Une tournée médiatique, une visite au Centre Bell, une présentation à la foule : on devine que les sept joueurs de la LHJMQ conviés à une tournée promotionnelle ont déjà vécu de pires mardis.

Publié le 15 mars
Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

C’était en effet journée d’entrevues pour les quatre joueurs considérés comme les meilleurs espoirs de la LHJMQ au prochain repêchage, de même que pour trois jeunes qui appartiennent déjà au Canadien, et qui évoluent dans le circuit Courteau : Joshua Roy, Xavier Simoneau et William Trudeau.

Tout ce beau monde semblait bien s’amuser, même Simoneau, qui faisait ladite tournée avec une botte protectrice à un pied, résultat d’une entorse à une cheville subie la semaine dernière.

Mais du haut de ses 20 ans, Simoneau nous a sagement rappelé sa réalité : « C’est une blessure à la cheville, je ne suis pas mort ! »

Il y a contexte derrière cette déclaration, cela dit. Simoneau a été repêché au 191rang par le Tricolore, en 2021. C’était sa troisième année d’admissibilité au repêchage. Il a été ignoré une première fois à 18 ans, puis encore à 19 ans, malgré une récolte de 89 points en 61 matchs.

Le problème : sa taille (il mesure 5 pi 7 po), et les blessures qui peuvent venir avec. « Il y a des gens qui pensent que j’ai fait 18 commotions. Mais non. Seulement une », lançait-il au collègue Alexandre Pratt en janvier 2020.

Voilà qu’il est à l’écart du jeu pour la troisième fois cette saison. Ses deux premières absences – pour des blessures au haut du corps – ont été brèves, mais celle-ci sera de quatre à six semaines, selon le diagnostic qu’il a reçu. « Je vise quatre semaines », assure-t-il.

Sauf qu’entre ça, Simoneau a été un des joueurs les plus productifs de la LHJMQ. En 35 matchs, il a inscrit 18 buts et 44 aides pour 62 points.

Moyenne de points par match, LHJMQ, 2021-2022

Mavrik Bourque : 2,05

Joshua Roy : 1,95

William Dufour : 1,82

Xavier Simoneau : 1,77

« On dirait qu’il n’y a pas une année où je n’ai pas eu de bad luck, déplore-t-il, mais c’est hors de mon contrôle.

« Partout au hockey, il y en a, des blessés. Même des gars juniors qui ont signé des contrats dans la LNH, ils ont été blessés et ont eu leur chance. Je contrôle ce que je peux et en ce moment, je ne peux rien contrôler, sauf ma guérison. C’est une blessure à la cheville, je ne suis pas mort. Dans quatre semaines, je vais retrouver ma forme et je serai le même Simoneau qui a toujours joué au hockey. »

Comme Harvey-Pinard ?

Il évoque lui-même la question du contrat, parce qu’elle se posera prochainement.

Simoneau est dans la même situation que Rafaël Harvey-Pinard il y a deux ans. Il a été repêché à 20 ans et pourra donc faire le saut chez les pros la saison prochaine. Sauf que le Canadien détient ses droits pour une autre saison.

Le cas de Harvey-Pinard s’était réglé par un compromis : il avait signé un contrat d’un an, mais de la Ligue américaine seulement, afin de ne pas ajouter au Canadien un contrat de plus dans les 50 auxquels chaque équipe a droit. Quelques mois plus tard, Harvey-Pinard a signé son contrat d’entrée en bonne et due forme.

C’est sans doute l’avenue que le Tricolore privilégiera. Mais le jeune homme est nettement plus productif que l’avait été Harvey-Pinard à son année de 20 ans (78 points en 62 matchs). Pas que les points font foi de tout, mais dans une négociation, ils peuvent donner plus de pouvoir.

Il sera donc intéressant de voir comment la situation se dénouera. Avec ses instincts offensifs et son sens du hockey parmi ses forces, il a ce qu’il faut pour plaire à la nouvelle administration du Canadien.

« En début d’année, j’avais deux objectifs : gagner des coupes et signer mon premier contrat professionnel, lance-t-il. C’est sûr que le but de tout joueur est de jouer dans la Ligue nationale. Pas que le contrat me trotte dans la tête, mais je mentirais si je disais que je n’y pense pas. »

Équipés pour veiller tard

Les « coupes » dont Simoneau parle, c’est celle du Président et la Coupe Memorial. Son équipe, les Islanders de Charlottetown, feront partie des favoris. Leur fiche de 31-9-5 leur vaut le premier rang au classement général de la LHJMQ.

Si Charlottetown fait un bout de chemin, ils seront deux espoirs du Canadien à en profiter : Simoneau et William Trudeau, défenseur repêché au 113rang en 2021.

Dans les circonstances des dernières années, un long parcours en séries ferait le plus grand bien à tout le monde, puisque la Coupe Memorial n’a pas été remise depuis 2019.

« Il y a deux ans, on n’a même pas eu de séries, a rappelé Trudeau. L’an passé, c’était différent et cette année, c’est un peu le retour à la normale. Tout le monde a hâte et ce sera du hockey excitant. »