(Calgary) Après la première période, le Canadien était tout croche, accusait un retard de deux buts, et Claude Julien a  senti le besoin de faire quelque chose.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Alors il a pris la parole dans le vestiaire.

« Ça fait partie du rôle du coach, a expliqué l’entraîneur-chef du CH en fin de soirée. J’ai estimé que nous étions capables de mieux jouer… On est venus sur la route pour connaître du succès. »

C’est donc une victoire de 4-3, acquise en prolongation, que le Canadien s’est offerte en plein Calgary, devant un public conquis d’avance. C’était bien mal parti avec un retard de deux buts sur les Flames après 20 minutes, mais cette équipe est parfois capable de nous surprendre, et c’est en plein ce qu’elle a fait ici.

> Le sommaire de la rencontre

Mais revenons au coach, si vous le voulez bien.

En pleine tempête le mois dernier, ils étaient nombreux à vouloir sa tête, à exiger l’arrivée de quelqu’un d’autre derrière le banc, et cela nous a valu les rumeurs que l’on sait. Claude Julien, de manière justifiée ou non, se fait souvent accuser des mêmes travers (trop défensif, trop difficile envers les jeunes, trop « conservateur », etc.), mais jamais, au grand jamais, on n’a senti que ses joueurs l’avaient abandonné, même dans les moments les plus difficiles.

Les discours de motivation sportive sont l’apanage d’Hollywood, et ils sont aussi très surfaits, parce que la réalité n’est pas toujours une scène de Miracle, et puis, on va se le dire, les coachs qui renversent des tables de Gatorade à l’entracte, ça fait un temps.

PHOTO SERGEI BELSKI, USA TODAY SPORTS

Matthew Tkachuk

Mais ce sont les joueurs eux-mêmes qui ont décidé de parler de ce que l’entraîneur a choisi de faire après 20 minutes, et cela en dit beaucoup, à notre humble avis.

« Il nous a défiés », a raconté le jeune Nick Suzuki, qui a connu une excellente soirée avec son septième but de la saison.

[Claude] n’aimait pas la façon dont on jouait, et disons qu’il s’est fâché un peu et qu’il nous l’a fait savoir. Il n’a pas aimé notre mauvais début de match.

Nick Suzuki

Avec tout ça, le Canadien vient de récolter quatre points sur une possibilité de quatre à ses deux premiers matchs de ce long, très long voyage de sept rencontres sur la route. Il s’agit d’un excellent départ qui peut contribuer à pallier la déroute de novembre, et l’équipe demeure dans le portrait des séries. Ce n’est pas du tout une position qui est confortable, mais au moins, c’est la preuve que la série de huit matchs sans victoire, bien que très dommageable, ne va pas signifier la fin des émissions.

Enfin, et c’est peut-être le bout le plus significatif dans tout ça, on remarque que le Canadien est capable de gagner des matchs malgré les blessés que l’on sait. Et vous savez dans quelle direction il faut regarder quand un club réussit à gagner malgré plusieurs absents ? Il faut regarder derrière le banc.

On aime bien lancer des roches au coach quand ça va mal. Mais il faudrait peut-être commencer à reconnaître que cette équipe est très bien dirigée.

PHOTO JEFF MCINTOSH, LA PRESSE CANADIENNE

Tomas Tatar et Mark Giordano

Ils ont dit

Je trouve que notre trio joue de mieux en mieux, on se trouve sur la glace et on profite de nos chances.

Nick Suzuki

Nous n’avons jamais abandonné et nous avons trouvé une manière de gagner. Nick [Suzuki] a disputé un très bon match, et ça fait déjà quelques bons matchs qu’il dispute. Il a marqué un gros but lors de la troisième période.

Jordan Weal

Nous jouons du meilleur hockey dernièrement. Nous n’étions pas à notre meilleur niveau lors de la première période, mais nous avons trouvé une façon de revenir dans le match et de gagner.

Carey Price

Il nous faut jouer d’une certaine façon, à notre manière, et c’est ce que nous avons fait. Nous avons montré beaucoup de caractère.

 Joel Armia

C’était important pour nous de démontrer une capacité de revenir de l’arrière après la première période. Il fallait faire confiance au plan de match et en début de soirée, les gars n’ont pas suivi les consignes.

Claude Julien

PHOTO SERGEI BELSKI, USA TODAY SPORTS

Jeff Petry et Carey Price

Dans le détail

Encore un but en fin de période…

Vous croyez que le Canadien accorde souvent des buts en fin de période cette saison ? Eh bien, ce n’est pas le fruit de votre imagination. Le Canadien en a accordé un autre en fin de première période, cette fois à l’attaquant Elias Lindholm, qui n’en demandait pas tant. Le but de Lindholm, réussi alors qu’il restait seulement huit secondes à cette première période, a été le 13e de la saison accordé par le Canadien dans la dernière minute d’un engagement. Rendu là, on peut probablement parler d’une tendance lourde.

Des fans du CH nombreux

C’était sans doute à prévoir. À l’entraînement du matin, il y avait des dizaines et des dizaines de fans du CH qui avaient réussi à envahir le Saddledome, et cette tendance s’est poursuivie plus tard en soirée, lors du match en tant que tel, où des « Go Habs go ! » ont pu être entendus aux quatre coins de l’aréna. C’est pas mal toujours comme ça lorsque le club montréalais est en visite dans l’ouest du pays, comme on le sait. Selon les plus vieux observateurs, ce curieux phénomène remonte aux années 60 et 70, quand les matchs du Canadien étaient abondamment diffusés dans les provinces de l’Ouest, et l’on raconte que cela aurait engendré des générations et des générations de partisans du Canadien par ici. Par ailleurs, on peut noter un détail assez inusité après cette victoire du CH à Calgary : l’équipe a maintenant une meilleure fiche sur la route (9-4-3) qu’au Centre Bell (8-8-3).

Armia, vers la saison de sa vie

Il n’y a pas à dire, Joel Armia est en feu. Après un peu de malchance lors du match précédent à Vancouver, où un but lui avait été refusé, l’attaquant a remis ça jeudi soir à Calgary, avec un bon tir en milieu de deuxième période qui a battu le gardien David Rittich, peut-être un peu généreux sur le jeu. Dans le cas du Finlandais, il s’agit donc d’un 12e but depuis le début de la saison, et s’il parvient à maintenir la cadence tout en évitant les malchances, il pourrait obtenir la première saison de 30 buts de sa carrière. Rappelons qu’Armia n’a jamais pu faire mieux qu’une saison de 13 buts, et il a obtenu 29 points lors de la meilleure saison de sa carrière jusqu’à maintenant, sa dernière chez les Jets de Winnipeg, en 2017-2018.

En hausse: Nick Suzuki

Un autre gros match de sa part, l’assurance du vétéran, et aussi un gros but en milieu de troisième période pour créer l’égalité. Le jeune ne cesse d’impressionner.

En baisse: Brett Kulak

Une soirée assez difficile merci pour ce défenseur, qui a commis des bourdes pour aller avec de mauvaises décisions.

Le chiffre du match: +4

C’est le différentiel de Ben Chiarot, qui a aussi conclu sa soirée avec 26 minutes de temps de jeu.