(Val d’Isère) Le Suisse Mauro Caviezel a dominé le super-G de Val d’Isère, première épreuve de vitesse de la saison de Coupe du monde de ski alpin, où Alexis Pinturault a réussi son pari de s’aligner pour prendre la tête du général.

Arnaud RICHARD
Agence France-Presse

Le Norvégien Adrian Smiseth Sejersted et l’Autrichien Christian Walder complètent le podium, en montant tous deux pour la première fois sur la boîte, respectivement à 10 et 54 centièmes du leader.

Sous une neige incessante, Caviezel, 32 ans, a signé un retour en force, 6 mois à peine après une déchirure au tendon d’Achille, qui s’est encore rappelée à lui à l’entraînement de la veille. « C’est incroyable », raconte-t-il, premier surpris de cette victoire.  

« Je ne me sentais pas à 100 % et j’ai encore du travail à fournir, mais c’est de bon augure pour la suite ». De retour sur les skis mi-octobre, l’aîné des frères Caviezel, détenteur du petit globe de cristal du super-G au terme d’une saison 2019-2020 interrompue par la pandémie, remporte sa première victoire dans cette catégorie.  

Excellente opération pour Alexis Pinturault qui prend la tête du classement général grâce une septième place, lui permettant d’engranger des points et d’éloigner la concurrence du vainqueur en titre Kilde (12e) et d’Odermatt (13e) qui jusque là partageait la première place avec lui.  

« Je trouve mes repères en super-G, je dois encore progresser sur ce type de profil peu technique, mais la mission est remplie », estime le Français qui n’envisage pas pour autant de s’aligner à Val Gardena le week-end prochain.   

« La course est placée au calendrier juste avant des courses importantes pour moi en technique », tranche-t-il. Direction l’Autriche dès lundi pour poursuivre l’entraînement en vue du géant et du slalom d’Alta Badia.

Sans public et dans une station à l’ambiance fantomatique due au huis clos, la course a dû être amputée d’une partie de son tracé par manque de visibilité sur la piste Oreiller-Killy. L’épreuve a même due être interrompue une bonne vingtaine de minutes après que deux tiers des coureurs soient passés, avant de se terminer avec des flocons de plus en plus épais.

Le temps devrait être plus clément demain et les chutes de neige cesser. Un paramètre anticipé et assumé par la fédération internationale de ski qui dès jeudi avait choisi d’inverser les deux épreuves.