Le nouveau DG des Oilers d’Edmonton, Ken Holland, souhaiterait pour son équipe cet hiver une saison semblable à celle du Canadien l’an dernier.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

«Si nous parvenons à lutter pour une place en séries éliminatoires jusqu’à la fin, que nous y parvenions ou non, nous aurons connu une bonne saison. Prenez le Canadien de Montréal. Ils ont été dans la course jusqu’au dernier match de l’année. Ils ont connu une grande saison. Un point de plus et ils étaient qualifiés. Si les Oilers peuvent se maintenir ainsi dans la course jusqu’à la fin, nous aurons fait du bon travail au cours de la saison morte.»

Holland a fait cette confidence hier au journaliste Daniel Nugent-Bowman, du site theathletic.com, lors d’une longue interview où il s’exprime avec transparence.

Notre homme n’est pas né de la dernière pluie. En espérant connaître des résultats semblables à un club non-qualifié, il contribue à réduire les attentes des fans des Oilers. Évoquer les succès des Hurricanes de la Caroline, par exemple, aurait imposé beaucoup de pression sur ses troupes. Non seulement les Hurricanes ont-ils pris part aux séries, mais ils ont atteint le carré d’as.

Holland n’a pas encore les chevaux pour espérer surprendre le monde du hockey. Son gardien numéro un, Mikko Koskinen, n’a pas encore fait ses preuves. Il n’y a pas de défenseur dominant à Edmonton, du moins pas encore. Le manque de profondeur à l’attaque est consternant. Connor McDavid, Leon Draisaitl et Ryan Nugent-Hopkins ont marqué 52% des buts de l’équipe l’hiver dernier.

Le nouveau patron hockey a annoncé ses couleurs: la relance des Oilers passera par le développement des joueurs. Holland cite souvent les jeunes joueurs de l’organisation au cours de l’entrevue.

En l’écoutant parler de sa stratégie de repêchage, on comprend à quel point il semble emballé par la relève des Oilers en défense.

«La logique pourrait nous dicter de repêcher un attaquant au huitième rang en raison du nombre de bons jeunes défenseurs dans notre organisation. Mais si on ajoutait un défenseur supplémentaire à ceux-là, nous serions dans une position encore plus formidable. Nous avons (Evan) Bouchard, (Dmitri) Samorukov, (Ethan) Bear, Caleb Jones, (William) Lagesson, Darnell Nurse. Il faut choisir le meilleur à cette position. Le repêchage est critique pour le succès à long terme d’une équipe. Il faut frapper un grand coup au huitième rang et dénicher un, peut-être deux autres joueurs dans les rondes suivantes.»

PHOTO PERRY NELSON, USA TODAY SPORTS

Evan Bouchard

Holland a assisté à deux matchs de séries éliminatoires des Condors de Bakersfield, dans la Ligue américaine, ce printemps. Bouchard, 19 ans, premier choix de l’équipe en 2018, dixième au total, a obtenu huit points en autant de rencontres avec les Condors après sa saison junior. Bear, 21 ans, un droitier comme Bouchard, a obtenu 31 points en 52 matchs de saison régulière. Jones, 22 ans, a amassé 29 points en 50 rencontres. Samorukov, 19 ans, a été de loin le meilleur défenseur du Storm de Guelph, l’équipe junior de Nick Suzuki.

Comme Marc Bergevin l’a fait l’an dernier, Holland semble prêt à ouvrir la porte à de plus jeunes. «J’ai vu Caleb Jones; Lagesson; Evan Bouchard a très bien joué. (Tyler) Benson a été très bon, il a obtenu 66 points à sa première année professionnelle. C’est incroyable pour une recrue de la Ligue américaine. J’ai hâte de les voir au camp d’entraînement se battre pour un poste.»

Les Oilers n’ont pas de Carey Price devant le filet, et moins de profondeur à l’aile que Montréal. Mais le Canadien n’a pas de centres de la trempe de McDavid, Draisaitl (désormais l’ailier du premier) et Nugent-Hopkins.

PHOTO JASON FRANSON, LA PRESSE CANADIENNE

Connor McDavid (97) et Leon Draisaitl (29)

«Les deux membres de notre noyau à l’attaque, McDavid et Draisaitl, ont 22 et 23 ans. Nurse a 24 ans. Nugent-Hopkins a 26 ans. Il faut construire autour d’eux. Bouchard n’est pas très loin, Samorukov et Benson non plus. Notre choix au huitième rang sera sans doute à deux ans de la LNH. Les bonnes équipes bâtissent un solide noyau, développent leurs jeunes joueurs et dénichent quelques joueurs sur le marché des échanges pour compléter ce noyau. C’est le plan. Solidifier les fondations. Il faut ajouter de la profondeur.»

Holland a commencé le boulot en écartant deux membres de la haute direction, Craig MacTavish et Duane Sutter, et nommé un nouvel entraîneur, Dave Tippett.

Il faut maintenant s’attendre à le voir se départir de quelques vétérans et peut-être aussi effectuer un ou deux échanges d’éclat pour changer la dynamique.

PHOTO DAN HAMILTON, USA TODAY SPORTS

Paul Byron (41) et Andrew Shaw (65)

NOTES: Dennis Bernstein, basé à Los Angeles, collaborateur à NHL Network, Sirius XMNHL, affirme que le Canadien est dans la course pour l’obtention des services du défenseur Shayne Gostisbehere. Il avance sur Twitter les noms de Paul Byron et Andrew Shaw comme des appâts potentiels pour attirer Gostisbehere. Je ne connais pas Bernstein, ni son taux de succès en terme de rumeurs. À suivre.

À LIRE

Qui remportera la Coupe Stanley? Débat intéressant entre les collègues Guillaume Lefrançois et Jean-François Tremblay. Guillaume penche pour les Bleus, Jean-François a un faible pour les Oursons.