« Avec la progression d’un jeune, il faut s’assurer d’être patient, de ne pas sauter d’étapes. Des fois, le pousser trop rapidement, ça le ramène en arrière. »

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

C’est Dominique Ducharme qui prononçait ces paroles, samedi matin. Le sujet : la possibilité d’utiliser Alexander Romanov en prolongation. Comprendre ici que l’entraîneur-chef par intérim n’est pas chaud à l’idée d’employer une recrue dans cette situation.

Rassurez-vous, il ne sera pas question ici de jeu en prolongation, après le massacre à la tronçonneuse perpétré par le Canadien, samedi, un triomphe de 7-1 aux dépens des Jets de Winnipeg.

Mais avant même que le Tricolore se mette à empiler les buts, il y avait un parallèle intéressant à faire avec ce que Ducharme avait dit quelques heures plus tôt.

C’est que Jesperi Kotkaniemi se retrouvait flanqué des deux meilleurs marqueurs de l’équipe (Tyler Toffoli et Josh Anderson), rien de moins. Kotkaniemi est pourtant le plus jeune joueur de l’équipe, six mois de moins que Romanov, même. Mais le Finlandais en était aussi à son 138e match dans la LNH, et tôt ou tard, il faudra lui en donner plus. Par exemple en lui confiant ces deux ailiers.

Kotkaniemi a pleinement profité du vote de confiance accordé par son entraîneur. Il a livré une performance inspirée à tous les niveaux, des mises en jeu à la robustesse, a joué avec son intensité des dernières séries.

« J’ai aimé son match, j’ai aimé la façon dont son trio a joué, a jugé Ducharme. En général, les trios se sont bien complétés. Il a été bon aux mises en jeu, et c’est une bonne nouvelle, on en a besoin. »

Le 3e choix au total en 2018 n’a finalement joué que 14 minutes, mais avec de tels compagnons de trio, on s’entend qu’il s’agit de temps de qualité. « Les minutes m’importent peu, a répondu Kotkaniemi. Quand on joue comme on l’a fait ce soir, ça m’importe peu. Je suis encore jeune, j’ai du temps pour me développer. J’espère avoir plus de responsabilités en me développant. »

Pour l’analyste qui souhaite décortiquer les tendances de Ducharme, un tel match à sens unique est un peu dommage. Le pointage a en effet permis à l’entraîneur de bien distribuer les présences sur la patinoire et d’éviter de surmener ses hommes de confiance avant le départ vers Vancouver. Il est donc dur de tirer des conclusions.

Mais il est néanmoins intéressant de noter cette nouvelle distribution des responsabilités. Et pour ce que ça vaut, dans l’échauffement d’avant-match, le trio de Kotkaniemi était le deuxième à s’élancer, après celui de Suzuki. Celui de Phillip Danault était le troisième. Systématiquement, depuis le début de l’année, c’était Danault, Suzuki, Kotkaniemi et Jake Evans, dans l’ordre.

Message de l’entraîneur à ses vétérans ? Vote de confiance aux jeunes ? Fin stratagème des centres pour faire jaser les journalistes ? Allez savoir.

Mais le trio de Danault a lui aussi répondu avec une solide performance, en inscrivant trois buts : les deux de Gallagher et celui de Jeff Petry.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

« Ce n’est pas toujours une question de points, a rappelé Danault, auteur de deux passes. On jouait vraiment bien depuis cinq ou six matchs, mais on n’avait pas de résultats. Ce soir, on a été solides. »

Des Jets malchanceux

On pourrait parler en long et en large des exploits du CH, de la toute première victoire de Ducharme à ne pas être suivie d’une perte d’emploi.

Mais il est essentiel de souligner tout ce qui roulait de travers dans le camp adverse. Ça a commencé par un mauvais bond de la rondelle sur la baie vitrée, qui a permis à Anderson de marquer le premier but.

En fait, la rondelle avait des yeux, et elle favorisait continuellement les Montréalais. Le meilleur exemple : sur une même séquence en troisième période, Adam Lowry et Trevor Lewis ont été atteints par des tirs… de leurs propres coéquipiers ! Les deux ont retraité péniblement au banc. Plus tôt dans le match, Josh Morrissey a été atteint par un tir de Danault. Les Jets ont aussitôt effectué un dégagement refusé, empêchant le défenseur amoché de rentrer au banc. Quelques secondes plus tard, Toffoli marquait, profitant d’un Morrissey pas à 100 %.

« C’est le genre de soirée où on veut prendre sa douche et sortir de là au plus vite », a sagement résumé Blake Wheeler, le capitaine des Jets.

Ajoutez à cela les cadeaux offerts par les deux gardiens des Jets, et on comprend bien qu’il faut en prendre et en laisser avec ce résultat de 7-1.

On en prend et on en laisse sur le pointage. Mais sur le partage des tâches, il y a des éléments intéressants à observer pour la suite des choses. À suivre à partir de lundi soir, à Vancouver.

