Les Predators de Nashville n’avaient pas prévu un tel scénario.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Ils visaient la Coupe cette année. Leur trio de défenseurs, Roman Josi, Ryan Ellis et Mattias Ekholm était toujours dans la force de l’âge. Ils avaient sacrifié P.K. Subban afin d’avoir la marge de manœuvre salariale nécessaire pour renforcer leur ligne de centre avec l’embauche de Matt Duchene.

L’équipe, en apparence, n’avait pas beaucoup de faiblesses avec Duchene et Ryan Johansen au centre, Filip Forsberg, Viktor Arvidsson et Mikael Granlund (dont on espérait le retour aux beaux jours) aux ailes, la défense fiable, et Pekka Rinne devant le filet.

Or, les choses ne se déroulent pas comme prévu. Les Predators n’ont pas gagné à leurs cinq derniers matchs et se retrouvent à cinq points des Jets de Winnipeg et de la dernière place donnant accès aux séries éliminatoires. Ils ont néanmoins deux matchs de plus à disputer. Ils doivent aussi devancer Calgary et le Minnesota.

Dans leur rétroviseur, les chances de remporter la loterie du repêchage s’améliorent au fil des défaites. Ils se situent au 21e rang du classement général, mais avec trois points d’avance seulement sur les Rangers de New York, 25e. Ils ont deux points de plus que le Canadien, avec deux matchs en main.

Lundi, le DG David Poile a posé un geste inhabituel de sa part: il a congédié son entraîneur Peter Laviolette en pleine saison. Poile avait pourtant déclaré la semaine dernière sur les ondes du 104,5 FM de Nashville ne pas songer à un changement derrière le banc. Mais les défaites ont continué à s’accumuler.

Laviolette est le quatrième entraîneur congédié par Poile en 37 ans de carrière, et le second seulement depuis l’arrivée de celui-ci à Nashville en 1997.

À la défense de Laviolette, Pekka Rinne, 37 ans, en arrache. Il se partage désormais presque équitablement le travail avec Juuse Saros. Mais ce dernier n’est guère meilleur.

PHOTO JEROME MIRON, USA TODAY SPORTS

Pekka Rinne et Juuse Saros

Les Predators, comme le Canadien, sont accablés par les blessures. Matt Duchene, Ryan Ellis, Dante Fabbro et Colton Sissons manquent à l’appel.

L’ancien défenseur du Canadien Yannick Weber a été promu par défaut au sein de la première paire. Un autre ancien de l’organisation du CH, Jarred Tinordi, a été rappelé de la Ligue américaine pour la première fois en quatre ans et il joue au sein du top 4.

Poile a aussi ses torts. L’acquisition de Kyle Turris, en novembre 2017, est un désastre. Les Predators ont donné Samuel Girard et un choix de deuxième ronde pour l’obtenir. Turris a obtenu 23 points en 55 matchs l’an dernier et il a 17 points en 34 rencontres cette saison. Le DG a été généreux à son endroit. Turris touchera six millions par année pour encore quatre ans…

PHOTO MICHAEL DWYER, ASSOCIATED PRESS

Kyle Turris

Nashville a aussi sacrifié un choix de première ronde en 2018 pour obtenir Ryan Hartman. Les Hawks ont repêché Nicolas Beaudin avec ce choix. Rasmus Sandin, Joe Veleno et Alexander Romanov (quoique loin sur plusieurs listes) étaient encore disponibles également. Hartman a été échangé l’année suivante pour le joueur de location Wayne Simmonds. Un autre désastre.

La plupart des observateurs ont applaudi l’acquisition de Granlund pour Kevin Fiala. Granlund, bientôt 28 ans, n’arrive pas à produire comme auparavant. Il a 19 points, dont 7 buts, en 51 matchs depuis son arrivée à Nashville. Fiala, 23 ans, a amassé 25 points en 38 matchs cette saison au sein d’un deuxième trio efficace au Minnesota avec Mikko Koivu et Zach Parise

Même s’il connaît une saison difficile au New Jersey, certains médias à Nashville disent s’ennuyer de P.K. Subban, échangé pour deux joueurs présentement dans la Ligue américaine et deux choix de deuxième ronde.

À lire

En reconstruction depuis plusieurs années, les Red Wings ont l'un des pires clubs de la LNH dans les dernières décennies. Guillaume Lefrançois a rencontré l'entraineur Jeff Blashill lundi pour faire le point sur les adversaires du Canadien mardi soir.