(Edmonton) L’Avalanche du Colorado et les Coyotes de l’Arizona en étaient au même point en 2016. Les deux clubs venaient de rater les séries. L’Avalanche avait terminé au 21e rang du classement général et les Coyotes, au 24e.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Embauché en mai cette année-là, John Chayka devenait le plus jeune DG de l’histoire de la LNH, à 29 ans. À Denver, Joe Sakic prenait les pleins pouvoirs après le départ inattendu de Patrick Roy en août.

Quatre ans plus tard, ces deux équipes se retrouvent en séries éliminatoires. L’Avalanche participe aux séries pour la troisième année consécutive et forme l’une des meilleures jeunes formations, avec en tête Nathan MacKinnon, Mikko Rantanen, Cale Makar et Samuel Girard.

PHOTO JASON FRANSON, LA PRESSE CANADIENNE

Les Coyotes ont été déclassés lundi.

Les Coyotes, eux, auraient raté les séries n’eût été de la nouvelle formule mise de l’avant après la reprise des activités post-COVID-19.

Chayka a été congédié il y a quelques semaines après un flirt avec les Devils du New Jersey. Il a eu le temps d’échanger sept joueurs repêchés au premier tour par l’équipe. Il a aussi sacrifié plusieurs choix de premier et de deuxième tours et des jeunes joueurs intéressants, entre autres le défenseur Tony DeAngelo, pour des solutions à court terme.

Les Coyotes parviennent depuis quelques années à se maintenir dans la lutte pour une place aux séries grâce à un style de jeu ultra-conservateur prôné par l’entraîneur Rick Tocchet. L’Avalanche, de son côté, accumule les victoires avec sa vitesse et sa créativité.

Les Coyotes ont tenté de se défendre tant bien que mal lundi. Mais l’Avalanche, après avoir perdu un match il y a deux jours, était trop rapide. Après une période, c’était déjà 3-0.

Le défenseur Cale Makar a ajouté l’insulte à l’injure en dépeçant la défense adverse au début de la troisième période pour déjouer le gardien adverse comme un enfant, une fois seul devant lui. La formation de l’Arizona a été limitée à 15 petits tirs. Les Coyotes ont en fin de compte été humiliés 7-1.

« C’était tout, a répondu Rick Tocchet par vidéoconférence après le match quand on lui a demandé ce qui n’avait pas fonctionné pendant le match. Nos passes, notre synchronisme, nos changements, c’était une débâcle totale. On aurait dit que certains de nos gars n’avaient jamais joué auparavant. »

Du flair

Contrairement au DG déchu des Coyotes, Sakic a du flair. L’été précédent, il a obtenu un deuxième centre, Nazem Kadri, contre Alexander Kerfoot et Tyson Barrie. Kerfoot a donné une bonne saison aux Maple Leafs de Toronto au centre du troisième trio. Barrie est devenu joueur autonome sans compensation, et la plupart des fans de l’équipe souhaitent son départ.

Kadri a marqué deux fois en supériorité numérique lors du quatrième match. Il ne s’agissait pas de pièces d’anthologie, mais il était au bon endroit, au bon moment. Il a désormais neuf points en sept matchs éliminatoires.

Nous avons tous déjà été humiliés. J’ai joué au hockey et j’ai été humilié. Mais je ne peux vous nommer un seul joueur qui a bien fait dans ce match. Nous avons été humiliés. C’était un match entre des hommes et des enfants. Toute cette histoire de bulle, c’est de savoir qui veut rester et qui veut rentrer. Aujourd’hui, nous voulions rentrer à la maison.

Rick Tocchet, entraîneur-chef des Coyotes

Taylor Hall, qui a coûté aux Coyotes un choix de premier tour et deux espoirs, a été blanchi pour la troisième fois en quatre matchs dans cette série. Il deviendra joueur autonome sans compensation à la fin de la saison.

Phil Kessel a été blanchi en quatre rencontres. Il aura 33 ans en octobre, et il lui reste encore deux ans de contrat à 8 millions par saison.

L’Avalanche mène cette série 3-1. On se demande comment les Coyotes pourront remonter la pente. Le successeur de Chayka ne manquera pas de défis.