Dans le détail

Enfin un match de cinq buts (et plus) !

Le Canadien nous avait habitués à ces soirées de cinq buts (et aux bonnes blagues d’ailes de poulet) avec assiduité lors du mois de janvier, mais les récents déboires du club ont relégué tout ça aux oubliettes. Alors la pétarade de samedi soir est digne de mention puisqu’elle représente pour le Canadien la première performance d’au moins cinq buts depuis le 2 février, soir d’une victoire de 5-3 sur les Canucks de Vancouver. Ajoutons de plus que tous les trios du Canadien se sont inscrits sur la feuille de pointage en ce samedi soir magique, et que seulement un attaquant, Corey Perry, a eu le malheur de devoir sortir du Centre Bell sans avoir pu ajouter son nom à la feuille de pointage. On peut appeler ça une soirée presque parfaite. « Il faut continuer à enfiler des performances comme celle-là, et continuer aussi à travailler sur notre jeu, a expliqué Dominique Ducharme en fin de soirée. C’est sûr que ça fait du bien à tout le monde, on s’en va dans la bonne direction. Les trios se sont bien complétés. Je vais essayer de placer nos gars dans une position pour qu’ils aient du succès. »

Le retour du Price des beaux jours ?

C’est bien tôt, tout ça, mais il faut bien le souligner : depuis que le Canadien a procédé aux changements que l’on sait et viré un peu tout le monde, Carey Price joue mieux. Ainsi, au cours de ses deux derniers départs, le gardien du Canadien a maintenu un pourcentage d’arrêts de ,964, et il a perdu un blanchissage tard samedi soir, à 11 : 14 de la troisième période plus précisément, quand Mathieu Perreault l’a déjoué alors que les Jets étaient en avantage numérique. Les observateurs les plus avertis auront aussi remarqué que Price ne portait pas son ensemble tout rouge samedi soir, ce qui est un autre élément d’importance à considérer. Mais bon, oui, il a meilleure mine, ce qui sera de nature à rassurer bien du monde. « Carey a été très solide, on avait confiance qu’il puisse retrouver son niveau de jeu, a expliqué Dominique Ducharme après la rencontre de samedi. Il a été solide dans ses deux matchs de la semaine. »

Dure soirée pour Nate The Great

Dans une rince de 7 à 1, il y a souvent plusieurs coupables, et loin de nous l’idée d’en viser un seul, mais à chaque fois que le Canadien mettait une rondelle dans le filet lors des deux premières périodes, on avait l’impression que Nathan Beaulieu était sur la glace. Eh bien, les feuilles de statistiques officielles de la LNH nous ont permis de confirmer que c’était bien plus qu’une simple impression : Beaulieu a, en effet, été sur la glace lors de quatre des cinq buts du Canadien lors des deux premières périodes de jeu. Cet ancien premier choix du Canadien, le 17e joueur à être choisi au total lors du repêchage de 2011, a ainsi fini sa soirée avec un gros -4 à sa fiche, ce qui n’est certes pas idéal, on en conviendra.

Ils ont dit

Les joueurs voyaient de la progression dans notre façon de jouer. Le résultat en ajoute une couche. Il faut continuer à empiler ces performances, à travailler sur notre jeu, mais en se concentrant sur choses qu’on contrôle. Ce soir, ça fait du bien à tout le monde. On avait trois matchs à la maison, on repart avec cinq points.

Dominique Ducharme

Avant de partir, c’était important de gagner. On sait que ça ne sera pas facile à Vancouver, on voyage [dimanche] et il y aura le décalage. C’est important d’être sur la même longueur d’onde.

Phillip Danault

Ce fut l’une de ces soirées qu’il faut mettre aux poubelles et oublier, puis passer à autre chose.

Connor Hellebuyck, gardien partant des Jets

On a bien joué en début de match mais ils ont eu des bonds chanceux et ça a fait boule de neige. Il y a des soirs comme ça.

Blake Wheeler

Avec le calendrier condensé, nous avons peu d’entraînements. C’est dur de retrouver le rythme, donc je voulais un autre entraînement avant de revenir. Et à la fin de l’entraînement, je voulais faire quelques batailles pour être sûr que j’étais correct.

Josh Anderson, à propos de son retour au jeu

En hausse 

Josh Anderson

Excellent retour au jeu pour le gros ailier droit. Même si son but était chanceux, il a donné le ton au match en patinant comme un train et en donnant de bonnes mises en échec en première période.

En baisse 

Shea Weber

Difficile de trouver un joueur du CH ici après une telle victoire. Mais le duo qu’il forme avec Ben Chiarot tarde à retrouver son élan de l’été dernier.

Le chiffre du match 

87

Jesperi Kotkaniemi a terminé sa soirée avec 87 % de succès aux mises au jeu : 13 gains en 15 tentatives. Toute une soirée pour un joueur dont ce n’est pas le dada.