Maintenant que les échanges ne sont plus possibles, Bob Gainey pourrait-il se tourner vers Hamilton pour trouver l'étincelle tant espérée pour réveiller son club?

Mathias Brunet LA PRESSE

De la façon dont le Canadien dégringole, il ne lui faudrait exclure aucun scénario.

Sergei Kostitsyn, par exemple, a été rétrogradé dans la Ligue américaine il y a quelques semaines pour les raisons que l'on sait, mais il s'est joliment repris après un départ très ordinaire chez les Bulldogs.

 

Le jeune homme, qui a eu 22 ans hier, a amassé 12 points à ses huit dernières rencontres là-bas, avec une fiche de "3. Le bras droit de Bob Gainey et directeur général à Hamilton, Julien Brisebois, ne se gêne pas pour le vanter.

«J'ai vu six des sept derniers matchs à Hamilton et Sergei a été très, très bon. Il a obtenu au moins un point dans huit matchs consécutifs et on lui a donné la première étoile samedi dernier. Il joue à la pointe en supériorité numérique. Il est toujours sur la glace. Il a commencé à se battre pour les rondelles libres comme il le faisait l'an dernier. Il joue avec beaucoup plus de hargne. C'est agréable à voir. Pour l'instant, c'est un gros morceau de cette équipe et ce club va bien ces temps-ci. Ce sera une décision qui va revenir à Bob, évidemment, s'il revient ou non à Montréal. Il va beaucoup mieux que lorsqu'on l'a renvoyé à Hamilton.»

Weber va bien

Le jeune défenseur Yannick Weber en est un autre qui va bien. Il a obtenu huit points à ses huit derniers matchs, pour un total de 37 points en 60 rencontres et une fiche de "4. «Il s'est beaucoup amélioré depuis octobre, mentionne Julien Brisebois. En début de saison, ses tirs n'atteignaient pas la cible. La rondelle touche désormais le filet et quand elle n'entre pas dans le but, elle rebondit dans l'enclave et permet à des gars comme Mike Glumac (six buts à ses six derniers matchs) de marquer en supériorité numérique. Défensivement, il y a beaucoup de matchs où il est solide, très fiable. Il lui reste certaines choses à apprendre, c'est normal pour un défenseur de 20 ans, mais il a fait beaucoup de chemin depuis le début de la saison et il serait capable de jouer dans la Ligue nationale et d'aider un club à l'heure actuelle, tout comme les défenseurs Alex Henry, Doug Janik ou Shawn Belle, qui est actuellement blessé.»

Julien Brisebois préfère ne pas spéculer sur les chances de Kostitsyn ou de Weber de venir en renfort à Montréal. «C'est à Bob de savoir s'ils peuvent nous aider davantage que les gars qui sont ici à Montréal et je ne partagerai pas les recommandations que je pourrais lui faire. Mais on doit utiliser nos rappels avec parcimonie parce que nous avons le droit de rappeler seulement deux joueurs de Hamilton d'ici la fin de la saison. Si jamais Bob estime qu'on a besoin de rappeler un gars des mineures parce qu'il peut nous aider, je t'assure qu'il va le faire.»

///////////////////

Il semble que le jeune défenseur russe de l'organisation du Canadien, Alexei Emelin, choix de troisième ronde en 2004 (84e), ne conservera pas de séquelles de la raclée qu'il a subie aux mains d'Alexander Svitov dans un match des séries éliminatoires de la KHL en Russie, la semaine dernière.

«Notre dépisteur en Russie lui a parlé le lendemain du match et une autre fois par la suite et il allait bien, a mentionné Julien Brisebois. Il a même a accordé des entrevues après le match et il a dit qu'il était correct. Il s'est fracturé deux os au visage mais on s'attend à ce qu'il guérisse à 100%. Il ne semble pas souffrir d'une commotion cérébrale.»

Comparaisons

L'organisation du Canadien souhaite voir cet athlète de 22 ans signer un contrat avec l'organisation le plus rapidement possible et Brisebois semble optimiste. «Il aurait probablement progressé davantage s'il était venu en Amérique du Nord plus rapidement mais on a bon espoir de l'amener ici pour la prochaine saison. On n'a pas de certitudes mais nous sommes optimistes parce qu'on s'est fait dire par son agent qu'il serait intéressé à venir en Amérique du Nord l'année prochaine.»

S'il signe un contrat cet été, Emelin aura possiblement la chance de jouer pour le Canadien dès l'an prochain.

Le recruteur du Canadien en Russie, Nikolai Vakourov, a déjà comparé Emelin, 6' et 210 livres, à l'ancien défenseur des Red Wings Vladimir Konstantinov, mais Julien Brisebois tempère un peu l'enthousiasme de Vakourov.

«On n'a jamais perçu Emelin comme étant un sauveur, dit-il. D'après toutes nos évaluations à l'interne, il a potentiel pour jouer dans la Ligue nationale, mais on ne voit pas nécessairement en lui quelqu'un qui pourrait devenir un défenseur numéro un dans la Ligue nationale. Cette année, on nous dit de lui qu'il est un joueur assez important pour son équipe. Assez pour qu'on suive son dossier de très près afin de l'amener en Amérique du Nord. C'est un défenseur à caractère défensif qui est robuste. J'ai souvent entendu la comparaison avec Kasparaitis. Il faudra voir comment il s'ajuste. Mais peut-être notre style de jeu en Amérique du Nord lui plaira-t-il davantage que celui en Russie.»