(Calgary) La Ville de Calgary prépare sa candidature afin d’être une ville-bulle pour les Coupes du monde de surf des neiges et de ski acrobatique.

Donna Spencer
La Presse Canadienne

Une dizaine d’épreuves de demi-lune, de slopestyle et de big air, en plus d’une étape de la Coupe du monde de bosses seraient présentées au Parc olympique du Canada WinSport, situé à l’ouest de la ville.

Le directeur général de Canada Snowboard, Dustin Heise, a expliqué à La Presse Canadienne que les compétitions seraient organisées dans une bulle « étanche » à l’intérieur de laquelle le risque de contracter la COVID-19 serait « fortement limité ».

« La LNH et la NBA ont toutes deux organisé des évènements à l’intérieur de bulles et ce modèle s’est révélé être le meilleur pour assurer le bon fonctionnement d’une ligue sportive en ce contexte sanitaire marqué par la pandémie de la COVID-19 », a ajouté Heise.

« Ces disciplines sportives sont essentielles pour nos athlètes olympiques canadiens et elles sont d’ailleurs celles dans lesquelles le Canada remporte le plus de médailles », a-t-il souligné.

Heise n’a pas fourni davantage de précisions.

Tourisme Calgary et WinSport ont confirmé plus tôt ce mois-ci que la ville albertaine préparait à son tour un modèle de bulles pour un sport jusqu’à aujourd’hui inconnu, en s’inspirant de la bulle installée à Edmonton pour les séries éliminatoires de la LNH.

Toutefois, la ville devra obtenir l’approbation des autorités de santé publique fédérale, provinciale et municipale pour présenter un tel évènement, en plus d’avoir l’autorisation de la Fédération internationale de ski (FIS).

Actuellement, toutes les personnes qui entrent au Canada doivent se placer en isolement pour une période de 14 jours.

Cette saison, la FIS a réduit le nombre d’épreuves de ski alpin prévues en Europe, en plus d’annuler toutes les compétitions qui devaient être présentées en Amérique du Nord, notamment à Lake Louise en Alberta.

En raison de la pandémie de la COVID-19, le Canada n’a pu être à la hauteur de sa réputation internationale de terre d’accueil pour les compétitions hivernales.

Plusieurs évènements ont dû être annulés en 2020, comme les championnats mondiaux de hockey et de curling féminin, ainsi que les championnats mondiaux de luge et de patinage artistique.

Trois épreuves de la Coupe du monde de patinage de vitesse, prévues à Montréal, Laval et Calgary en novembre et décembre, ont aussi été annulées.

La première vague de la pandémie ce printemps a aussi forcé l’annulation des étapes de la Coupe du monde de ski de fond qui devaient avoir lieu à Québec et à Canmore, en Alberta.

Les épreuves de surf des neiges et de ski acrobatique prévues en 2021 sont toujours inscrites au calendrier de la FIS.

Le Parc olympique du Canada de Calgary — un héritage des Jeux olympiques d’hiver de 1988 — pourrait donc accueillir une étape de la Coupe du monde de bosses en janvier 2021, qui serait ensuite suivie par les épreuves de ski acrobatique et de surf des neiges en février.

La Ville de Calgary, qui dispose d’un aéroport international, mettrait à la disposition de la FIS plusieurs hectares de terrain adaptés aux sports de glisse extérieurs, en plus de fournir son expertise forte de plusieurs dizaines d’années d’expérience dans l’organisation d’évènements de cette ampleur.

Le Centre Markin MacPhail de WinSport contient un centre de congrès, une cafétéria commerciale ainsi qu’un centre d’entraînement intérieur.

Il n’est pas possible d’y dormir, mais des hôtels se trouvent de l’autre côté de l’autoroute transcanadienne.