(Columbus) Cette saison, c’est pratiquement devenu une thématique, pour ne pas dire une tendance lourde : il y a des points qui traînent par terre, mais le Canadien est incapable de les ramasser.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Un autre exemple, le plus récent dans cette liste : le résultat de mardi soir à Columbus, une défaite combien décevante par la marque de 5-2.

> Relisez notre clavardage du match entre le Canadien et les Blue Jackets

Ce n’est pas que le Canadien ait été mauvais, ou même horrible. Non, ce n’est pas ça. C’est plutôt le résultat qui déçoit parce qu’il témoigne d’une occasion ratée.

En premier, rappelons que les Jackets, avant le début de la soirée, n’avaient marqué que 45 buts depuis le début de la saison, la plus faible récolte de buts de toute la LNH. Rappelons ensuite qu’ils n’avaient jamais réussi à marquer plus de quatre buts lors d’un même match cette saison. Enfin, rappelons que les Blue Jackets n’avaient pas réussi à remporter un seul match par plus d’un but.

Et puis on rappelle la marque finale, une autre fois : Blue Jackets 5, Canadien 2. 

Un grand philosophe, Claude Ruel de mémoire, a déjà affirmé qu’on ne peut pas toutes les gagner, ce qui est absolument vrai. À l’inverse, il y a des points perdus, comme ceux-là, qui finissent par faire mal au mois d’avril, quand vient le temps de démêler toutes les équipes qui se chauffent au fil d’arrivée.

La vérité, c’est que le Canadien, trop souvent, ne profite pas des adversaires plus faibles ou mal en point qui se retrouvent sur son chemin.

Ce fut encore le cas.

« Mais c’est la Ligue nationale, il n’y a pas de match facile, a répondu Brendan Gallagher. Ça n’existe plus ça, des matchs faciles. Ce qui est arrivé, c’est que nous n’avons pas été en mesure de profiter de nos occasions, et quand tu permets à l’autre équipe de rester dans le match comme ça, ça finit toujours par te faire mal à la fin. »

On comprend que tout le monde peut battre tout le monde dans cette ligue, mais ce sont quand même des occasions ratées qui s’accumulent pour cette équipe.

Ce sont des mauvaises décisions qui s’accumulent aussi, comme ce cafouillage en défense entre Chiarot et Tatar sur le deuxième but des Blue Jackets, celui de Pierre-Luc Dubois. Les mauvaises décisions, c’est aussi une autre mauvaise punition signée Max Domi, en troisième période, alors que le Canadien tente de combler un écart d’un seul but. Claude Julien a affirmé que les arbitres ont erré sur le jeu, mais Domi ne peut se placer dans une telle position, et encore moins à ce moment-là du match.

À l’autre bout, le gardien Joonas Korpisalo a très bien joué, il est vrai, mais on insiste quand même : c’est une équipe « prenable » que le Canadien avait là sous les yeux. « Ils ont profité de leurs chances et on ne l’a pas fait », a résumé Claude Julien.

On nous dira que ce n’est pas le moment d’appuyer sur le bouton rouge de la panique, parce qu’il est encore tôt, et parce qu’il reste bien des soirées de hockey au calendrier. C’est vrai, mais c’est aussi ce que l’on disait la saison dernière, à peu près à la même date. Et puis le Canadien a fini par rater sa place en séries par deux petits points.

D’où l’importance de ramasser les deux points quand ils traînent par terre.

