La pandémie ne pouvait survenir à un pire moment pour le gardien auxiliaire du Canadien, Charlie Lindgren.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

On prête à l’organisation les intentions d’acquérir un gardien d’expérience pour seconder Carey Price l’an prochain, mais le gardien de 26 ans avait encore quelques matchs pour rehausser sa valeur, après des performances en dents de scie depuis son rappel à la mi-décembre.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Charlie Lindgren lors du match entre les Marlies de Toronto et le Rocket de Laval à la Place Bell le 3 janvier 2018.

En six matchs avec le CH, il montrait une fiche de 2-4-0, une moyenne de 3,33 et un taux d’efficacité de .888. Il n’a pas affiché de taux d’efficacité supérieur à .910 ni dans la Ligue américaine ni dans la LNH, depuis 2017.


« Il restait 13 matchs à faire, je m’attendais à en disputer quelques-uns, mais c’est la vie, je ne peux rien y faire », confiait-il jeudi matin en conférence de presse téléphonique organisée par le Canadien, depuis sa résidence de Minneapolis.

C’est une pandémie difficile pour tout le monde. Il y a beaucoup de vies perdues ou en suspens. La santé et la sécurité des gens demeurent la priorité. Je m’entraîne chaque jour pour être en forme lorsque le hockey reprendra.

Charlie Lindgren

Même si la LNH relance ses activités en juin ou juillet, Lindgren ne devrait pas jouer très souvent. Il a entamé seulement deux rencontres à compter du 5 février et Price sera reposé au retour.

PHOTO PAUL CHIASSON, PRESSE CANADIENNE

Charlie Lindgren fait dévier une rondelle contre les Golden Knights de Vegas le 7 novembre 2017 au Centre Bell.

« Carey est le meilleur gardien de la Ligue. Tu le veux devant le filet. Il te donne des chances de gagner à chaque match. Mon rôle est de rester prêt. Je ne pensais pas à jouer ou pas, je voulais seulement m’améliorer. Je peux aussi apprendre beaucoup en le voyant à l’œuvre. »

Lindgren est encore sous contrat pour une autre saison. Son salaire annuel de 750 000 $ sera garanti, même s’il est renvoyé dans la Ligue américaine. Par contre, il devra être soumis au ballottage s’il est rétrogradé par le Canadien.

Cayden Primeau numéro 1 à Laval

Cayden Primeau semble destiné au poste de numéro un à Laval l’an prochain. Un gardien russe, Vasili Demchenko, 26 ans, vient de signer une entente à deux volets avec le Canadien, mais son poste ne semble pas garanti même dans la Ligue américaine. Le contrat de Michael McNiven, 22 ans, arrive à échéance. La principale menace pour Lindgren proviendrait du marché des joueurs autonomes ou des échanges.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Cayden Primeau au camp des recrues du Canadien le 6 septembre 2019.

« J’ai vu qu’ils ont signé un gardien russe, ça n’a pas eu trop d’effet sur mon moral. Je suis dans une bonne position. C’est à moi de conserver mon poste à perdre et je dois profiter de l’occasion. J’ai bien joué à Montréal l’hiver dernier et je dois connaître un bon camp d’entraînement. Je dois rester fort. »

Lindgren semble confiant de maintenir son poste d’adjoint l’an prochain. « Je suis prêt à jouer à temps plein dans la Ligue nationale. Les gars de l’équipe aussi, vous pouvez leur demander. Je suis un bon coéquipier, je travaille fort, je donne une chance à l’équipe de gagner lorsque je joue. Je veux faire la différence à mon retour au jeu. »

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Charlie Lindgren durant un entraînement du Canadien le 22 septembre 2017.

Comme la plupart des joueurs, il nage en plein inconnu. Il pourrait devoir se soumettre à une quarantaine de deux semaines s’il traverse la frontière à la reprise des activités, comme l’a annoncé le Premier Ministre Justin Trudeau récemment.

« C’est la sécurité avant tout. Je comprendrais si je devais être en quarantaine pour deux semaines. Je dois m’assurer d’être en santé et d’être autour de gens en santé. »

Charlie Lindgren a accepté une offre du Canadien en 2016, à 22 ans, après une brillante carrière collégiale à St. Cloud State, l’ancienne université d’un autre espoir de l’équipe, Ryan Poehling.
Comme Poehling en 2019, Lindgren a brillé à son seul match dans l’uniforme du Canadien en fin de saison, après la signature de son contrat en 2016. Il a accordé deux buts aux Hurricanes, en Caroline, dans une victoire de 4-2.

PHOTO ÉRIC BOLTÉ, USA TODAY SPORTS

Charlie Lindgren fait un arrêt de la mitaine contre les Golden Knights de Vegas au Centre Bell le 7 novembre 2017.

Il a connu une bonne première saison au sein du club-école du Canadien, à St. John’s, et deux solides matchs à Montréal lors de son rappel, mais sa carrière a déraillé par la suite.
Le jeune Cayden Primeau l’a devancé dans la hiérarchie des gardiens d’avenir et l’embauche de Keith Kinkaid l’été dernier ne constituait certainement pas une marque de confiance à son endroit.

La pente sera abrupte à remonter.