Avec huit éventuels joueurs autonomes sans compensation aptes à jouer, dont leur meilleur compteur Jean-Gabriel Pageau, les Sénateurs auront l’occasion d’ici la date limite des échanges d’ajouter des choix au repêchage et des espoirs à leur banque déjà bien garnie.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Les Sénateurs ont opté pour une reconstruction sans compromis. Ils vivent un autre hiver difficile, quoique pas si loin du Canadien en terme de points, mais la relève s’annonce extraordinaire.

Récapitulons. Avec le choix de première ronde obtenu dans l’échange d’Erik Karlsson, Ottawa détient deux choix de première. Si le repêchage avait lieu aujourd’hui, ils choisiraient au cinquième et sixième rang. Par contre ils augmentent leurs chances de remporter la loterie. À l’heure actuelle, ils auraient presque 50% de chances de repêcher au moins une fois parmi les trois premiers.

À ces deux choix de première ronde en 2020 s’ajoutera peut-être un troisième si un club se montre généreux pour Pageau. Celui-ci se dirige vers une saison de 34 buts.

Les Sénateurs détiennent aussi trois choix de deuxième ronde (le leur, celui des Blue Jackets pour Ryan Dzingel et celui de Vegas pour Mark Stone) et deux choix de troisième. Ils ont aussi trois choix de deuxième ronde en 2021.

Et maintenant les espoirs déjà dans l’organisation. Leur meilleur défenseur, Thomas Chabot, vient d’avoir 23 ans. Il devrait connaître une autre saison de plus de 45 points. Dans les mineures, Erik Brannstrom, 20 ans, un choix de première ronde des Golden Knights obtenu pour Stone, a 14 points en 16 matchs et une fiche de +6.

PHOTO KIM KLEMENT, USA TODAY SPORTS

Thomas Chabot

Lassi Thomson, 19 ans, un défenseur droitier au tir foudroyant, repêché en première ronde en 2019 avec le choix obtenu en retour de Matt Duchene, a été l’un des leaders de la Finlande au Championnat mondial junior. Il a 11 points en 28 matchs dans la Ligue d’élite de Finlande.

Jacob Bernard-Docker, un défenseur droitier de 19 ans lui aussi, a joué pour le Canada au Championnat mondial junior et a amassé 16 points en 22 matchs pour la puissante formation du North Dakota dans la NCAA. Il a été obtenu grâce au choix de première ronde acquis pour Derick Brassard. Jonny Tychonick, un choix de deuxième ronde en 2018, n’est pas piqué des vers non plus.

À l’attaque, Brady Tkachuk, 20 ans, n’est pas victime de la guigne de la deuxième année. Cet attaquant de puissance de six pieds quatre pouces a 29 points, dont 15 buts, en 50 matchs. Colin White, 23 ans, connaît une baisse de productivité après une saison remplie de promesses (47 points l’an dernier). Voyons s’il retrouvera son élan l’an prochain.

Obtenu dans l'échange de Ryan Dzingel, Anthony Duclair connait, à 24 ans, sa meilleure saison en carrière. Il a déjà 21 buts. À ce rythme, il en comptera 35.

PHOTO AARON DOSTER, USA TODAY SPORTS

Anthony Duclair

Sinon, plusieurs autres jeunes attaquants grandissent ensemble dans les mineures à Belleville. Drake Batherson, un ailier de 21 ans, y domine outrageusement et a déjà 46 points en 37 matchs. Cet attaquant de 6 pieds 3 pouces a obtenu cinq points en neuf matchs depuis son rappel en janvier. Un autre ailier Alex Formenton, 20 ans, 6 pieds 3 pouces lui aussi, a 34 points, dont 21 buts, en 43 matchs.

Obtenu dans l’échange de Karlsson, Josh Norris, 20 ans, un centre repêché en première ronde (19e au total) par les Sharks en 2017, a 40 points en 42 matchs à sa première année chez les pros. Un autre centre, Logan Brown, 21 ans, 6 pieds 6 pouces et 220 livres, semble trop fort pour la Ligue américaine lui aussi avec 25 points en 19 matchs.

Ils ne deviendront pas tous des vedettes, évidemment. Mais au volume, Ottawa augmente ses chances de trouver des perles. Ajoutez-y en juin d’autres jeunes, Alexis Lafrenière si les Sénateurs sont veinards à la loterie, un Quinton Byfield, Jamie Drysdale, Lucas Raymond, Tim Stützle ou encore le gardien russe Yaroslav Azkarov et les Sénateurs auront un avenir encore plus prometteur.

Ottawa pourra aussi amasser des choix de diverse qualité pour Ron Hainsey, Tyler Ennis, Vladislav Namestnikov ou Mark Borowiecki. Ils auront aussi la marge de manoeuvre salariale pour recevoir de mauvais contrats en retour d’autres choix ou espoirs.

Comment ne pas aimer ce sympathique jeune club ?

À lire

Tomas Tatar dit ne pas se laisser affecter par les rumeurs d’échange. Si un club offre un choix de première ronde pour ses services, Marc Bergevin se laissera-t-il tenter ? Richard Labbé fait le point.