Le Canadien doit désormais avoir le courage de reconstruire, entend-on souvent depuis mercredi.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Or, le CH est déjà en reconstruction. Ils n’ont juste pas osé vous le dire dans de tels mots pour ne pas vous effrayer. Ils auraient pourtant eu intérêt à le faire, puisque les attentes n’auraient pas été aussi élevées.

Prenez les Rangers de New York. Ils ont seulement été un peu plus rusés. Ils ont publié une belle lettre en février 2018 annonçant une reconstruction complète.

Les Blue Shirts ont pourtant conservé leur gardien Henrik Lundqvist (bientôt en fin de parcours à 37 ans), le défenseur Marc Staal et Chris Kreider, éventuel joueur autonome sans compensation.

Ils ont gardé Mats Zuccarello et Kevin Hayes un an de plus avant de les échanger à la date limite des transactions il y a 10 mois.

Pour un club en reconstruction, ils ont donné 81,5 millions pour sept ans à un attaquant de 27 ans, Artemi Panarin.

PHOTO GARY A. VASQUEZ, USA TODAY SPORTS

Artemi Panarin

Ils ont échangé un défenseur de 23 ans, Neil Pionk, et un choix de première ronde pour obtenir Jacob Trouba, bientôt 26 ans. Ils ont donné deux choix de deuxième ronde aux Hurricanes de la Caroline pour acquérir Adam Fox, bientôt 22 ans.

Le Canadien a conservé Carey Price et Shea Weber. Mais depuis février 2018, date de la fameuse lettre des Rangers, ils ont échangé Tomas Plekanec, Joe Morrow, Max Pacioretty, Andrew Shaw et Nicolas Deslauriers pour trois choix de deuxième ronde, Nick Suzuki, alors âgé de 19 ans, un choix de troisième ronde et deux choix de quatrième ronde.

Marc Bergevin n’a cédé aucun choix dans les quatre premières rondes ou un espoir pour obtenir du renfort à court ou moyen terme.

Les Rangers ont repêché six fois en première ronde depuis 2017 et deux fois en deuxième ronde. Ils ont un choix de première ronde cette année, mais aucun de deuxième ronde.

Le Canadien a repêché trois fois en première ronde depuis 2017, récupéré un quatrième choix de première ronde avec Suzuki, six fois en deuxième ronde, six fois en troisième ronde. Ils auront un choix de première ronde en juin, deux choix de deuxième, un choix de troisième et trois choix de quatrième ronde.

Les deux premiers centres des Rangers, Mika Zibanejad et Ryan Strome, ont 26 ans. Filip Chytil a 20 ans. Panarin a 28 ans, Kreider bientôt 29, Pavel Buchnevich bientôt 25 et Jesper Fast 28 ans.

Les deux premiers centres du Canadien, Phillip Danault et Max Domi, ont 26 et 24 ans. Jesperi Kotkaniemi a 19 ans. Nick Suzuki joue parfois au centre, il a 20 ans. Ryan Poehling attend son tour au centre, il a 21 ans. Aux ailes, Tomas Tatar a 29 ans, Brendan Gallagher 27 ans, Joel Armia 26 ans, Artturi Lehkonen et Jonathan Drouin 24 ans. Une vieille équipe, le CH?

PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi

En consultant le classement, les Rangers devancent le Canadien par un seul point, avec deux matchs en main, malgré l’horrible séquence du CH.

Pourtant, on parle de New York comme d’un modèle de reconstruction, tandis qu’on suggère au Canadien de reconstruire. Perceptions, perceptions…

Jesperi Kotkaniemi reçoit son lot de critiques cet hiver. Après une saison de 34 points à 18 ans, il a seulement sept points, dont cinq buts, en 29 matchs, et une fiche de -10.

Kaapo Kakko, deuxième choix au total en 2019, seulement sept mois de moins que Kotkaniemi, a 16 points, dont sept buts, en 38 matchs, avec une fiche de -16. Il est relégué au troisième trio. Patience. Aucun des deux ne sera un flop.

New York attend quelques espoirs ces prochaines années. Vitali Kravstov, 20 ans, 9e choix au total en 2018, a quatre points en 14 matchs dans la Ligue américaine. Il a peiné à maintenir son poste dans la KHL.

Le défenseur K’Andre Miller, un autre choix de première ronde en 2018, connaît une bonne saison à Wisconsin. Il a connu un Championnat mondial décevant. Le troisième choix dans cette première ronde, Nils Lundqvist, lui, a connu un gros Championnat mondial junior et il cartonne dans la SEL en Suède.

Les choses se déroulent moins bien pour le septième choix au total en 2017, Lias Andersson, de retour en Suède dans l’attente d’un échange.

Devant le filet, leur meilleur espoir, Igor Shesterkin, 24 ans, a fait une entrée remarquée cette semaine. Il présente des statistiques hallucinantes dans la KHL et la Ligue américaine depuis 2016. La relève à Lundqvist est assurée.

PHOTO SARAH STIER, USA TODAY SPORTS

Igor Shesterkin et Henrik Lundqvist

Le Canadien a aussi une relève à l’extérieur de Montréal. Et ce n’est pas seulement l’avis des fans les plus passionnés.

Le défenseur Alexander Romanov et Cole Caufield figurent dans le top 10 des meilleurs espoirs de la LNH selon la liste publiée mercredi par Craig Button, de TSN. Romanov, élu au sein de la première équipe d’étoiles du Championnat mondial junior pour une deuxième année de suite, est cinquième, Caufield dixième.

Cayden Primeau a les outils pour prendre éventuellement la relève à Price. Les défenseurs gauchers Jordan Harris et Mattias Norlinder, tous deux au Championnat mondial junior, progressent bien. On verra comment se développent Jayden Struble, Jesse Ylonen (10 buts en 37 matchs en Finlande), Jacob Olofsson (pressenti au poste de premier centre pour la Suède au Championnat mondial junior avant de se blesser), le centre Cam Hillis (53 points en 36 matchs à Guelph cette saison, fiche de +32) et Josh Brook. Si un ou deux de ses six joueurs atteint la LNH, ça sera un joli boni.

En bref, le Canadien déçoit ses fans cet hiver, mais la reconstruction est bel et bien entamée et sur la bonne voie.

À ceux qui espèrent voir Marc Bergevin échanger Carey Price et, ou, Shea Weber: quand avez-vous vu la dernière fois un club vider sa banque d’espoirs ou ses choix au repêchage pour des joueurs de la mi-trentaine, aussi réputés soient-ils, avec encore six années à écouler d’un énorme contrat? Nous sommes à l’ère du plafond salarial, ne l’oublions pas…

À lire

Qui garder? Qui échanger? Alexandre Pratt propose cet exercice fertile en discussions ce matin. Et vous? Que proposez-vous?