Patrick Kane et Jonathan Toews, qui jouaient déjà pour les Blackhawks de Chicago en 2010, se sont exprimés mercredi soir sur les résultats de l’enquête indépendante dans l’affaire Brad Aldrich ainsi que sur la sortie publique de Kyle Beach, qui a révélé être John Doe.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Kyle Beach, choix de premier tour des Hawks en 2008, a révélé mercredi soir dans une longue entrevue accordée à Rick Westhead, du réseau TSN, qu’il était John Doe. Que c’est lui qui a été agressé sexuellement par l’entraîneur-vidéo Brad Alrich en mai 2010. Que c’est lui, aussi, qui s’est senti abandonné par les dirigeants des Blackhawks à l’époque.

En entrevue, Beach a mentionné avoir eu le sentiment que « tout le monde dans le vestiaire » savait ce qui lui était arrivé lorsqu’il s’est présenté au camp d’entraînement des Hawks, la saison suivante. Il dit d’ailleurs avoir reçu des remarques à teneur homophobe.

CAPTURE D’ÉCRAN D’UNE VIDÉO DE TSN

Kyle Beach lors de son entrevue avec le journaliste Rick Westhead, à TSN.

À l’époque, Jonathan Toews et Patrick Kane en étaient tous deux à leur troisième saison avec le club. Ils ont tous deux répondu aux questions de la firme Jenner & Block dans le cadre de l’enquête. En conférence de presse après le match des Hawks, mercredi soir, Toews a affirmé qu’il avait entendu parler de l’histoire pour la première fois lors dudit camp d’entraînement en prévision de la saison 2010-2011.

« J’aurais aimé faire quelque chose, a-t-il laissé entendre. Ce n’est pas une excuse, avec le recul, mais la vérité est que plusieurs d’entre nous étaient concentrés à juste jouer au hockey. »

Toews s’est ensuite dit compatissant à l’endroit de Beach « pour ce qu’il a traversé et ce qu’il vit présentement ».

« Je ne sais pas quoi dire de plus, a-t-il poursuivi. Je pense que les gars qui faisaient partie de ce groupe auraient tous souhaité avoir fait quelque chose de différent. »

PHOTO KAMIL KRZACZYNSKI, ASSOCIATED PRESS

Jonathan Toews

« Gagner la Coupe Stanley cette année là n’a pas d’importance. Qu’on gagne ou qu’on perde, nous aimerions que ça ne soit jamais arrivé et que les jeunes joueurs n’aient pas eu à vivre une situation comme celle-là. »

L’attaquant vedette a ensuite défendu Stan Bowman et Al MacIsaac, qui font partie du groupe de dirigeants qui étaient au courant des allégations à l’époque et qui n’ont pas réagi.

« Vous pouvez utiliser tous les arguments que vous voulez, mais ils ne sont pas directement complices dans ce qui est arrivé, a-t-il soutenu. Ce n’est pas mon rôle de commenter sur le fait qu’ils voudraient avoir réagi différemment ou pas. Je les connais en tant que personnes, j’ai une relation d’amitié avec eux depuis longtemps. […] J’ai beaucoup de respect pour eux en tant que personnes, ce sont de bonnes personnes. »

De son côté, Patrick Kane a indiqué que les démissions de Bowman et MacIsaac au courant de la dernière semaine étaient « nécessaires », tout en qualifiant Bowman d’« homme incroyable qui a fait beaucoup pour moi dans ma carrière ».

« Je suis certain qu’il aurait aimé fait les choses différemment à l’époque, mais ce qui est arrivé est arrivé. Je pense que l’organisation a pris les bonnes décisions pour avancer de la bonne façon à partir de maintenant. »

L’attaquant de 32 ans, qui avait 21 ans en 2010, a raconté qu’il avait passé beaucoup de temps avec Kyle Beach pendant le camp. Il ignorait cependant, jusqu’à mercredi, que Beach était John Doe.

« C’est vraiment courageux de la part de [Beach] de sortir publiquement et de laisser son nom être connu de tous après tout ce qu’il a traversé. J’aurais aimé qu’on fasse les choses différemment à ce moment, qu’on sache différentes choses. Peut-être qu’on aurait pu l’aider. »