Le Canadien a un problème de gardiens.

Mis à jour le 27 janvier
Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse
Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

Les plus cyniques s’emporteront en rétorquant qu’il y a virtuellement toujours un problème de gardiens à Montréal, mais restons concentrés.

Ce n’est pas cet enjeu qui explique entièrement la défaite de 5-4 subie contre les Ducks d’Anaheim. Mais il la justifie au moins en partie.

(Re)lisez notre couverture en direct
Consultez le sommaire de la rencontre

Les indices s’accumulaient, et la conclusion est de plus en plus claire : Cayden Primeau n’est pas prêt à évoluer dans la LNH.

Il peut certainement connaître de bons moments, de manière épisodique. Contre l’Avalanche du Colorado, samedi dernier, il a été solide et n’a rien eu à se reprocher. Mais contre le Wild du Minnesota, le surlendemain, ç’a été difficile. Et contre les Ducks, jeudi, ça n’a pas été mieux.

En voyant sa soirée de travail se terminer après seulement une période, le gardien de 22 ans a maintenant été remplacé après quatre de ses sept départs depuis le début de la saison.

Lorsque Dominique Ducharme a sorti le crochet, il y a une dizaine de jours en Arizona, c’était, disait-il, pour changer l’allure de la rencontre. Au Minnesota, il a expliqué avoir voulu « protéger » Primeau, qui se faisait malmener sans que ses coéquipiers ne semblent enclins à lui faciliter la vie.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

C’est un peu dans cette veine que Ducharme a justifié sa décision de jeudi soir. Son adjoint Éric Raymond, responsable des gardiens, et lui ont vu des « signes », chez Primeau, que quelque chose clochait. « Des signes qu’il démontre de la nervosité et qu’il n’est pas tout à fait à l’aise », a-t-il précisé. Dans ces circonstances, « est-ce que tu le laisses plus longtemps et ça devient pire ? », s’est-il demandé. On connaît la réponse.

L’entraîneur en a rajouté une couche en affirmant qu’en retard de trois buts, il ne voulait « surtout pas que [ses] joueurs lâchent ».

À ce point du match, Primeau n’était plus l’homme de la situation.

Banal… ou pas

Sur le fond, la situation est banale : on peut difficilement reprocher à un gardien de ne pas être prêt à affronter des tireurs de la LNH tous les soirs quand il n’a pas encore disputé 80 matchs chez les professionnels. Ce serait injuste.

Or, comme on le comprend, le cas des hommes masqués est évidemment hautement complexe pour le Canadien.

La décision de confier le filet à Primeau après la déconfiture au Minnesota se justifiait mal. Or, Ducharme l’a avoué, il n’avait pas vraiment le choix.

Samuel Montembeault, la grande révélation de la saison, est blessé, probablement au poignet. Le personnel médical de l’équipe lui a permis, après quelques jours de repos, de reprendre l’entraînement, mais lui-même a dit, après la rencontre contre les Ducks, qu’il ressentait encore de la douleur.

Comme il avait n’avait pas joué depuis une semaine et qu’il ne s’était entraîné qu’une fois, on a d’abord préféré lui faire sauter son tour avant les matchs du week-end. Son répit n’aura duré qu’une période.

Il n’a franchement rien à reprocher à sa performance de jeudi : le premier but de Trevor Zegras sera de tous les top-10 d’ici la fin de la saison, et sur le suivant, le même Zegras a attendu que quatre chandails rouges bloquent la vue du Québécois avant de décocher un tir précis.

Montembeault a eu de bons mots pour son jeune camarade : « Il est encore jeune, il a juste 22 ans et il est très bon techniquement. Il a beaucoup de talent, je ne suis pas inquiet pour son potentiel. »

La solution devant le filet passe résolument par Montembeault, à tout le moins en attendant que Jake Allen soit rétabli de sa blessure au bas du corps et que Carey Price ait retrouvé la forme. Le hic, c’est qu’il constitue aussi, pour l’heure, l’unique option pour son entraîneur. Primeau, à l’évidence, doit retrouver ses repères et sa confiance. Et Michael McNiven constitue bien davantage un filet de sécurité de dernier recours… quoiqu’on peut se demander légitimement si lui donner quelques matchs ne permettrait pas à Primeau de prendre un peu de recul.

Nœud

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Trevor Zegras surprend Samuel Montembault par derrière le filet en 2e période.

Mais là encore, il y a un nœud : si le Canadien voulait céder Primeau au Rocket de Laval, il n’aurait plus de gardien dans son escouade de réserve.

La meilleure avenue ne serait-elle pas de dénicher un vétéran au bas prix pour jouer en relève à Montembeault jusqu’à nouvel ordre ? Rappelons que le CH est toujours dernier au classement général : pas besoin, dans ces circonstances, de chercher une perle rare. Simplement de l’aide, bien concrète, pour son équipe sur la glace. C’est sans doute plus facile à dire qu’à faire. Mais, au risque d’insister, le problème est réel.

Plus tôt dans la journée, Ducharme a souligné qu’une telle décision reviendrait à ses nouveaux patrons, le directeur général Kent Hughes et le vice-président sénior des opérations hockey Jeff Gorton.

Or, Gorton a déjà renoncé à se tourner vers ce scénario cette saison lors du périlleux voyage de la fin du mois de décembre. Primeau avait contracté la COVID-19, et alors que des joueurs tombaient quotidiennement, il avait fait le pari que Montembeault et McNiven resteraient en santé pour les derniers matchs avant une longue pause.

