Les Penguins de Pittsburgh vont tenter d'accomplir, jeudi, ce que personne n'a réalisé jusqu'à maintenant, soit défaire le gardien Cam Ward dans un deuxième match d'une série éliminatoire de la Coupe Stanley.

Robert Laflamme LA PRESSE CANADIENNE

Ward a gagné les cinq deuxièmes rencontres qu'il a commencées, toutes dans l'uniforme des Hurricanes de la Caroline, signant deux jeux blancs et ne permettant plus que deux buts qu'à une seule occasion. Il est à son mieux quand l'enjeu est important, comme le montre sa fiche de 4-0 dans des septièmes matchs.

On est bien au fait des succès de Ward chez les Penguins, qui montrent eux une fiche de 5-2 dans des matchs numéro deux au cours des trois derniers printemps.

«Il (Ward) est tout autant solide dans les deuxièmes matchs que les septièmes, a souligné le vétéran ailier Bill Guerin. Il a très bien fait dans le premier match, on ne s'attend pas à ce qu'il soit moins bon dans le deuxième.»

On ne s'attend pas également à ce que les Hurricanes soient moins affamés, à l'occasion de la deuxième rencontre de la finale de l'Association Est au Mellon Arena.

«J'estime que c'est l'équipe, parmi toutes celles qu'on a affrontées, qui maîtrise le mieux le style qu'elle doit pratiquer, celle qui affiche le plus d'acharnement à le faire», a affirmé l'entraîneur Dan Bylsma, mercredi.

«Les Hurricanes luttent ferme, tout en respectant vigoureusement leur style, a poursuivi Bylsma. C'est de cette façon qu'ils ont développé leur grande résilience face à l'adversité et qu'ils parviennent à surmonter des retards dans leurs séries. Nous savons pertinemment à quoi s'attendre de leur part.

«Ils vont tout donner, et nous savons comment ils vont jouer. Nous devrons être plus alertes et prêts si on veut continuer de leur tenir tête.»

Sept chanceux?

Bylsma prend goût à l'utilisation de sept défenseurs. La performance d'un but et d'une passe de l'arrière numéro sept Philippe Boucher dans la victoire de 3-2 des Pens, lundi, y est évidemment pour quelque chose.

Le pilote recrue a laissé entendre, mercredi, qu'il pourrait poursuivre l'expérience même si Sergei Gonchar paraît rétabli de la blessure au genou droit qu'il a subie au cours de la série précédente.

«On court toujours le risque de perdre un défenseur en cours de route. Et jouer à cinq défenseurs, c'est difficile», a-t-il souligné.

L'état de santé de Rod Scuderi, qui s'est blessé au pied droit vers la fin de la séance d'entraînement de mercredi, pourrait l'inciter à miser de nouveau sur Boucher comme police d'assurance. Scuderi a été atteint d'une frappe d'Evgeni Malkin au terme d'une descente à deux contre deux. Tout le monde dans l'entourage de l'équipe a retenu son souffle en voyant Scuderi rester agenouillé sur la glace. Il a pu compléter la séance.

Gonchar a obtenu près de 22 minutes de temps de jeu, lundi, soit à peu près sept minutes de plus qu'à son retour au jeu dans le septième match de la série contre les Capitals de Washington.

«Je n'ai pas été surpris qu'il puisse jouer autant, lundi, a commenté Bylsma. Quand il nous dit qu'il peut jouer, c'est qu'il est prêt. Il est à l'aise dans ses mouvements, son coup de patins est fluide. On dirait qu'il est complètement rétabli.»