(Bormio) L’Autrichien Matthias Mayer, déjà double champion olympique, a remporté pour la première fois la prestigieuse descente de Coupe du monde de Bormio mercredi.

Agence France-Presse

Après près de 2 minutes d’effort intense, il n’a devancé que d’un souffle son compatriote Vincent Kriechmayr (à 04/100e) et le Suisse Urs Kryenbühl (à 06/100e).

À 30 ans, Matthias Mayer se forge petit à petit l’un des palmarès les plus complets parmi les as de la descente.

Avec cette sixième victoire en Coupe du monde dans la discipline la plus spectaculaire, l’Autrichien reste loin des statistiques folles de son quasi-homonyme Hermann Maier, aux 15 victoires, ou du record de son illustre compatriote Franz Klammer (25 succès).

Mais Matthias Mayer est un descendeur de goût : champion olympique à Sotchi en 2014 (avant une 2e médaille d’or en super-G en 2018), il a dompté la mythique « Streif » de Kitzbühel en début d’année, un incontournable pour un descendeur du pays roi du ski alpin.

Il ne manque guère qu’une victoire à Wengen (Suisse) pour compléter la collection de luxe de Mayer.

Sur la « Stelvio », autre piste de renom du circuit qui dispute à la « Streif » l’exigence maximale et un revêtement hyperglacé, Matthias Mayer est parti « prudemment » (14e au premier intermédiaire) et a su terminer très fort sans faire aucune faute majeure.

Kilde reprend la tête du général

En pleine confiance après sa démonstration sur le super-G mardi, l’Américain Ryan Cochran-Siegle est au contraire parti en prenant tous les risques. Après s’être rattrapé miraculeusement d’un saut manqué en haut du parcours, il a commis une deuxième grosse erreur en bas de la piste qui lui a coûté la victoire (7e au final à 30/100e).

Comme la veille derrière l’Américain, l’Autrichien Vincent Kriechmayr a pris la 2e place cette fois derrière Mayer, qui l’avait déjà privé de la victoire à Kitzbühel en janvier.

Le Suisse Urs Kryenbühl est monté sur son 3e podium en Coupe du monde, un an après son premier à ce niveau, déjà à Bormio (2e en 2019).

La « Stelvio » a aussi marqué le grand retour de son roi : cinq fois victorieux à Bormio, l’Italien Dominik Paris a pris la 4e place à seulement 13/100e.

Un résultat très encourageant pour Paris (31 ans) qui s’était rompu le ligament croisé du genou droit en janvier à l’entraînement à Kitzbühel,  et n’avait pas fait mieux depuis le début de saison que 10e à Val d’Isère, il y a trois semaines.

Le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, tenant du titre du gros globe de cristal et 6e mercredi, a lui repris la tête du général à Alexis Pinturault, qui ne participe pas aux descentes, pour trois points.

Kilde conserve également après trois courses la tête du classement de la discipline, 32 points devant Mayer.

Les Français Nils Allègre et Valentin Giraud-Moine, et les Suisses Ralph Weber et Carlo Janka ont chuté de façon spectaculaire à la réception du même saut, mais tous sont repartis debout.

James Crawford a été le meilleur Canadien avec une 23e place. Jeffrey Read s’est classé 33e et Benjamin Thomsen, 37e.

Le circuit masculin fait une courte pause avant de reprendre avec un slalom le 6 janvier à Zagreb.