À pareille date l’an dernier, les Blues de St. Louis occupaient le 12e rang dans l’Association de l’Ouest, à neuf points du dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Les Sharks de San Jose pourront se servir de l’exemple des Blues comme motivation. La pente est abrupte pour eux.

Ça ne s’améliore guère pour les Sharks depuis le congédiement de Peter DeBoer, du moins à court terme. Ils ont remporté une courte victoire contre les Canucks, entre deux défaites contre les Rangers et les Coyotes.

San Jose occupe le 12e rang dans l’Ouest, comme les Blues l’an dernier, à sept points de la dernière place donnant accès aux séries éliminatoires.

Le DG des Blues, Doug Armstrong, a songé à un certain moment en décembre 2018 à faire exploser son noyau. Brayden Schenn est passé à un doigt d’être échangé aux Bruins. Armstrong écoutait les offres pour son défenseur Alex Pietrangelo, que plusieurs rumeurs envoyaient à Toronto.

Armstrong a maintenu le statu quo, le gardien Jordan Binnington est sorti de nulle part pour solidifier la défense et les Blues ont remporté la Coupe.

Les Blues pouvaient difficilement choisir une réinitialisation ou une reconstruction l’an dernier. Ils venaient de sacrifier leur choix de première ronde en 2019 pour Ryan O’Reilly et investi d’autres choix, des espoirs et des millions pour des résultats à court terme.

Les Sharks se retrouvent dans une situation semblable aujourd’hui. Leur choix de première ronde est déjà réservé aux Sénateurs d’Ottawa dans l’échange d’Erik Karlsson et il n’est plus protégé. Si le repêchage avait lieu aujourd’hui, Ottawa occuperait le quatrième rang du repêchage avec son propre choix et le septième avec celui des Sharks.

Mais San Jose a seulement un point d’avance au classement sur Ottawa et deux sur Anaheim, 29e. Une mauvaise fin de saison des Sharks et les Sénateurs pourraient repêcher deux fois dans le top 5, peut-être même dans le top 3 si les résultats de la loterie leur sont favorables.

Ils avaient déjà donné leur choix de première ronde en 2019 aux Sabres de Buffalo pour obtenir Evander Kane et un autre choix de deuxième ronde cette année-là pour Karlsson. Ils doivent aussi un autre choix de deuxième ronde aux Sénateurs en 2021 pour compléter cette transaction, sans oublier l’espoir Josh Norris, un choix de première ronde en 2017, cédé à Ottawa dans ce même échange.

On voit mal, dans ces circonstances, Doug Wilson changer son fusil d’épaule et entamer une réinitialisation après avoir tout misé sur des résultats à court terme.

De toute façon, ses vedettes seraient difficiles à échanger. Brent Burns, 35 ans en mars, détient une clause de non-mouvement. Il a 22 points en 36 matchs et une fiche de -23. Son contrat s’étend jusqu’en 2025, à un salaire annuel de neuf millions.

PHOTO JEFF CHIU, ASSOCIATED PRESS

Brent Burns

Karlsson, 30 ans en mai, est sous contrat jusqu’en 2027 à un salaire annuel de 11,5 millions. Il touchera 40 millions en salaire au cours des trois prochaines saisons. Marc-Edouard Vlasic, 33 ans en mars, touche sept millions annuellement. Son contrat ne se termine pas avant 2026.

Evander Kane produit, mais les autres équipes de la LNH connaissent ses ennuis personnels. Il touchera sept millions annuellement jusqu’en 2025.

La relève? Depuis Tomas Hertl en 2012, les Sharks ont seulement deux joueurs repêchés en première ronde au sein de leur organisation, Timo Meier et le défenseur Ryan Merkley. Ce dernier possède beaucoup de talent, mais ses problèmes de comportement ont incité les Petes de Peterborough à s’en débarrasser en début de saison.

Sinon, San Jose n’a pas repêché en première ronde en 2016 et 2019 et échangé ses choix de première ronde Mirco Mueller (2013) et Nikolay Goldobin (2014) pour obtenir au final un choix de deuxième ronde et deux choix de quatrième. Sans oublier le départ de Norris pour Ottawa. Norris a 21 points en 26 matchs à sa première année à Belleville, club-école des Sénateurs.

En bref Wilson n’a pas trop le choix. Il a mis tous ses oeufs dans le même panier. Il doit espérer un scénario improbable comme celui des Blues, mais de tels scénarios ne se produisent pas tous les ans.

Sans quoi, il aura des comptes à rendre. S’il fallait que les Sénateurs remportent la loterie avec les choix des Sharks, ils obtiendraient au final Alexis Lafrenière ou Quinton Byfield, Josh Norris, le gardien Mads Soogard (avec le choix de deuxième ronde en 2019), un autre choix de deuxième ronde en 2021 et deux joueurs réguliers, Chris Tierney et Dylan DeMelo. C’est beaucoup pour un seul joueur, ne trouvez-vous pas?

À lire

Autre victoire du Canadien hier soir, une deuxième en autant de rencontres depuis le début du voyage dans l’Ouest, une cinquième à ses six derniers matchs. Max Domi, qui semble se replacer, a compté le but gagnant en prolongation. Domi a cinq points à ses quatre derniers matchs et il prend de meilleures décisions. L’analyse de Richard Labbé.