Maxim Lapierre a été le joueur le plus intense du Canadien sur la patinoire.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

Et il a continué de l'être après le match parmi ses quelques coéquipiers présents dans le vestiaire.

«On n'est pas en position de seulement espérer une victoire. Il faut qu'on sorte les sacs de glace, il faut que ça fasse mal, qu'on se défonce rageait Lapierre.

«Que ce soit beau ou non, ce n'est pas important. Il faut qu'on laisse notre coeur sur la patinoire.

«C'est inacceptable qu'on se présente contre une équipe comme Toronto et qu'on soit aussi à plat. Elle va être dure à digérer celle-là...» Le Tricolore est confronté à tout un défi psychologique, celui de se remettre d'une défaite au terme d'un match qui avait été établi comme étant sans lendemain.

«On ne cesse de croire que la plus récente défaite est la plus dure à avaler, a reconnu Christopher Higgins.

«Mais on dirait que ça fait de plus en plus mal à mesure qu'on voit diminuer le nombre de matchs qu'il reste à notre calendrier.»

Courage... mais sabotage

En deuxième période, Gainey a placé Higgins et Alex Tanguay aux côtés de Lapierre et les résultats ont été probants. Le centre québécois a redonné espoir aux siens en marquant deux buts qui réduisait l'écart à 4-2.

Sur l'ensemble du match, Lapierre a également mené l'équipe avec sept lancers ainsi que cinq mises en échec.

Tanguay l'a imité en distribuant autant de coups d'épaule.

«Lapierre est assurément un exemple pour les joueurs de notre équipe, a salué Bob Gainey. Il joue avec courage, passion et effort.» Mais le reste de la formation a été coupable d'un jeu hésitant et de plusieurs erreurs non provoquées.

« On était en possession de la rondelle, on était prêts à s'amener en zone adverse, et il y avait toujours quelque chose qui nous désynchronisait, a observé Gainey.

«On sabotait nos propres jeux...»

La tâche à venir est énorme. Et ça va devoir commencer par une victoire. Au moins une!

«Notre prochain objectif est de gagner un match... en 60 minutes si possible, car ce n'est pas arrivé depuis un bon moment», a indiqué Gainey, qui n'a pas vu son club l'emporter en temps réglementaire depuis le 28 février.

«Il va aussi falloir qu'on gagne un match qu'on mérite, qui sera le résultat d'un véritable effort d'équipe.» Gainey affirme qu'il va essayer de trouver ce qui n'a pas fonctionné au plan de « la participation, du travail et de la technique».

Josh Gorges avait un début de réponse.

«Il y a un peu de confusion parce qu'on ne sait pas toujours ce que notre coéquipier va faire, a-t-il noté. Tout part de la confiance qu'on a l'un envers l'autre et de notre volonté de jouer les uns pour les autres.»

Allez, hue!

Les amateurs ont hué le Canadien sans merci à peu près toute la soirée.

Outre un segment de sept minutes en deuxième période qui a laissé croire que l'équipe pouvait revenir dans le match, le Tricolore a été chahuté et a goûté à du «Carbo! Carbo!» plus que jamais.

«C'est Bob qui a le mieux résumé la chose, a dit Higgins. Ce sont les mêmes amateurs qui vont klaxonner partout en ville lors de notre prochaine victoire.

«Alors je prends cela avec un grain de sel.»