Maxence Parrot est passé du cauchemar au rêve. Deux mois seulement après ses derniers traitements pour vaincre le lymphome de Hodgkin, le planchiste québécois a remporté l’or à son retour à la compétition, s’imposant en Big Air aux X Games d’Oslo, samedi.

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse canadienne

Après avoir dominé les qualifications, Parrot a remporté une cinquième médaille d’or en carrière en Big Air aux X Games.

« C’était un but que je m’étais mis en tête en avril quand on avait annoncé qu’il y aurait des X Games en août, a raconté Parrot en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne. C’était une motivation pour terminer ma chimiothérapie. Depuis ce temps-là, je vivais un cauchemar à l’hôpital. Aujourd’hui, je vis un rêve.

« Ce sont de grosses émotions. C’est aussi une façon pour moi de tourner la page sur tout ce qui est arrivé dans les derniers mois. »

Parrot avait révélé en janvier qu’il était atteint du lymphome de Hodgkin, un cancer qui est « typiquement caractérisé par la présence de cellules anormales », selon Lymphome Canada. Il avait dû mettre une croix sur le reste de sa saison.

Après avoir finalement reçu la confirmation que son cancer était en rémission, le planchiste de Bromont a mis les bouchées doubles afin d’être prêt pour la compétition de samedi, en Norvège.

« Je me suis entraîné le plus que je le pouvais, presque six jours par semaine, de manière très intensive, a dit Parrot. Quand je veux atteindre quelque chose, je suis prêt à tout pour y parvenir. Mon but était de participer à la compétition d’aujourd’hui. J’ai réussi. J’avais beaucoup de plaisir à être sur ma planche. C’est différent que d’être à l’hôpital.

« Habituellement pendant l’été, mon but est d’apprendre de nouvelles manœuvres pour la saison qui s’en vient. Là, je suis reparti à zéro. Je n’avais plus de muscles, plus de cardio et le mental n’était pas à point non plus. Il y avait beaucoup de choses à travailler. J’ai drainé beaucoup d’énergie à l’entraînement lors des deux derniers mois. »

En finale, quand les deux meilleurs de trois sauts étaient comptabilisés, Parrot a obtenu un score de 91,00. Le Suédois Sven Thorgren a suivi en deuxième place avec un score de 88,33, devant le Japonais Yuki Kadono, avec 84,66 points.

Parrot, dont la dernière compétition remontait à novembre 2018, s’est vite retrouvé en tête en réussissant un cab triple cork 1620 indy et un frontside triple cork mute. Avant-dernier à s’élancer en troisième ronde, Parrot a déposé une main au sol après un frontside triple cork mute qui n’a finalement pas compté.

Kanado était le dernier à descendre le tremplin et avait besoin d’un score de plus de 43,00 pour battre Parrot. Kanado a mis les mains au sol après son frontside 1440 tail grab et il s’est contenté d’une note de 36,66 qui lui a tout de même permis de grimper sur la troisième marche du podium.

« L’ambiance est toujours très amicale entre les gars, mais aujourd’hui, non seulement après ma victoire, mais pendant toute la journée, tout le monde me faisait l’accolade, a raconté Parrot. Le monde était content de me revoir et c’était réciproque. »

La prochaine compétition à l’horaire pour Parrot n’aura lieu qu’en décembre. Il devait rentrer au Québec dimanche et prévoyait prendre un congé bien mérité de deux semaines.

« C’est grâce aux médecins et aux infirmiers, à ma famille, ma copine, ma nutritionniste, mon psychologue sportif, toute mon équipe autour de moi si j’ai réussi à me rendre où je suis aujourd’hui et je suis très reconnaissant », a insisté Parrot.

Le Saskatchewanais Mark McMorris était aussi de la finale. Il a toutefois raté ses trois sauts et a pris le cinquième rang avec un score de 30,00.

Chez les dames, Laurie Blouin, de Stoneham, a conclu en quatrième place.