Les meilleurs espoirs de la LNH mettent désormais trois ans ou moins à devenir des joueurs d’impact. Prenez la cuvée 2016. On dénombre déjà une dizaine de joueurs de premier plan. 

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Les deux premiers choix au total, Auston Matthews et Patrik Laine, avaient déjà atteint la marque des 40 buts après deux ans. Pierre-Luc Dubois, le troisième choix au total, est devenu le premier centre des Blue Jackets l’an dernier, jusqu’à l’arrivée de Matt Duchene en fin de saison.

Matthew Tkachuk, sixième choix au total, a explosé avec 34 buts l’hiver dernier. Malgré une baisse de production, Clayton Keller, septième choix au total, est un membre du premier trio des Coyotes de l’Arizona depuis deux ans. Charlie McAvoy (14e) est le meilleur défenseur des Bruins. Mikhail Sergachev, repêché au neuvième rang par le Canadien puis échangé au Lightning pour Jonathan Drouin, a connu des saisons de 40 et 32 points. Jakob Chychrun est un membre important de la défense des Coyotes.

Parmi les choix de deuxième ronde, Alex DeBrincat a atteint la marque des 40 buts. Samuel Girard a trouvé sa niche au sein de la première paire de défenseurs de l’Avalanche du Colorado. À moins d’une défaillance, Carter Hart sera le gardien numéro un à Philadelphie. 

Repêché en quatrième ronde, Victor Mete s’est imposé encore davantage l’hiver dernier au sein de la première paire de défense du Canadien. 

D’autres membres de cette cuvée, dans une moindre mesure, ont fait leurs premiers pas dans la Ligue nationale l’an dernier : les défenseurs Dennis Cholowski et Filip Hronek à Detroit, Henrik Borgstrom en Floride, Max Jones et Sam Steel à Anaheim. Cholowksi a manqué de souffle et a terminé la saison dans la Ligue américaine, Hronek, un joueur sous-estimé, s’est imposé au sein du top 4 des Wings. Borgstrom a montré tout son talent lors d’un match préparatoire des Panthers contre le Canadien à Bathurst. 

Au tour maintenant de la cuvée 2017 de briller. Elle s’annonce intéressante entre autres pour le Canadien puisque cinq joueurs montrent de grandes promesses, à court, moyen ou long terme. Nick Suzuki, 13e choix au total, repêché par les Golden Knights, mais obtenu pour Max Pacioretty, se rapproche d’un poste à Montréal. 

L’entraîneur Claude Julien lui donne congé ce soir lors du match préparatoire contre les Maple Leafs au Centre Bell. Généralement, les jeunes joueurs de 20 ans en lutte pour un poste n’obtiennent pas un repos à ce stade-ci du calendrier préparatoire. Suzuki a brillé au centre lors des deux premiers matchs, il a été aussi efficace à la droite de Phillip Danault et Tomas Tatar samedi. Danault l’a même qualifié de petit magicien.

Repêché en fin de première ronde, au 25e rang, Ryan Poehling frappait lui aussi à la porte avant d’être ralenti par une commotion cérébrale subie à Bathurst, à la suite d’une vicieuse mise en échec subie une heure avant de préparer le but gagnant. 

Deux défenseurs droitiers, Josh Brook (deuxième ronde, 56e au total) et Cale Fleury (troisième ronde, 87e au total) seront en uniforme ce soir. Brook jouera à nouveau avec Brett Kulak. Fleury sera jumelé avec Karl Alzner, de retour au jeu après avoir soigné une blessure à l’aine. Brook a un gros potentiel offensif, mais beaucoup de choses à polir. Fleury est plus robuste, plus stable. Dans le pire des cas, ils seront des défenseurs importants à Laval avant un rappel. Le dernier membre du quintette, le gardien Cayden Primeau, repêché en septième ronde, est déjà à Laval. On lui donnera un maximum de matchs dans la Ligue américaine pour le préparer à long terme à succéder à Carey Price. 

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Josh Brook

En nombre, aucune équipe ne compte autant d’espoirs de cette qualité. Mais il y a évidemment des joyaux. Elias Pettersson, sixième choix au total, est déjà le meilleur joueur des Canucks. Supérieur aux deux premiers choix de la cuvée, Nico Hischier et Nolan Patrick, même si Hischier est appelé à connaître une très belle carrière. 

Le troisième choix, le défenseur droitier Miro Heiskanen, n’a pas mis de temps à s’imposer à Dallas. En séries, le printemps dernier, il jouait déjà 25 minutes par match, à 19 ans. Cale Makar, repêché au quatrième rang, a eu un gros impact dès son arrivée en séries au Colorado. Joe Sakic a même osé échanger Tyson Barrie cet été pour lui donner plus de place. 

Parmi les candidats à une éclosion cet hiver : Erik Brannstrom et Drake Batherson à Ottawa, Cody Glass à Vegas, Martin Necas en Caroline, Robert Thomas à St. Louis, Morgan Frost à Philadelphie, Alexandre Texier à Columbus, entre autres. 

Comme les membres de la cuvée 2016 l’an dernier, ceux de cette saison peuvent entamer l’année dans la Ligue américaine avant d’obtenir un rappel. 

Quatre équipes seulement détenaient plus d’un choix en première ronde. Vegas a repêché trois joueurs, il en reste seulement un, Glass. Par contre, Suzuki et Brannstrom leur ont permis de mettre la main sur Max Pacioretty et Mark Stone. Les Flyers regrettent déjà d’avoir repêché Patrik avant Heiskanen, Makar et Pettersson. Frost, 27e choix au total, pourrait même le devancer dans la hiérarchie. Dallas a mis la main sur Heiskanen et sur le gardien Jake Oettinger au 26e rang, un rang après Poehling. Primeau est en avance sur lui à ce stade-ci de leur carrière.

Les Rangers seraient sans doute encore mieux positionnés s’ils n’avaient pas opté pour Lias Andersson (6e) et Filip Chytil (21e). Mais ils ont encore le temps de faire taire leurs dénigreurs. 

À LIRE

Paul Byron est de retour sur la glace ce matin. Claude Julien prévoit son retour à temps plein sous peu. Voilà un poste de moins pour les Charles Hudon, Matthew Peca, Alex Belzile, Jake Evans, Riley Barber et Phil Varone, qui luttent pour les rares postes encore disponibles.