Gary Bettman préférerait voir les Coyotes de Phoenix retourner à Winnipeg plutôt que de déménager à Hamilton, selon des documents juridiques inclus dans le dossier relatif à la faillite de l'équipe de l'Arizona.

Chris Johnston LA PRESSE CANADIENNE

Earl Scudder, un avocat à l'emploi de Jerry Moyes, le propriétaire majoritaire des Coyotes, dit que le commissaire de la LNH lui a fait pareille remarque le mois dernier après qu'il eut contacté la ligue pour lui signifier l'intérêt d'un acheteur canadien à déménager les Coyotes dans le sud de l'Ontario.

Selon une déclaration sous serment déposée en cour vendredi, Scudder précise que Bettman l'a informé que Hamilton n'était pas une destination idéale parce que le Copps Coliseum existe depuis plus de 30 ans. Bettman aurait ajouté que «si l'équipe retournait au Canada, ce serait à Winnipeg».

Les Jets de Winnipeg ont été transférés à Phoenix en 1996.

Toujours l'affidavit de Scudder, Bettman ajoute que seule une expansion permettrait d'ajouter une équipe dans le sud de l'Ontario.

Cette déclaration sous serment est l'un des nombreux documents soumis à la cour des faillites de l'Arizona, vendredi, par les avocats de Moyes. Dans l'un de ces documents, la LNH est accusée de ne veiller qu'à ses propres intérêts, et non ceux des créanciers qui seraient remboursés si l'offre d'achat de 212,5 millions $ US de Jim Balsillie était retenue.

Le document se demande également ce que la LNH ferait dans l'éventualité où le tribunal déterminait que la ligue avait le contrôle de l'équipe. «Après tout, il n'y a aucun doute que les Coyotes sont insolvables», ajoute le document.

Les deux parties doivent se retrouver en cour mardi prochain à Phoenix.

Les dirigeants de la LNH soutiennent que Moyes ne pouvait placer son équipe sous la protection des créanciers à partir du moment où il a reçu du financement pour garder les Coyotes à flots, en novembre. Cette notion est contestée plusieurs fois dans les plus récents documents ayant été déposés.

«Je n'ai pas cédé le contrôle des Coyotes de Phoenix à la LNH, et je n'ai jamais discuté de la possibilité de céder le contrôle des Coyotes de Phoenix à la LNH», a affirmé Moyes dans un affidavit.

Un document prétend que sa seule intention est de vendre les Coyotes au plus offrant.

Le document accuse également la ligue de bloquer ce processus en refusant de divulguer les détails d'une offre qu'aurait soumise Jerry Reinsdorf, propriétaire des Bulls de Chicago, dans la NBA, et des White Sox de Chicago.