(Pittsburgh) Les nombreuses blessures qui frappent le Canadien ont forcé Claude Julien à jongler avec ses éléments et c’est cette formation drôlement assortie que l’on reverra en action mardi soir contre les Penguins.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Interrogé au sujet de ses duos de défenseurs, Julien a indiqué que Ben Chiarot et Shea Weber pourraient jouer ensemble face à la troupe de Mike Sullivan. Mais il a surtout prévenu qu’Otto Leskinen et Cale Fleury, qui forment techniquement son troisième duo, continueront à être employés de façon peu conventionnelle.

« Ces derniers matchs, nos deux derniers défenseurs n’ont pas souvent été employés en duo, mais plutôt avec les autres. Vous allez continuer de voir ça », a indiqué Julien, rencontré pendant l’entraînement optionnel du Tricolore.

Leskinen et Fleury, doit-on rappeler, en sont tous les deux à une première saison dans la Ligue nationale. Leskinen disputera son troisième match dans le circuit, tandis que Fleury en sera à un 25e. Cette façon d’employer les défenseurs 5 et 6 en dit toutefois long sur l’évaluation que Julien fait de Mike Reilly, qui sera laissé de côté pour un sixième match de suite.

Cela dit, les Penguins ont eux aussi leurs problèmes de profondeur, si bien qu’il y a peu de joueurs expérimentés ou productifs au sein des trios 3 et 4. Ces derniers matchs, Teddy Blueger et Sam Lafferty pilotaient les deux dernières unités. Mais la recette sourit aux Penguins, qui ont remporté leurs trois derniers matchs, et six des neuf derniers.

Carey Price défendra le filet des Montréalais pour ce premier de deux matchs en deux soirs. Les Penguins n’ont pas encore annoncé leurs intentions - Mike Sullivan rencontrera les médias deux heures avant le match -, mais plusieurs s’attendent à voir Tristan Jarry en action. Le gardien de deuxième année vient de signer deux jeux blancs de suite et est rendu à 144 minutes de suite sans avoir accordé de but.

Meilleur désavantage

Mine de rien, le CH a progressé en désavantage numérique depuis deux semaines. À leurs six derniers matchs, les Montréalais ont accordé un seul but en 16 occasions. Le taux de réussite de l’équipe a ainsi grimpé à 75,6 %, bon pour le 28e rang dans la LNH.

« On est beaucoup plus agressifs et désespérés. On laisse le jeu se dérouler en périphérie et on limite les passes transversales. On les laisse prendre le premier tir, mais pas le deuxième et le troisième comme avant. Et le gardien qui fait de gros arrêts, ça aide toujours le désavantage numérique », a analysé Nate Thompson, un des attaquants les plus utilisés en infériorité numérique.

Il sera intéressant de voir comment Julien déploiera ses éléments contre les Penguins, qui tentent de relancer leur avantage numérique. Ils viennent au 23e rang de la LNH cette saison avec un taux de 16,1 % et ont inscrit un seul but à leurs 15 dernières tentatives.

Lundi à l’entraînement, on pouvait observer essentiellement les cinq meilleurs joueurs offensifs de l’équipe employés au sein de la même vague : Kris Letang et Justin Schultz à la ligne bleue, avec Evgeni Malkin, Jake Guentzel et Bryan Rust à l’avant. Aucun doute : il y a de la force de frappe au sein de ce groupe.

La formation probable du Canadien mardi soir

Tatar-Danault-Gallagher
Lehkonen-Domi-Armia
Cousins-Suzuki-Weal
Peca-Thompson-Barber

Chiarot-Weber
Kulak-Petry
Leskinen-Fleury

Price