Près d’une semaine après le repêchage du défenseur Logan Mailloux par le Canadien, le commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH), Gary Bettman, s’est dit « surpris » de la décision du Tricolore.

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

« J’étais stupéfait, surpris, ne serait-ce que pour expliquer ma réaction », a affirmé d’emblée le commissaire de la LNH, en entrevue pour le podcast The Power Play with Steve Kouleas.

« Je suis le père de deux filles, j’ai quatre petites-filles, et ce qui a été fait est horrifiant », a-t-il continué, en soulignant que Mailloux ne souhaitait pas être repêché. Le Canadien l’a tout de même sélectionné.

Logan Mailloux a été reconnu coupable d’un crime sexuel il y a moins d’un an, en Suède. Il a pris une photo de sa partenaire à son insu lors d’une relation sexuelle, et a partagé le cliché à ses coéquipiers. Il a payé une amende de 2000 $.

Une vague d’indignation s’est élevée dans la sphère politique et chez des organisations luttant contre les violences sexuelles. Plusieurs commanditaires de l’équipe ont aussi fait savoir leur malaise concernant le repêchage du jeune joueur.

Le propriétaire du Tricolore, Geoff Molson, a présenté ses excuses mercredi concernant cet évènement dans une lettre officielle. Il a assumé « l’entière responsabilité » de la décision du Canadien, en reconnaissant qu’elle a pu être « blessante » pour plusieurs personnes. Il considère avoir fait preuve d’un « manque de jugement » en acceptant le repêchage de Logan Mailloux.

Gary Bettman a pris connaissance des excuses de Geoff Molson. Il estime cependant que des évaluations seront requises à savoir si le joueur de 18 ans jouera sur la glace dans l’uniforme bleu-blanc-rouge.

« Je ne pense pas que quiconque doive perdre de vue ce qui est arrivé à la victime et à sa famille », a souligné M. Bettman.