Devant les lacunes de Primeau et son évident déficit de confiance, empruntera-t-on cette fois une voie différente ? On en finit presque à le souhaiter… à Cayden Primeau lui-même.

En hausse : Jake Evans

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Jake Evans et Jamie Drysdale

Deux buts, dont l’entièreté du mérite lui revient. Chaque fois, il a foncé droit au filet et a marqué en plongeant. Mine de rien, son total de six buts cette saison le place désormais à seulement deux du sommet chez le Canadien.

En baisse : Alexander Romanov

PHOTO JEAN-YVES AHERN, USA TODAY SPORTS

Jakob Silfverberg (33) et Alexander Romanov (27)

Son entraîneur a avoué, plus tôt cette semaine, que le jeu du défenseur avait « glissé », et ça s’est poursuivi contre les Ducks. Plusieurs jeux maladroits et des batailles perdues à un contre un. En témoigne l’un de ses plus faibles temps de glace de la saison.

Chiffre du match

13

En huit matchs depuis son retour au jeu à la mi-janvier, le Canadien a maintenant accordé 13 buts en première période.

Ils ont dit

J’ai vu (Trevor Zegras) à la dernière seconde, j’essayais de couvrir la passe sur le côté fort… c’est sûr que c’est un but assez exceptionnel. C’est une manœuvre extrêmement difficile à faire, ça prend des habiletés pour y arriver. De notre côté, y’avait pas grand-chose à faire, c’est difficile de se défendre contre un tel jeu.

David Savard

Je ne pense pas que ce soit de sa faute. Il faut qu’on bloque plus de tirs, qu’on fasse du meilleur travail devant lui. On l’a mis dans une position difficile, il faut retourner au travail et le supporter là-dedans.

David Savard sur le retrait du match de Cayden Primeau

Le but de Zegras, c’est pas pire qu’un gardien qui met de la moutarde en masse sur un arrêt de la mitaine. C’est un très bon joueur et ce fut une très belle manœuvre, il faut l’admettre.

Samuel Montembeault

Il faut reconnaître que Zegras a eu le courage de vouloir essayer un tel geste… c’est un beau but et c’est très difficile que faire quoi que ce soit contre un tel geste.

Jake Evans

Même en première période, il n’y a pas grand-chose à redire à propos de notre jeu, on a eu de bonnes chances. Au total des buts, la deuxième période s’est terminée 2-2 dans la période. On a pensé qu’on allait pouvoir remonter la pente, mais il nous a manqué un peu de temps à la fin.

Dominique Ducharme

Dans le détail

Un match devant personne

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le match s’est disputé devant des gradins vides.

Il y avait du monde jeudi soir au Centre Bell : des membres des médias et aussi des employés de l’aréna. Mais de manière officielle, le Canadien a disputé ce match face aux Ducks d’Anaheim devant absolument personne. C’est que le Centre Bell sera fermé aux partisans jusqu’au 7 février, et ensuite, le Canadien pourra accueillir 500 personnes… jusqu’à ce que cette mesure soit remplacée par une autre mesure, qui devrait mener à un autre nombre de spectateurs, espère la direction de l’équipe. Mais en attendant, c’est assez tranquille au Centre Bell. Ce qui est peut-être une bonne chose, finalement, parce qu’au moins, il n’y a personne pour venir huer.

Encore des problèmes en défense

PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

Cayden Primeau se fait battre par Sam Carrick en première période

Bien sûr, on pourrait parler des problèmes devant le filet pendant des heures et des heures, et en particulier, on pourrait discourir sur les ennuis du jeune Primeau, sorti de son filet de manière prématurée une fois de plus jeudi soir. Mais avec tout ça, il ne faudrait pas oublier ce petit détail qui n’est pas insignifiant : avec cette autre défaite, le Canadien a accordé au moins 5 buts à 16 reprises depuis le début de la présente saison. Jake Evans a toutefois tenté de voir le côté positif des choses. « Il faut toujours essayer de voir le positif, parce que c’est une année difficile et qu’il faut bâtir sur quelque chose, a ajouté le jeune attaquant. Mais je trouve que l’équipe a fait preuve tout de même d’une belle force de caractère lors de ce match en n’abandonnant guère. Qui sait, si la rondelle avait pu bondir de manière différente à quelques reprises lors de cette joute de hockey sur glace, le résultat aurait pu être différent. »

Un but qu’on reverra souvent…

PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

Trevor Zegras (46)

Ça n’arrive pas souvent qu’un joueur réussisse le « Michigan ». Vous savez, ce type de but un peu comme à la crosse, où un joueur place la rondelle à plat sur son bâton, passe derrière le filet, et insère l’objet par-dessus l’épaule du gardien de l’autre côté. Eh bien, c’est arrivé jeudi soir au Centre Bell, quand Trevor Zegras s’est permis cette fantaisie face au pauvre Samuel Montembeault, qui venait à peine de prendre la place de Cayden Primeau devant le filet montréalais. Ç’a d’ailleurs été le premier tir que le gardien québécois a reçu au moment de se poster entre les poteaux, en début de deuxième période… « C’est impressionnant, c’est arrivé rapidement. Je l’ai vu placer la rondelle sur sa palette et il m’a battu de vitesse de l’autre côté, a commenté Montembeault. J’aurais aimé faire face à un lancer différent comme premier lancer, mais c’est un super beau but et il faut lui lever notre chapeau […] Je vais me revoir toute la semaine sur TSN et ESPN, alors je ne suis pas si heureux de ça… mais chapeau à lui. »