Émilie Castonguay est la nouvelle directrice générale adjointe des Canucks de Vancouver.

Mis à jour le 24 janvier
Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

L’équipe en a fait l’annonce ce lundi. Elle devient ainsi la première femme de l’histoire de la franchise à occuper ce poste, et seulement la deuxième dans toute la LNH.

La Québécoise de 38 ans était jusque-là à la tête de l’agence Momentum, qui représente notamment Alexis Lafrenière. Elle était d’ailleurs devenue, en 2016, la première femme agente certifiée par l’Association des joueurs de la LNH. Elle représentait également Marie-Philip Poulin, capitaine de l’équipe canadienne de hockey qui s’envolera bientôt pour Pékin.

Dans un communiqué, Jim Rutherford, président des opérations hockey et directeur général par intérim du club, a vanté sa « vaste expérience » dans le hockey ainsi que sa « forte réputation, son intelligence et son éthique de travail ».

La déclaration précise que Castonguay sera impliquée dans la négociation et l’élaboration des contrats des joueurs et qu’elle gérera les enjeux liés à la convention collective. « Sa voix sera entendue dans tous les aspects des opérations hockey [et] elle sera une membre clé de notre équipe de leadership », ajoute le communiqué.

Le nom de Castonguay a été largement prononcé au cours des dernières semaines, alors que le processus de sélection d’un directeur général battait son plein chez le Canadien de Montréal. Selon nos informations, elle n’a toutefois pas été approchée pour ce poste.

En 1996, les Mighty Ducks d’Anaheim avaient fait d’Angela Gorgone la première directrice générale adjointe de l’histoire de la LNH. Elle avait occupé cette fonction une seule saison avant d’être embauchée par les Predators de Nashville comme directrice de l’administration hockey. Elle ne travaille plus dans le sport depuis plusieurs années. Il aura donc fallu 25 ans avant qu’une femme accède à un tel poste de nouveau.

Ailleurs dans la ligue, d’autres femmes, quoique peu nombreuses, occupent des emplois au sein de différents départements des opérations hockey — à Toronto, par exemple, Hailey Wickenheiser et Danielle Goyette supervisent le développement des joueurs. Aucune, toutefois, ne touche d’aussi près à la gestion quotidienne d’un club.

Ex-joueuse universitaire, Émilie Castonguay a fait des études en finances et en droit avant de se tourner vers une carrière comme agente.

Momentum a réagi à l’annonce, elle aussi par communiqué, en affirmant que « toute l’équipe est extrêmement fière de voir Émilie obtenir ce poste ». « Son professionnalisme, son côté visionnaire et son engagement ont grandement contribué à la croissance de notre agence », ajoute-t-on.

« Une femme inspirante »

Jakob Pelletier ne tarit pas d’éloges envers celle qui est désormais son ex-agente. « S’il y a une fille qui pouvait faire ça, c’est bien elle ! », s’exclame-t-il au bout du fil.

Comme les autres clients de Momentum, cet espoir des Flames de Calgary a été avisé la semaine dernière qu’Émilie Castonguay se préparait à partir, mais ce n’est que lundi matin qu’il a su que c’était pour rejoindre la direction des Canucks de Vancouver.

Pelletier parle d’elle comme d’une « amie » : « Que tu la textes à 6 h le matin ou à 11 h le soir, elle répondait en moins de deux ! »

« C’est tellement une femme inspirante, qui a du caractère, de l’aplomb, énumère-t-il. Je ne suis pas surpris de la voir devenir directrice générale adjointe. »