Scott Gordon doit croire qu'il rêve. Un de ses premiers mandats en tant que nouvel entraîneur-chef des Flyers de Philadelphie a été de gérer le carrousel des gardiens de son organisation.

Mis à jour le 19 janv. 2019
GUILLAUME LEFRANÇOIS LA PRESSE

Mais les blessures ont continué à embêter l'équipe, si bien que les Flyers ont fait signe à Mike McKenna, qui est devenu, le 8 janvier dernier, le septième gardien différent à jouer pour eux cette saison. Les Flyers égalaient ainsi un record de la LNH, partagé avec les Kings de 2007-2008, les Blues de 2002-2003 et les Nordiques de 1989-1990.

Et qui était un des sept gardiens des Nordiques de 1989-1990 ? Scott Gordon, lui-même ! « Je pense que c'était moi, le septième ! », a-t-il lancé à la blague samedi matin, à la sortie de l'entraînement des Flyers au Centre Bell.

Gordon avait alors partagé le filet avec John Tanner, Ron Tugnutt, Mario Brunetta, Greg Millen, Sergei Mylnikov et Stéphane Fiset. Du lot, Fiset représentait un excellent espoir.

Chez les Flyers aussi, il y a un excellent espoir dans le lot : Carter Hart, un talentueux gardien repêché au 2e tour (48e au total) en 2016. Ça tombe bien ; c'est lui que l'on verra à l'oeuvre ce soir contre le Canadien.

Mais à la différence de Fiset, Hart débarque dans une organisation incapable de trouver de la stabilité devant le filet depuis des décennies. Une malédiction qui aurait comme départ la mort tragique de Pelle Lindbergh en novembre 1985. À 20 ans, ça peut être lourd comme pression...

« La pression supplémentaire, il en a depuis le jour où il a été repêché, a toutefois rappelé Gordon. Il a été le meilleur gardien junior au Canada, il a gagné une médaille d'or au Championnat du monde junior. Il est sous le microscope depuis des années, avec les gens qui espèrent qu'il deviendra le gardien que les Flyers attendent depuis des années. Il a eu à composer avec ça. »

Un bon départ

Jusqu'ici, cette pression ne semble pas atteindre le jeune homme. Après 11 matchs, il montre un dossier de 5-5-1, avec une moyenne de 2,72 et une efficacité de ,915. C'est d'ailleurs lui qui présente la meilleure efficacité parmi les sept gardiens employés par les Flyers cette saison.

Cela dit, dans l'immédiat, il évolue dans un contexte sans grande pression. Son équipe est larguée de la course aux séries, accusant un retard de 16 points sur la dernière place y donnant accès. Et les Flyers sont attendus comme vendeurs sur le marché des transactions, avec Wayne Simmonds comme principal appât.

« Il gère très bien ça. Il est très mature. Il n'a que 20 ans, mais il agit comme s'il était dans la ligue depuis 5-6 ans, observe l'attaquant Sean Couturier. Il contrôle ses retours, il dégage une confiance devant son filet.

« Il y a beaucoup de pression sur lui, surtout avec notre situation devant le filet. On essaie de le soutenir comme on peut. Ça va bien, mais il n'a que 20 ans et il va sûrement traverser de l'adversité. Mais il répond bien jusqu'ici. »

« Il a une bonne approche et une bonne tête sur les épaules », ajoute un autre attaquant, James van Riemsdyk.

C'est une saison à oublier pour les Flyers qui, à moins d'un miracle, seront encore incapables de participer aux séries deux années de suite. La dernière fois que ça s'est produit, c'était en 2011 et en 2012.

Mais si les blessures aux gardiens Brian Elliott, Michal Neuvirth et Anthony Stolarz permettent à Hart de gagner un peu d'expérience pour son développement, la saison n'aura pas été entièrement à l'eau.

>>> Le hockey de la LNH vous passionne ? Abonnez-vous à l'infolettre Rondelle libre et recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet.