(Longueuil) Jasey-Jay Anderson a savouré une de ces fameuses « victoires morales » plus tôt cette semaine.

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse canadienne

Le vétéran a en effet appris de Snowboard Canada qu’il avait obtenu un brevet et qu’il sera donc de retour pour une autre saison au sein de l’équipe de vitesse en Coupe du monde de surf des neiges. Sauf qu’il y a un hic.

« J’ai appris que j’obtenais un demi-brevet il y a environ deux jours. Ça veut dire que j’obtiens seulement la moitié de l’argent », a-t-il évoqué en entretien téléphonique jeudi midi avec La Presse canadienne alors qu’il s’apprêtait à quitter sa résidence.

Anderson, qui est âgé de 45 ans, ne s’apitoie toutefois pas sur son sort. Loin de là. Il fait partie des 16 hommes et 13 femmes qui composeront l’équipe canadienne de surf des neiges en 2020-21.

Dans les disciplines de vitesse, le planchiste de Mont-Tremblant sera notamment accompagné la saison prochaine au sein de l’équipe alpine d’Arnaud Gaudet, de Montcalm, et Sébastien Beaulieu, de Sherbrooke. L’équipe nationale de snowboardcross comptera pour sa part sur l’étoile montante québécoise Éliot Grondin, de Sainte-Marie.

« C’est une bonne nouvelle, parce que j’obtiens mon brevet, mais ç’aurait pu être mieux, a expliqué Anderson. Évidemment, tout va dépendre du genre de saison qu’on aura, à cause de la COVID-19, mais j’ai de toute évidence l’intention d’entamer la prochaine saison. »

Interrogé à savoir à combien de saisons il en était sur le circuit de la Coupe du monde, le principal intéressé a admis humblement qu’il l’ignorait.

« Je ne le sais pas. Ça fait longtemps, parce que je faisais des Coupes du monde avant que le circuit de la Coupe du monde existe, a-t-il rappelé en riant. J’ai pris part au circuit ISF, dans les années 1990, donc je dois avoir commencé dans ce coin-là. »

En attendant le retour de la saison froide, Anderson a indiqué qu’il continue à travailler dans son atelier sur ses projets de skis alpins’ICISKI’et de surfs des neiges. Il a également assuré qu’il n’a pas levé le pied au niveau de son entraînement en prévision de la prochaine saison, en dépit des mesures de confinement et de la pandémie du coronavirus.

« C’est sûr que les entraînements sur neige sont interrompus, mais je m’entraîne constamment », a mentionné le médaillé d’or en slalom géant en parallèle lors des Jeux olympiques de Vancouver en 2010.

Jamais à court d’idées, Anderson a indiqué qu’il avait même développé un projet de serre dans sa cour arrière.

« Ça faisait environ 10 ans que j’y pensais. Je l’ai bâtie moi-même, et elle est destinée à notre autosuffisance. J’y fais pousser des concombres, des tomates et toutes sortes de légumes », a-t-il énuméré.

« Je dois avouer que j’ai eu peur avec la COVID-19, et je me suis dit que puisque j’élevais déjà sur ma terre des sangliers et des poules, en plus de la bleuetière, alors c’était le bon moment pour la bâtir », a-t-il ajouté, à propos de sa serre.

La dernière des 28 victoires d’Anderson en Coupe du monde est survenue le 26 janvier 2018 en slalom géant en parallèle à Bansko, en Bulgarie. Son meilleur résultat en Coupe du monde la saison dernière fut une huitième place en slalom géant en parallèle à Blue Mountain, en Ontario.