La présence de nombreux joueurs en fin de carrière fait diversion, mais dans sa formation, samedi soir, le Canadien, en réinitialisation, comptait autant de joueurs de 21 ans et moins que les Sénateurs d’Ottawa, un club en reconstruction.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Il y a longtemps que le Canadien n’avait pas eu autant de joueurs aussi jeunes à des positions clés. Nick Suzuki, 21 ans, encore une fois l’attaquant de l’équipe le plus utilisé contre les Sénateurs à 19:13, a obtenu un septième point à ses cinq derniers matchs.

Jesperi Kotkaniemi, 20 ans, jouait à la gauche du premier trio. Il connait une séquence moins productive à l’attaque, mais il joue de la bonne façon et Dominique Ducharme lui donne ses 15, 16 minutes à chaque rencontre.

Alexander Romanov, 21 ans, a vu ses responsabilités augmenter avec l’absence de Shea Weber. Brett Kulak n’est plus l’homme de confiance quand un défenseur du top 4 tombe au combat. Romanov a joué 23 minutes contre Winnipeg, un sommet pour lui cette saison, et 21:32 contre les Sénateurs.

N’eut été des contraintes du plafond salarial et du nombre de rappels disponibles, Cole Caufield, 20 ans, aurait joué bien avant. Il a marqué son premier but en carrière de façon héroïque, en prolongation.

Le gardien Cayden Primeau, 21 ans, doit sa présence à la blessure de Carey Price et au calendrier chargé. Mais on lui a néanmoins confié le filet même si Charlie Lindgren, 27 ans, a passé l’hiver au sein de l’escouade de réserve.

Quatre de ces cinq joueurs ont été repêchés par le Canadien entre 2017 et 2019. Suzuki a été obtenu dans l’échange de Max Pacioretty. Un seul, Kotkaniemi, a été repêché parmi les dix premiers.

Ottawa opposait à ces jeunes joueurs du CH Brady Tkachuk, 21 ans, Josh Norris, 21 ans, Shane Pinto, 20 ans, Tim Stützle, 19 ans, et Erik Brannstrom, 21 ans. Tkachuk et Stützle ont été repêchés dans le top 5. Pinto en deuxième ronde. Norris a été obtenu dans la transaction pour Erik Karlsson, Brannstrom pour Mark Stone.

Le mode de développement des deux organisations diffère. Le Canadien se prépare à participer aux séries éliminatoires et les jeunes doivent éviter les gaffes. Chaque minute doit être méritée.

À Ottawa, l’entraîneur D.J. Smith permet davantage aux jeunes de s’exprimer. Et il est plus clément. On en a eu un bon exemple en prolongation samedi.

Tkachuk, Stützle et Brannstrom étaient sur la patinoire pour le but gagnant en prolongation de Caufield. Tkachuk était à bout de souffle. Il était sur la glace depuis la moitié du surtemps, soit environ 2:30, alors qu’il aurait pu retraiter au banc au moins deux fois avec un peu de bonne volonté.

Stützle a semblé hypnotisé par la rondelle et il tourne le dos à Caufield au moment où celui-ci s’apprête à le doubler.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Cole Caufield a échappé à la couverture de Tim Stützle pour marquer en prolongation, samedi soir.

Mais comme la défaite n’a pas de conséquences fâcheuses pour ce club déjà éliminé, Tkachuk, Stützle et Brannstrom n’auront pas à craindre pour leur temps d’utilisation lors de la prochaine rencontre. Et tant mieux pour leur développement !

Les Sénateurs attendent aussi ces prochaines années l’extraordinaire jeune défenseur Jake Sanderson, cinquième choix au total en 2020, Lassi Thomson et Jacob Bernard-Docker, deux autres défenseurs, mais aussi Ridley Greig et Egor Sokolov, entre autres.

Mais dans l’antichambre du Canadien attendent aussi Kaiden Guhle, Jordan Harris, Ryan Poehling, Jesse Ylonen et Mattias Norlinder, entre autres.

Cette nouvelle rivalité n’a pas fini de faire jaser. L’avenir nous dira quelle formule fonctionnera le mieux, ou si les deux fonctionneront bien et permettront de grands affrontements.

À moins que le propriétaire à Ottawa ne force don DG à liquider ses nouvelles vedettes dans la force de l’âge et ne vole à nouveaux les partisans des Sénateurs de moments d’extase à l’égard de leur club favori.

Montréal

Nick Suzuki : 50 matchs, 12 buts, 34 points, -4
Jesperi Kotkaniemi : 50 matchs, 5 buts, 20 points, +4
Alexander Romanov : 48 matchs, 1 but, 6 points, +5
Cole Caufield : 4 matchs, 1 but, +1
Cayden Primeau : 1-1, 2,96, ,893

Ottawa

Brady Tkachuk : 51 matchs, 16 buts, 34 points, -15
Josh Norris : 51 matchs, 15 buts, 32 points, -11
Tim Stützle : 48 matchs, 9 buts, 26 points, -20
Shane Pinto : 7 matchs, 3 passes, +3
Erik Brannstrom : 25 matchs, 2 buts, 9 points, +1

À lire

1- Qui sera le meilleur jeune joueur du Canadien dans cinq ans ? Douloureuse question, à laquelle il a fallu répondre. J’ai donné la mienne, mais je suis loin d’être sûr. Tellement d’impondérables. Il y a deux semaines à peine, on disait de Suzuki qu’il ne méritait pas de rester au centre au profit de Kotkaniemi, et il a sept points à ses cinq derniers matchs…

2- Le virage jeunesse du Canadien est trop timide au goût de Richard Labbé. Il a raison, et il a tort, selon moi.

3- Arthur Guérin-Boeri n’est pas un frileux et ne manque pas de courage. Il a établi un nouveau record d’apnée sportive sous glace, en Finlande, à la fin de mars. Ève Dumas raconte.