Profitez-en, ça n'arrivera plus jamais, avait lancé Lasse Fallen, entraîneur de l'équipe américaine de bosses, à la suite du balayage historique de Vincent Marquis, Alexandre Bilodeau et Pierre-Alexandre Rousseau à la Coupe du monde de ski acrobatique de mont Gabriel. Moins de trois semaines plus tard, il doit déjà ravaler ses paroles.

Mis à jour le 13 févr. 2009
Simon Drouin LA PRESSE

Douce ironie, les trois bosseurs québécois ont choisi Are, ville natale du Suédois Lassen, pour rééditer l'exploit, vendredi. Légère variante cette fois: Marquis a cédé l'or à Bilodeau, tandis que Rousseau a cueilli l'argent.

Au bout du fil, un mot jaillit aux quatre vents alors qu'une partie de la joyeuse bande se met à table pour le souper: incroyable.

«C'était fantastique de le faire à la maison, mais de le réussir une deuxième fois est un feeling vraiment incroyable, exultait Bilodeau. Cette fois, je suis sur la première marche du podium. Les trois, on veut cette marche-là. Il y a de la compétition entre nous, mais c'est une compétition positive. On se pousse à faire de mieux en mieux et on réussit à s'éloigner du reste du monde.»

Joint plus tard, Rousseau offrait sensiblement le même point de vue que son jeune compatriote. «C'est en train de devenir quelque chose d'assez spécial entre nous, a confié le vétéran de 29 ans. C'est une sensation que je n'ai jamais connue. La camaraderie, le partage d'émotions, wow, c'est super!»

En entendant le fort score de Rousseau (25.96 points), qui le précédait en finale, Bilodeau savait qu'il aurait fort à faire pour lui ravir la tête. Le prodige de Rosemère a séduit les juges en optant pour ses sauts un peu plus faciles mais parfaitement exécutés, obtenant un pointage de 26.11, meilleure performance de la saison sur le circuit.

Privé de victoire pendant trois ans, Bilodeau vient d'en signer deux en moins d'une semaine. Samedi dernier, le bosseur de 21 ans s'était imposé sous les réflecteurs à la Coupe du monde de Cypress, théâtre de l'épreuve olympique dans un an.

«J'ai beaucoup travaillé sur l'aspect mental au cours de l'été, a-t-il dit pour expliquer cette résurgence. J'ai appris à me connaître et j'ai un peu changé de philosophie. J'ai aussi un meilleur équilibre entre ma vie personnelle et le sport. Le ski, c'est ce que je fais, et non plus qui je suis.»

Après six épreuves sur neuf, Bilodeau domine le classement de la Coupe du monde de bosses avec 490 points. Il devance le Français Guilbaut Colas (354) ainsi que ses compatriotes Marquis (248) et Rousseau (240).

Ce dernier renaît de ses cendres après un passage à vide suivant sa troisième place au mont Gabriel. La veille de la compétition, il s'était infligé un claquage aux jambes à la suite d'une mauvaise réception de saut. «Je devais me tenir après la rampe pour descendre les escaliers», a révélé Rousseau, qui dit avoir retrouvé 80 pourcent de ses capacités.

Heil deuxième

Le balayage masculin a relégué dans l'ombre une autre excellente performance de Jennifer Heil, deuxième derrière l'Autrichienne Margarita Marbler. Hormis une 16e place à Deer Valley, la Montréalaise n'a récolté que des premières et des deuxièmes places depuis le début de la saison. Pas mal pour une skieuse qui a manqué une saison complète pour soigner des blessures.

Mais la championne olympique reste sur son appétit. «Oui, je suis contente de ma constance, a mentionné Heil. Une deuxième place, c'est bien, mais je sais que mon équipe a donné tellement plus de force à ma jambe. Je suis encore à tenter d'atteindre mon plein potentiel. Ça n'y est pas encore.»

Troisième des qualifications, la jeune Chloé Dufour-Lapointe a dû se satisfaire de la neuvième place en finale. Audrey Robichaud et Nathalie Bazin ont fini respectivement 10e et 11e. Des épreuves en parallèle sont prévues samedi à Are.