Stupéfaction aux quatre coins de la LNH : les Rangers de New York ont annoncé mercredi après-midi avoir congédié leur président, John Davidson, et leur directeur général, Jeff Gorton.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

Dans l’immédiat, c’est l’adjoint au directeur général Chris Drury qui prend la relève comme responsable des activités quotidiennes du club. Les Rangers, déjà exclus des séries éliminatoires, n’ont plus que trois matchs à jouer en 2021 et termineront leur saison samedi.

« Nous voulons remercier John et Jeff pour leur contribution à l’organisation. Ce sont deux grands professionnels du hockey qui ont travaillé fort pour les Rangers, mais pour que l’équipe connaisse le succès que les partisans méritent, nous avions besoin de faire des changements au sein de la direction », a déclaré James L. Dolan, patron de MSG Sports, dans un communiqué.

« Chris [Drury] est un dirigeant recherché et un grand leader, et il a prouvé qu’il était l’un des plus brillants jeunes esprits du monde du hockey. Nous sommes persuadés qu’il saura guider l’équipe vers le succès à long terme que nous avons promis à nos partisans. »

Ces congédiements surviennent au lendemain d’une publication frondeuse de l’organisation s’attaquant au service de la sécurité des joueurs de la LNH et à son président, George Parros.

Dans un communiqué, les Rangers ont écrit que Parros avait failli à ses responsabilités et estimaient que l’ancien bagarreur n’était plus en mesure de remplir son rôle.

Ces propos faisaient suite à un incident survenu lundi soir au cours d’un match entre les Rangers et les Capitals de Washington. Au cours d’une échauffourée, Tom Wilson, des Capitals, s’en est d’abord pris à Pavel Buchnevich alors que celui-ci gisait au sol, et il a ensuite projeté Artemi Panarin tête première sur la glace. Blessé, Panarin ne jouera plus cette saison.

Quant à Wilson, un joueur plusieurs fois puni par le passé pour des gestes dangereux, il n’a reçu qu’une amende de 5000 $, selon le verdict rendu par George Parros.

Il n’est pas possible, pour l’instant, de déterminer hors de tout doute la cause derrière ce coup de balai au sein de la direction des Rangers.

Darren Dreger, du réseau TSN, a écrit sur Twitter que cette décision n’était pas liée à l’incident impliquant Tom Wilson, mais qu’elle était plutôt une conséquence des difficultés de l’équipe sur la glace cette saison. Après une campagne plutôt encourageante en 2019-2020, le club ratera en effet les séries éliminatoires, qui s’amorceront au cours des prochaines semaines.

Le chroniqueur Larry Brooks, du New York Post, a offert la même lecture de la situation dans un billet écrit à chaud.

Brooks, l’un des observateurs les plus avisés du quotidien des Rangers, avance que l’impatience de James L. Dolan remonte à plus loin. Son équipe ratera cette saison les séries pour la quatrième année de suite – comme le Canadien, elle avait participé au tour de qualification simplement en raison du cadre élargi l’été dernier.

Dolan n’aurait pas digéré le peu de renfort ajouté à son club après le balayage de trois matchs subi contre les Hurricanes de la Caroline l’été dernier et il aurait émis des doutes sur la stratégie à long terme du duo Davidson-Gorton, qui prône la patience et la reconstruction par le repêchage.

Une autre hypothèse circule toutefois parmi les informateurs les plus branchés du circuit.

Frank Seravalli, lui aussi de TSN, a indiqué que Davidson et Gorton avaient pris leurs distances de la dénonciation formelle de leur équipe à l’endroit du service de la sécurité des joueurs, initiative menée par Dolan. Ce dernier n’aurait pas digéré l’affront de ses dirigeants de haut niveau.

Gorton se voit montrer la porte après 14 ans à New York. Il a amorcé sa carrière chez les Blue Shirts comme recruteur, avant d’être promu directeur du personnel des joueurs, puis assistant au directeur général. Il était le directeur général de la formation depuis six ans.

Quant à Davidson, son règne n’a duré que deux saisons, lui qui avait démissionné de son poste de président des opérations hockey des Blue Jackets de Columbus pour prendre les rênes des Rangers en 2019.