Les Penguins de Pittsburgh font l’objet d’accusation dans un procès pour avoir embauché et retenu les services d’un entraîneur qu’ils savaient être un harceleur sexuel en série et qui aurait présumément agressé la femme d’un autre entraîneur lors d’un voyage d’équipe.

La Presse Canadienne

Jarrod Skalde, un ancien entraîneur adjoint du club-école des Penguins dans la Ligue américaine, allègue dans une poursuite déposée le 3 novembre devant le tribunal de district de Pennsylvanie que l’entraîneur-chef du club Wilkes-Barre/Scranton, Clark Donatelli, a agressé son épouse, Erin, alors qu’ils étaient tous les trois dans une voiture lors d’un voyage en équipe à Providence.

Selon le reportage de TSN, les allégations contre les Penguins, le Groupe Lemieux, qui possède et exploite l’équipe de la LNH, et Donatelli n’ont pas été prouvées. Un avocat des Penguins a écrit samedi dans un courriel à TSN que l’équipe avait déposé une requête en irrecevabilité.

Après avoir mangé ensemble après le match du 11 novembre 2018 et alors qu’ils se préparaient à rentrer à leur hôtel, les Skalde allèguent que Donatelli a agressé sexuellement Erin alors qu’ils étaient brièvement seuls, passant d’abord le bras autour d’elle, la qualifiant de « sexy » et la rapprochant de lui.

« Mme Skalde a tenté de lutter contre ses avances sexuelles et lui a dit d’arrêter, mais en vain, car Donatelli a intensifié ses gestes, y compris en mettant ses mains dans sa blouse et en touchant à plusieurs reprises ses seins », allègue la requête.

Les gestes déplacés de Donatelli se seraient poursuivis pendant le trajet de retour à l’hôtel alors qu’il était assis sur la banquette arrière du véhicule avec Mme Skalde et alors que son mari était installé à l’avant.

Skalde prétend que sept mois plus tard, lorsque l’incident a été porté à l’attention du directeur général adjoint des Penguins, Bill Guerin, dont les tâches consistaient à superviser les opérations de l’équipe de la LNH dans la Ligue américaine de hockey, il lui a demandé de garder le silence sur l’agression présumée. Il prétend que l’équipe de la LNH a enfreint les lois de la Pennsylvanie sur les dénonciateurs et qu’il a été congédié le 5 mai 2020, parce qu’il s’est plaint à l’équipe.

Guerin a quitté l’organisation des Penguins lorsqu’il est devenu le directeur général du Wild du Minnesota en août 2019. Guerin a refusé de commenter l’affaire par l’intermédiaire du directeur des relations des médias du Wild, Aaron Sickman.

Le couple Skalde demande des dommages-intérêts pour douleurs physiques et émotionnelles, souffrances mentales et perte de revenus dont le montant n’a pas été précisé.

L’avocat de Donatelli, Dan Brier, a refusé de commenter.

Les Penguins allèguent pour leur part dans leur requête en irrecevabilité que Skalde ne peut pas bénéficier des protections en vertu des lois de Pennsylvanie sur les dénonciateurs parce qu’il n’a pas informé l’équipe de l’agression présumée dans les 180 jours suivant l’incident, ce qui, selon l’équipe, est requis par les lois de l’État.

Skalde a expliqué que l’incident présumé n’a jamais été signalé à la police. Il a confronté Donatelli au sujet de l’agression sexuelle présumée le 15 mai 2019, selon la requête.

Donatelli a démissionné de ses fonctions pour des raisons personnelles le 28 juin 2019.

Les Skalde allèguent également dans leur requête de 22 pages avoir appris « d’innombrables autres épisodes de conduite inappropriée de la part de M. Donatelli, sexuelle et autre, dont les Penguins étaient apparemment au courant, mais qu’ils ont peu ou rien fait pour y mettre fin.