Un peu moins de cinq ans après son embauche, le DG Ray Shero a été chassé du New Jersey dimanche.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Shero a vendu beaucoup de rêve là-bas, mais les résultats n’ont pas été au rendez-vous.

- 2015-2016 : 20e au classement général (exclus des séries)
- 2016-2017 : 27e au classement général (exclus des séries)
- 2017-2018 : 15e au classement général (défaite en première ronde)
- 2018-2019 : 29e au classement général (exclus des séries)
- 2019-2020 : 27e au classement général (exclus des séries)

Le fils de Fred Shero a succédé à Lou Lamoriello en 2015 précédé d’une réputation enviable, après avoir remporté la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh en 2009 et atteint la finale le printemps précédent.

On a probablement oublié qu’il avait hérité d’un club au jeune noyau déjà construit à son arrivée à Pittsburgh. Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Kristopher Letang, Marc-André Fleury, Alex Goligoski, Ryan Whitney, Brooks Orpik, Ryan Malone et Maxime Talbot avaient déjà été repêchés. Sergei Gonchar appartenait déjà à l’équipe.

Shero avait les mains tellement pleines qu’il a préféré repêcher un centre à caractère défensif, Jordan Staal, au deuxième rang à son arrivée en 2006, devant Jonathan Toews et Nicklas Backstrom.

Avec autant d’atouts dans son jeu, Shero a effectué quelques bons échanges à la date limite des transactions pour renforcer son club à l’approche des séries : Jarome Iginla, Marian Hossa et Bill Guerin, entre autres. Par contre, Brendan Morrow, Douglas Murray et Jordan Leopold n’ont pas fonctionné.

L’acquisition de Chris Kunitz pour Ryan Whitney fut un coup de maître. Mais de 2009 à 2014, date de son congédiement, les Penguins ont franchi la deuxième ronde une seule fois.

Shero a voulu replacer les Devils rapidement. Peut-être un peu trop rapidement. Il a peut-être aussi été victime du succès de l’échange de Taylor Hall pour Adam Larsson. Hall a remporté le trophée Hart remis au joueur par excellence dès sa deuxième année avec les Devils, ceux-ci ont réussi à se qualifier pour les séries et les attentes allaient gonfler de façon exponentielle. Hall n’a jamais mené les Devils à la terre promise et il vient d’être échangé pour un choix de première ronde et des espoirs à quelques mois de son autonomie complète.

Déjà, en novembre 2018, je me demandais si les Devils n’avaient pas progressé trop rapidement.

Les plus récentes décisions estivales de Shero ont probablement signé son arrêt de mort. Il a multiplié les coups d’éclat pour relancer rapidement les Devils. P.K. Subban a été obtenu pour deux choix de deuxième ronde et le jeune défenseur montréalais Jeremy Davies. Nikita Gusev, 27 ans, a été acquis pour des choix de deuxième et troisième rondes. Wayne Simmonds a été embauché sur le marché des joueurs autonomes à un salaire de cinq millions pour 2019-2020. Le gardien Cory Schneider semblait en grande forme. Selon de nombreux spécialistes, les Devils avaient les atouts pour participer aux séries.

Subban constitue une amère déception. Il a dix points en 45 matchs, une fiche de -11, et son jeu dans l’ensemble laisse à désirer. Le propriétaire a sans doute avalé de travers le fait de devoir le payer neuf millions par année pour cette saison et les deux suivantes. Simmonds a quatre buts en 45 matchs. Gusev ne fait pas trop mal avec 27 points.

PHOTO JEROME MIRON, USA TODAY SPORTS

P.K. Subban

Malgré tout, Shero serait probablement encore en poste si les Devils avaient mieux repêché. Il a vite embauché le recruteur en chef des Blue Jackets de Columbus Paul Castron pour l’épauler. Jarmo Kekalainen s’apprêtait probablement de toute façon à nommer son vieux complice Ville Siren à la place de Castron.

