Benoit Brunet est un homme serein. Après des années à avoir fait l'objet de critiques acerbes de plusieurs téléspectateurs, l'homme de 43 ans n'occupera plus le poste d'analyste des matchs du Canadien à RDS. Mais il accueille favorablement la décision que le réseau de télévision a rendu publique dans un communiqué, vendredi.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

«Je le voyais venir, a confié Brunet. Ça faisait une couple de semaines que je le savais. Ce n'est pas moi qui a pris la décision finale, mais j'y ai réfléchi et je suis content. Je n'ai aucune amertume.»



L'ancien gardien de but Marc Denis prendra la relève aux côtés de Pierre Houde pour décrire les 82 matchs du Tricolore en saison régulière en plus des matchs en séries.

Brunet demeurera tout de même au service du Réseau des Sports. L'ancien joueur du Canadien retrouvera les fonctions qu'il occupait avant d'être analyste puisqu'il se joindra à Alain Crête pour commenter les matchs du Tricolore entre les périodes. Il participera également à l'émission Hockey 360 animée par David Arsenault.

«Je suis bien heureux là où je m'en vais. Je ne vois pas cela comme un échec, plutôt comme une formidable expérience. Je n'ai pas de problème avec le boulot que j'ai accompli.»

L'ancien ailier du Canadien ne veut pas minimiser l'aspect familial qui était évoqué dans le communiqué de RDS. Père de trois jeunes filles, Brunet avait déjà confié à La Presse qu'il ne voulait pas que les critiques qui lui sont adressées ne finisse par nuire à la qualité de vie de celles-ci.

«Je vais être content de rentrer coucher à la maison tous les soirs et de voir mes enfants», a-t-il lancé. «Et puis, je voyagerai si le Canadien fait les séries...»



Marc Denis est entré dans le milieu des télécommunications sur la pointe des pieds, il y a deux ans, car il voulait lui aussi préserver une certaine conciliation travail-famille. Mais l'ancien de l'Avalanche, des Blue Jackets, du Lightning et du Canadien a décidé de faire le saut en quittant les postes d'entraîneur adjoint et d'entraîneur des gardiens qu'il occupait chez les Saguenéens de Chicoutimi.



Brunet n'a pas encore eu le temps de parler à son successeur depuis que la nouvelle est tombée.



«Je m'attends à ce que Marc fasse du bon travail», s'est-il contenté de dire.



Quant au poste coupe-gorge que représente le rôle d'analyste des matchs du Canadien, Brunet en appelle à l'indulgence des téléspectateurs afin de ne pas critiquer Marc Denis trop sévèrement.



«J'espère que les gens vont être patients, qu'ils vont écouter et qu'ils vont l'apprécier», a-t-il indiqué.

> Réagissez sur le blogue de Mathias Brunet