C’était une grande cuvée, disait-on.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

De nombreux attaquants âgés dans la fin vingtaine, début trentaine, la plupart costauds et robustes à souhait.

Les équipes se sont lancées dans les dépenses sans réfléchir aux lendemains lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes le 1er juillet 2016.

Milan Lucic et Kyle Okposo ont reçu les plus gros contrats, 42 millions pour sept ans. Andrew Ladd a touché 38,5 millions pour sept ans et Loui Eriksson 36 millions pour six ans, Frans Nielsen, 31 millions pour six ans (merci au collègue Arpon Basu pour le rappel hier sur Twitter).

Lucic devait devenir le gros ailier protecteur de Connor McDavid, capable de profiter aussi de ses passes lumineuses. Avec Lucic, les Oilers ont participé aux séries une fois en trois ans. Il a marqué six buts cet hiver, dix la saison précédente.

L’expérience avec McDavid n’a pas duré longtemps. Lucic était trop lent pour le suivre. La structure du contrat de Lucic est telle que les Oilers ne peuvent le racheter. Marc Bergevin a été chanceux dans ce dossier. Lucic a hésité jusqu’au dernier instant entre le Canadien et les Oilers.

PHOTO TIMOTHY T. LUDWIG, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Kyle Okposo

Malgré l’arrivée d’Okposo, les Sabres n’ont jamais pu se qualifier en séries depuis. Okposo, 31 ans, n’a jamais atteint la marque des vingt buts en trois ans à Buffalo. Il en a compté seulement 14 l’an dernier, et totalisé 29 points. Il lui reste encore quatre ans de contrat à une moyenne annuelle de six millions.

Andrew Ladd ? Les Islanders ont fini par se qualifier en séries cet hiver. Mais certainement pas grâce à lui. Il a disputé seulement 26 matchs en saison et marqué trois buts. Il en avait compté 13 l’année précédente.

Les Canucks de Vancouver cherchent à se départir d’Eriksson comme les Oilers veulent chasser Lucic. Il a même été question de s’échanger ces deux attaquants improductifs. Les Canucks n’ont jamais participé aux séries depuis son arrivée eux non plus. Eriksson avait compté 30 buts à Boston avant d’obtenir son autonomie. Il n’en a jamais marqué plus de 11 en une saison à Vancouver. 

Nielsen n’a pas aidé les Red Wings à se qualifier pour les séries lui non plus. Il a obtenu 41 points à sa première année à Détroit, 33 la saison suivante et 35, dont 10 buts, l’an dernier.

Les Bruins de Boston ont atteint la finale « malgré » David Backes. Celui-ci a reçu 30 millions pour cinq ans ce même été, mais son manque de vitesse constituait un handicap pour Boston en séries. Il n’était même pas en uniforme lors des derniers matchs.

PHOTO JULIO CORTEZ, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

David Backes

Troy Brouwer a aussi profité de la générosité d’un directeur général en recevant 18 millions pour quatre ans. Les Flames n’ont pas attendu l’expiration de son contrat pour le racheter, après un hiver de six buts.

Les signatures de 2018 n’ont pas été aussi catastrophiques. Mais l’embauche de John Tavares à Toronto pour sept ans et 77 millions a créé une foule d’autres problèmes et les Maple Leafs n’ont pas amélioré leur sort en séries (à leur défense, la configuration des éliminatoires ne les a pas favorisés).

Paul Stastny, 33 ans, a reçu 19,5 millions pour trois ans. Il a coincé Vegas avec le plafond et a disputé seulement 50 matchs. James Van Riemsdyk (5 ans/35 millions) a marqué 27 buts en 66 matchs. Mais les Flyers n’ont pas participé aux séries pour autant. Jack Johnson (5 ans/16 millions) a été rayé de la formation lors du premier match de séries des Penguins et utilisé de façon parcimonieuse par la suite. Il serait avec le Wild du Minnesota aujourd’hui si Phil Kessel avait donné son aval à la transaction.

James Neal, lui, a reçu 28,75 millions des Flames pour cinq ans. Neal, 31 ans, a marqué… sept buts l’an dernier. Il lui reste quatre ans à 5,75 millions.

Les équipes n’ont pas appris la leçon pour autant. Le DG des Flyers, Chuck Fletcher, vient d’accorder sept millions par année à Kevin Hayes pour sept saisons même si celui-ci revendique une seule saison de 50 points ou plus en carrière. Jeff Skinner a reçu 72 millions pour huit ans des Sabres.

Dans les circonstances, le contrat de Matt Duchene à Nashville, huit millions par année pour sept ans, s’il se confirme ce midi, sera raisonnable. Mais Anders Lee exigerait neuf millions par année.

PHOTO DENNIS SCHNEIDLER, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Anders Lee

Marc Bergevin vient de se donner de la flexibilité en échangeant Andrew Shaw aux Blackhawks pour des choix de deuxième et troisième rondes. Le Canadien sauve ainsi 3,9 millions par année pour les trois prochaines saisons. Une transaction avisée pour un joueur usé.

Nous saurons sous peu si Lee, ou le défenseur gaucher Jake Gardiner, sont dans la mire du CH. Certains évoquent Wayne Simmonds. Mais ce gros ailier a ralenti de façon inquiétante.

La dernière grosse embauche de Marc Bergevin sur le marché des joueurs autonomes a passé une partie de l’hiver dans la Ligue américaine et devrait y rester. On devra à Karl Alzner 4,6 millions par année lors des trois prochaines saisons, peu importe où il joue.

Vous pourrez suivre tout ça avec moi en clavardage sur LaPresse.ca à compter de 11h30 !

À LIRE

Guillaume Lefrançois analyse l'impact des départs d'Andrew Shaw et de Nicolas Deslauriers sur la suite des choses, à l'aube de l'ouverture du marché des joueurs autonomes. Nous serons tous aux aguets pour vous!