. Les attentes seront encore plus élevées dans un an, sur le sol chinois.

Martin COMTOIS
Le Droit

Ça fait tout sauf effrayer le meilleur athlète que son sport a connu. « À mes premiers Jeux en 2014, à Sotchi, je n’avais pas d’expérience », rappelle Kingsbury.

> Lisez la suite sur le site du Droit