Carey Price sera de retour devant le filet du Canadien ce soir alors que celui-ci fait escale à New York avant de prendre le chemin du Minnesota.

Publié le 18 mars 2011
Marc Antoine Godin LA PRESSE

«Carey a fait de bons arrêts hier, mais nous avons bien joué devant lui. Après deux périodes, le Lightning n'avait que cinq chances de marquer», a expliqué Jacques Martin à propos de son choix.

«Nous affrontons ce soir un autre club de notre association et il s'agit vraiment d'un match de quatre points.»

Les Rangers accusent un retard de sept points sur le Tricolore, ayant joué le même nombre de matchs que lui (71). Pour les hommes de John Tortorella, l'occasion est bonne de resserrer l'écart face à un club démuni qui joue un deuxième match en 24 heures.

Dans les circonstances, on comprend d'autant plus la décision de Martin de renvoyer Price dans la mêlée, même si Alex Auld a toujours connu du succès au Madison Square Garden.

L'entraîneur assure cependant que l'utilisation de Price n'est pas liée aux nombreuses blessures qui affligent son équipe et qui, forcément, diminuent les chances de succès.

«Il nous faut surtout gérer le temps d'utilisation de Carey, a dit Martin. Carey est un jeune homme en bonne condition physique et qui traverse une bonne séquence.»

Des occasions à saisir

L'alignement du Canadien sera identique à celui d'hier face au Lightning de Tampa Bay.

Hal Gill, toujours grippé, a patiné en matinée en compagnie d'Auld et de Brent Sopel, mais il n'est pas prêt à reprendre le collier.

Rien de neuf dans le cas de Tomas Plekanec et Jeff Halpern, qui n'ont pas accompagné l'équipe à Manhattan et qui ne participeront pas davantage au match de dimanche au Minnesota.

«On va réévaluer leur statut lundi, à notre retour à Montréal», a signalé Martin.

En l'absence de nombreux joueurs, il en revient aux autres d'en faire plus. Un joueur comme Benoit Pouliot, par exemple, a une chance d'avoir un réel impact en attaque, mais sa performance face au Lightning est encore une fois sous le signe de l'occasion ratée.

«C'est frustrant parce que tu veux qu'un joueur comme Benoit, qui possède beaucoup d'aptitude, puisse se démarquer, a indiqué Martin. Hier soir, il nous avait apporté une bonne contribution dans les deux premières périodes, jouant plus de 11 minutes.

«Il s'agit pour lui de contrôler ses frustrations s'il veut aller de l'avant.»

Parlant de frustration, Vincent Lecavalier du Lightning a laissé voir la sienne durant le match de jeudi lorsqu'il a cinglé violemment P.K. Subban.

La vedette québécoise, qui a été expulsé du match pour son geste, ne sera pas suspendu par la LNH. Mais ce plus récent incident met une fois de plus en relief l'irritation que cause parfois Subban à ses adversaires en situation de match.

«P.K. est un joueur de talent qui est marqué par l'adversaire et il doit apprendre à composer avec cela», a dit à ce sujet son entraîneur.

Dawes en pays de connaissance

Nigel Dawes, qui a joué jeudi soir son premier match en une semaine après avoir subi une blessure au haut du corps avec les Bulldogs de Hamilton, affrontera ce soir les Rangers, l'une de ses anciennes formations.

Dawes a gardé certains regrets de son passage à New York. Il croyait en avoir fait assez pour convaincre les dirigeants des Rangers de lui offrir un nouveau contrat, mais ceux-ci ont préféré continuer sans lui.

Le petit attaquant de 26 ans mentionne toutefois que ce match ne revêt aucun cachet spécial.

Ce qui est plus spécial pour lui, c'est d'avoir été le tout premier joueur choisi par Jacques Martin en tirs de barrages, jeudi.

«Lorsqu'on est rappelé, on veut contribuer immédiatement et j'étais excité d'avoir une chance de me faire valoir», a dit le nouveau venu du Tricolore.