Les Oiseaux ont terminé leur première moitié de saison de belle façon en allant surprendre les Blue Bombers à Winnipeg, jeudi soir. Ils ont joué de chance, avouons-le, mais sont tout de même devenus les premiers à vaincre les champions en titre en 2022. Cela dit, avec une fiche actuelle de 3-6, aucune unité des Alouettes ne mérite une note de « A » dans son bulletin de mi-parcours.

Publié le 15 août
Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

QUARTS-ARRIÈRES – C+

PHOTO DOMINICK GRAVEL, ARCHIVES LA PRESSE

Trevor Harris, quart-arrière des Alouettes de Montréal

Vernon Adams fils n’a joué qu’un match et des poussières avant d’être remplacé par Trevor Harris, qui a eu des hauts et des bas comme ses statistiques le reflètent : 67,7 % de passes complétées, 7 passes de touché, 7 interceptions et coefficient d’efficacité de 91,2. Il a été très bon dans certains matchs (victoires contre les Roughriders de la Saskatchewan et le Rouge et Noir d’Ottawa), mais très ordinaire dans d’autres (défaites contre ces mêmes Roughriders et les Blue Bombers). Dominique Davis excelle quant à lui sur les « faufilades » du quart et a déjà inscrit 9 touchés au sol.

DEMIS OFFENSIFS – B

PHOTO HEYWOOD YU, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Jeshrun Antwi (20) se faufile à travers l’unité défensive des Roughriders de la Saskatchewan.

La blessure de William Stanback a considérablement changé la donne, il va sans dire, mais le Canadien Jeshrun Antwi a effectué un travail fort respectable en relève. Antwi a obtenu 387 verges en 67 courses pour une bonne moyenne de 5,8 verges par course. Il est toutefois toujours à la recherche de son premier touché de la saison. L’entrée en scène de l’Américain Tavien Feaster, un ancien de l’Université Clemson, pourrait avoir un impact important sur le jeu au sol des Alouettes. Feaster devrait former un bon duo avec Antwi, étant un coureur un peu plus fluide et agile que ce dernier. Le centre-arrière Christophe Normand continue de faire du bon boulot dans l’ombre.

RECEVEURS – C+

PHOTO DOMINICK GRAVEL, ARCHIVES LA PRESSE

Eugene Lewis capte une passe lors d’un match contre les Elks d’Edmonton.

Eugene Lewis mérite un « A », mais le jeu des autres receveurs a été inégal. Jake Wieneke s’est-il mis en marche avec ses attrapés au quatrième quart du match à Winnipeg ? Il connaissait une saison très décevante jusque-là. Reggie White fils est-il satisfait d’être une pièce parmi tant d’autres ou veut-il devenir un receveur de premier plan dans cette ligue ? Les Canadiens Hergy Mayala et Kaion Julien-Grant devront être efficaces et productifs s’ils ne veulent pas voir leur rôle diminuer au profit de la recrue Tyson Philpot, une révélation en première moitié de saison.

LIGNE OFFENSIVE – C

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Pier-Olivier Lestage (68)

Ce groupe est passé d’un « C- » à un « C » grâce à sa performance de jeudi, sûrement sa meilleure de la saison compte tenu de la qualité du front défensif des Bombers. La menace de changements à l’alignement et les critiques quant à leur degré d’intensité ont manifestement eu un impact… Les effectifs sont en place pour une meilleure et plus constante deuxième moitié de calendrier. La grande question est de savoir quand ou si Pier-Olivier Lestage intégrera la formation partante, et au détriment de quel joueur.

LIGNE DÉFENSIVE – B-

PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Mike Moore (44) tente un plaqué contre Zach Collaros, des Blue Bombers de Winnipeg

Comme la ligne offensive, le front défensif a peut-être disputé son meilleur match de la saison, jeudi soir. Lorsqu’ils réussissent à bien contrôler leurs émotions, Mike Moore et Mike Wakefield sont capables de dominer la ligne de mêlée, et le vétéran Almondo Sewell demeure une force contre le jeu au sol au milieu du front. L’ailier défensif Nick Usher connaît en contrepartie une saison décevante avec un seul sac. Sewell, Moore et Wakefield ont le gabarit pour jouer dans une ligne à trois joueurs, ce qui permet au coordonnateur Noel Thorpe d’utiliser le blitz plus fréquemment, comme il l’a fait face aux Bombers.

SECONDEURS – B-

PHOTO JOHN WOODS, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Adarius Pickett (6) frappe durement Zach Collaros (8), des Blue Bombers de Winnipeg.

Le groupe le plus difficile à évaluer. Chris Ackie a raté cinq matchs et Tre Watson joue maintenant à Edmonton, tandis que Micah Awe et Tyrice Beverette n’ont pas encore assez joué pour qu’on se fasse une tête. Adarius Pickett a peut-être été le meilleur joueur défensif du club en première moitié et semble avoir trouvé sa place en jouant comme secondeur du côté large.

TERTIAIRE – C

PHOTO DOMINICK GRAVEL, ARCHIVES LA PRESSE

Marc-Antoine Dequoy (24) réalise une interception aux dépens des Blue Bombers de Winnipeg

Marc-Antoine Dequoy s’améliore de match en match et mène l’équipe avec 3 interceptions, à égalité au premier rang de la LCF avec sept autres joueurs (avant les matchs du week-end). Après un départ hésitant, la qualité de ses plaqués s’est déjà améliorée notablement. L’ancien des Bombers Mike Jones joue bien, lui aussi, mais c’est plus difficile pour Wes Sutton et Rodney Randle fils, qui ont accordé beaucoup de longs jeux. Il faut toutefois ajouter que Sutton joue mieux dernièrement. C’est tout ou rien avec cette unité ; elle réussit sa part de jeux importants, mais accorde trop de longs gains.

UNITÉS SPÉCIALES – B+

PHOTO DOMINICK GRAVEL, ARCHIVES LA PRESSE

Tyson Philpot

C’est aux unités spéciales que revient la palme. Ce groupe est passé d’une faiblesse à une force, et le mérite revient au coordonnateur Byron Archambault. En voilà un qui semble posséder toutes les qualités pour éventuellement devenir un bon entraîneur-chef… Chandler Worthy et Tyson Philpot ont excellé sur les retours de bottés, les unités de couverture ont généralement été fiables, et le botteur de dégagement Joseph Zema est solide. Seul bémol, les deux courts placements qu’a ratés David Côté, dont le premier a coûté une victoire à Toronto. Notons également que les unités spéciales sont nettement plus disciplinées qu’au cours des dernières saisons, et encore là, une bonne partie du mérite revient à Archambault, qui dirige le groupe pour la première fois cette année, précisons-le.