Andrei Markov et Alexei Emelin étaient les deux seuls joueurs réguliers en congé hier à l'entraînement du Canadien.

Mathias Brunet LA PRESSE

La décision n'a rien d'étonnant. Le duo russe accomplit de la formidable besogne dans cette série contre le Lightning de Tampa Bay, souvent contre le trio de Steven Stamkos.

Si le CH mène 3-0 dans cette série, c'est en grande partie parce qu'il compte sur deux excellents duos de défenseurs, employés à toutes les sauces, ce que le Lightning ne possède pas.

Markov, Emelin, P.K. Subban et Josh Gorges jouent en moyenne 24 minutes et plus par match depuis le début des éliminatoires (23:56 exactement pour Gorges). Peu de clubs peuvent s'offrir ce luxe.

Dans l'autre camp, après Victor Hedman et Matt Carle à 25 minutes chacun, Eric Brewer est utilisé en moyenne 22 minutes, puis aucun joueur n'a une moyenne supérieure à 19 minutes. Et outre Hedman, la plupart en arrachent.

On comprend mieux aujourd'hui à quel point la perte d'Emelin a fait mal lors de la série contre les Sénateurs d'Ottawa, le printemps dernier.

«Nous avons une équipe différente comparativement aux séries de l'an dernier», a mentionné Michel Therrien hier midi, lors de son point de presse au Complexe Bell de Brossard.

«Nous jeunes joueurs ont acquis de l'expérience, nous en avons greffé de nouveaux, et il y a la présence d'Emelin dans la formation. Il est tellement difficile à affronter. L'adversaire doit être sur ses gardes sur la patinoire parce qu'il est à son mieux quand il joue de façon robuste. En plus, il distribue bien la rondelle. Il y a une belle chimie entre Markov et lui. C'est un joueur important.»

Leur permettre de se reposer hier était donc de mise pour l'entraîneur. «Markov n'a plus 20 ans, et avec le nombre de minutes qu'on lui demande de jouer, il faut lui accorder des congés. Tous les joueurs ont des petits bobos, je n'en connais pas beaucoup qui n'ont pas besoin de séances de thérapie, alors pour le bien de l'équipe et pour qu'ils soient au sommet lors du quatrième match, on leur a donné congé.»

Sans compter que le duo russe a eu une fin d'hiver très active avec sa participation aux Jeux olympiques de Sotchi.

Après trois matchs, Emelin a deux aides et une fiche de + 1. On a beaucoup critiqué Marc Bergevin pour le contrat de 16,4 millions pour 4 ans qu'il a accordé à Emelin en octobre, avant même qu'il ne revienne au jeu à la suite d'une grave blessure à un genou subie en avril 2013, mais le Russe a retrouvé son aplomb après quelques mois difficiles à son retour au jeu, et il vaut aujourd'hui son pesant d'or.

«Il amène une autre dimension à cette défense, une dimension que peu de joueurs peuvent apporter, reconnaît Josh Gorges. On connaît tous son implication physique, il est tellement fort, mais en plus, il est très mobile et il contrôle bien la rondelle.»

Sa présence amène une profondeur en défense et donne le luxe à Michel Therrien de laisser à l'écart deux défenseurs qui étaient en uniforme à pareille date l'an dernier: Douglas Murray avec les Penguins de Pittsburgh et Jarred Tinordi à Montréal.

«La profondeur à toutes les positions est essentielle à ce temps-ci de l'année, car tous les matchs sont différents, dit Gorges. Parfois, tu auras beaucoup de supériorités numériques, parfois, il n'y en aura pas, tu dois compter sur six défenseurs et neuf attaquants solides.»