Dans le détail

PHOTO NICK WASS, LA PRESSE CANADIENNE

Jonathan Drouin (92) après la mise en échec subie aux mains d’Alex Ovechkin, vendredi dernier

Sans Drouin pour au moins huit semaines

Le Canadien a amorcé le match de mardi soir comme il devra le faire au cours des prochaines semaines : sans Jonathan Drouin. Le club montréalais avait confirmé en journée que son attaquant vedette allait devoir s’absenter pour un minimum de huit semaines, alors que Paul Byron, lui, en a pour au moins un mois à l’écart du jeu; Drouin a été opéré au poignet lundi, et Byron a été opéré à un genou. En l’absence de Drouin, c’est Tomas Tatar qui a pris le poste à la gauche du premier trio, avec Phillip Danault et Brendan Gallagher. Reste à voir si quelqu’un d’autre pourra profiter des absences dans le camp du Canadien. Charles Hudon, entre autres, a conclu la rencontre de mardi soir avec 10 minutes et 6 secondes de temps de jeu, et un tir au but.

Mete de retour avec Weber

Il faut croire que les Blue Jackets de Columbus n’ont aucun trio qui fait vraiment peur, puisque le Canadien a choisi mardi soir de réunir le duo Victor Mete-Shea Weber à la ligne bleue. Rappelons que la semaine dernière, l’entraîneur Claude Julien avait affirmé vouloir miser sur un duo composé de Weber et Ben Chiarot quand le Canadien doit affronter un trio de premier plan, comme ce fut par exemple le cas vendredi soir contre Alex Ovechkin et les Capitals de Washington. En ce qui concerne Chiarot, les derniers matchs auront été composés de hauts et de bas pour lui; en incluant celui de mardi soir à Columbus, le défenseur au numéro 8 a été sur la glace pour 8 des 12 derniers buts que le Canadien a accordés.

Des bancs vides en masse

Les Blue Jackets ne connaissent certes pas un début de saison de rêve, et après le printemps presque magique de cette équipe, on sent quelque chose comme un genre de lendemain de veille au Nationwide Arena. Ainsi, la foule annoncée hier était de 14 118 spectateurs, un chiffre peut-être un peu généreux car on pouvait clairement voir des rangées et des rangées de bancs vides dans les hauteurs de l’aréna. Avant les matchs d’hier, les Blue Jackets arrivaient au 24e rang des assistances dans la Ligue nationale de hockey, avec une moyenne de 15 777 spectateurs par rencontre.

Ils ont dit

Phillip Danault : « Ils ont su profiter de leurs chances, et je trouve qu’on méritait un meilleur sort que ça. Ils ont eu aussi une couple de bonds favorables de la rondelle. C’est le genre de choses qu’on ne peut pas vraiment contrôler. Ce n’est pas parce qu’on a mal joué. »

Claude Julien : « On a joué un bon match. On a eu beaucoup de chances de marquer. La différence, c’est qu’on a manqué de finition. L’échappée de Gallagher en partant, ensuite Suzuki, Armia quand c’est 3-2. Ça a été la différence. C’est 3-2, on écope d’une punition assez douteuse. Ils marquent un but, 4-2, c’est ce qui a scellé le match pour eux. La punition à Domi, si on regarde le jeu, leur joueur se tourne pour faire un changement et Domi coupe devant, il le touche presque pas. Quand c’est 3-2, que les arbitres ont tout laisser aller pendant tout le match… Je comprendrais en début de match, pour donner le ton… Mais je ne veux pas m’attarder à ça. »

Brendan Gallagher : « Nous avons eu des occasions mais leur gardien a effectué de très bons arrêts. Il faut savoir profiter de nos chances quand elles se présentent. » Shea Weber « Nous ne leur avons pas donné beaucoup d’espace. On savait ce qu’ils cherchaient à faire en attaque, avec les longues passes transversales. Aussi, nous n’avons pas été chanceux. »

En hausse

Artturi Lehkonen

Un but à sa fiche, son 3e cette saison, et un match très solide dans l’ensemble. Son meilleur cette saison ? Fort possible.

En baisse

Jesperi Kotkaniemi

Le jeune homme se cherche vraiment ces temps-ci, lui qui n’a aucun point à ses six derniers matchs. Une autre soirée difficile pour lui.

Le chiffre

5

Le nombre de buts marqués par les Jackets; ils n’avaient jamais connu un match de plus de 4 buts cette saison.