Shero détenait le cinquième choix au total en 2015. Il s’agissait de l’une des cuvées les plus riches des dernières décennies. « Notre premier choix était probablement le meilleur joueur disponible », a confié Shero aux journalistes après avoir repêché le centre Pavel Zacha. Le DG justifiait ainsi sa décision de ne pas repêcher un défenseur, la plus grande lacune de l’organisation. « S’il y avait eu un défenseur qui à nos yeux avaient une plus grande valeur, nous l’aurions choisi. Mais on ne voulait pas prendre le risque de perdre Zacha. »

Ivan Provorov, désormais le défenseur numéro un à Philadelphie, et Zack Werenski, membre du premier duo de défenseurs à Columbus avec Seth Jones, étaient encore disponibles, de même que le défenseur numéro un des Sénateurs, Thomas Chabot. Sans oublier les attaquants Mikko Rantanen, Timo Meier, Mathew Barzal, Kyle Connor, Brock Boeser, Sebastian Aho et Travis Konecny.

À sa quatrième saison dans la LNH, Zacha ne progresse toujours pas. Il a trois buts en 41 matchs. Avec 18 points, si la tendance se maintient, il parviendra à peine à franchir la marque des 30 points pour la première fois de sa carrière.

PHOTO ED MULHOLLAND, USA TODAY SPORTS

Pavel Zacha

Le repêchage de 2016 était une autre grande cuvée. Et les Devils avaient toujours besoin de jeunes défenseurs. On a pourtant opté au 12e rang pour un attaquant suspect, rapide, mais dépourvu de compréhension du jeu (sa performance au Championnat mondial des moins de 18 ans ne laissait subsister aucun doute), Michael McLeod, devant Charlie McAvoy et Jakob Chychrun, entre autres. On a aussi choisi l’attaquant Nathan Bastien au début de la deuxième ronde avant Samuel Girard, Filip Hronek et Adam Fox.

Tous les recruteurs peuvent se tromper à l’occasion, mais il ne faut pas gaffer trop souvent. McLeod a cinq buts en 31 matchs dans la Ligue américaine cette saison, tout comme Bastien en 37 rencontres.

On pourrait toujours remettre en question le choix de Nico Hischier, premier choix au total en 2017, devant les défenseurs Cale Makar, Miro Heiskanen, et le centre Elias Pettersson, mais le jeune homme progresse bien et il a les atouts pour demeurer un centre numéro un.

Il est intéressant de noter par ailleurs que ses statistiques cette saison, 28 points en 40 matchs, ne sont pas tant supérieures au 13e choix au total, Nick Suzuki, avec ses 27 points en 46 matchs.

Le prochain DG, peut-être Martin Brodeur, aura du pain sur la planche, mais il n’aura pas à repartir à zéro. Avec Hischier et Jack Hughes, un autre premier choix au total, l’avenir est assuré au centre. Le jeune Kevin Bahl, obtenu dans l’échange de Taylor Hall, pourrait devenir un bon défenseur défensif. Le choix de première ronde en 2017, le défenseur Ty Smith, a un bon potentiel.

Les Devils détiennent deux choix de première ronde, le leur, fort probablement dans le top 5, et celui des Coyotes de l’Arizona. Ils en obtiendront un autre de première ronde, en 2021, si l’Arizona atteint la deuxième ronde des séries et fait signer une prolongation de contrat à Hall. Ils n’ont cependant plus de choix de deuxième et troisième rondes cette année.

À lire

Petits changements dans la formation du Canadien ce matin, nous apprend Guillaume Lefrançois. Claude Julien a réuni les jeunes Ryan Poehling et Jesperi Kotkaniemi au sein du troisième trio. Voilà une belle occasion pour ces deux-là de montrer ce qu'ils ont dans le ventre, ce soir contre les Flames. Faudra néanmoins patiner la tête haute, contre le chasseur de têtes Matthew Tkachuk...