Source ID:520339; App Source:cedromItem

Une surprise nommée Ondrej Palat

Choix de septième ronde au repêchage, Ondrej Palat... (Photo Chris O'Meara, AP)

Agrandir

Choix de septième ronde au repêchage, Ondrej Palat a étonné à sa première saison complète dans la Ligue nationale. Souvent opposé au meilleur trio adverse, l'attaquant du Lightning a totalisé 23 buts et 36 aides en 81 matchs.

Photo Chris O'Meara, AP

(Tampa) C'est un joueur tchèque de 23 ans, jadis repêché en septième ronde, qui s'est permis de finir au premier rang des marqueurs du Lightning de Tampa Bay cette saison. Son nom? Ondrej Palat.

Dans les cercles du hockey, pour le partisan moyen, ce nom-là n'est pas encore immense. Pas autant, par exemple, que le nom de Nathan MacKinnon, un autre joueur recrue qui a beaucoup fait parler de lui en 2013-2014. Mais quand on demande à Jon Cooper, entraîneur du Lightning, ce qu'il pense d'Ondrej Palat, la réponse est assez franche.

Et élogieuse.

«Je sais que tout le monde va miser sur le gros nom, et comprenez-moi bien, MacKinnon est un pur-sang. Mais si on regarde vraiment les matchs...»

Bien sûr que c'est le jeune de l'Avalanche du Colorado qui est le grand favori dans la course au trophée Calder. Mais on peut présumer qu'Ondrej Palat récoltera sa part de votes. Après tout, le jeune homme vient de conclure sa première saison complète chez les grands de la LNH avec une récolte de 59 points en 81 matchs et une fiche de + 32.

Jon Cooper est déjà un fan.

«Il ne bâcle jamais son travail et il ne laisse jamais tomber personne, explique l'entraîneur du Lightning. Il joue souvent contre le meilleur trio adverse et il obtient ses points sans jouer au sein de l'avantage numérique. Il a seulement joué en avantage numérique dans la première unité depuis l'échange [de Martin St-Louis].»

Chez le Lightning, Palat fait un peu figure de guerrier de l'ombre, en quelque sorte. Cette équipe, c'est maintenant celle de Steven Stamkos; dans un marché jadis habitué aux jeux spectaculaires des Lecavalier et St-Louis, entre autres, Palat n'est pas celui qui se fait remarquer en premier.

Son entraîneur l'a par contre remarqué assez vite.

«Déjà, on pouvait constater son talent au camp d'entraînement, ajoute Jon Cooper. On pouvait le voir. On voyait que le jeune avait un petit quelque chose, mais on ne savait pas quoi. Sauf qu'il travaillait. Toujours, tout le temps. On allait le renvoyer dans les mineures, mais on a choisi de lui ouvrir une porte, juste pour voir s'il allait trouver une façon de rester avec nous. Eh bien, il a trouvé une façon...»

De la République tchèque... à Drummondville

On dit parfois de certains joueurs qu'ils partent de loin. C'est certes vrai dans le cas de Palat, qui est parti de sa République tchèque natale pour se retrouver dans les rangs juniors à Drummondville pendant deux saisons, à compter de 2009.

«Mon rêve a toujours été de jouer dans la LNH, alors ç'a été une décision facile de venir par ici quand j'ai été repêché par Drummondville, raconte-t-il. J'avais 18 ans à ce moment-là, je n'étais pas très costaud et je n'étais pas vraiment prêt pour le hockey professionnel. Alors, aller à Drummondville, ça m'a aidé. Je ne pesais que 160 livres en arrivant...»

Trop petit, pas assez imposant, le jeune Palat n'était pas le favori des dépisteurs de la LNH. Au repêchage de 2011, l'attaquant avait d'ailleurs choisi de regarder tout ça du confort de sa chambre, les yeux sur son écran d'ordinateur.

«Je ne m'attendais pas à être repêché... J'avais de minces espoirs, c'est tout. Ce jour-là, j'étais à la maison, je regardais le repêchage sur l'ordinateur, et après le 200e choix, j'ai choisi de fermer l'écran. Je me suis dit, bon, c'est terminé... et cinq minutes plus tard, mon agent m'a appelé pour me dire que j'étais choisi par Tampa!»

Le jeune homme s'est présenté au Lightning la saison dernière, le temps de 14 rencontres. Cette saison, son jeu a forcé les dirigeants du club à le garder bien au chaud à Tampa, loin des arénas de la Ligue américaine.

«Jon [Cooper] me connaît très bien, je sais à quoi m'attendre avec lui, et il sait à quoi s'attendre de moi, ajoute Palat. J'ai joué avec Martin St-Louis pendant environ la moitié de la saison, il m'a aidé beaucoup, il a toujours été un joueur étoile à mes yeux. Et il m'a aidé à devenir un joueur de la LNH.»

Les dirigeants du Lightning croisent maintenant les doigts: Palat a été blessé lorsqu'il a été frappé durement vendredi par le défenseur Jack Johnson, des Blue Jackets de Columbus. Par mesure préventive, il n'a pas pris part au dernier match du club, dimanche, et son statut en vue du premier match de la série contre le Canadien, demain soir à Tampa, demeure incertain.

En attendant, Palat se fait un nom. Pas si mal pour un type qui a été le 208e choix au repêchage de 2011...




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer